Classé dans :

Mes 3 leçons de l’enseignement de la maison

Confinée, Mme Julie a enseigné à partir de sa maison pendant 8 jours à ses élèves qui, eux, étaient en classe. Voici aujourd'hui la suite et la fin de ses aventures, où elle nous révèle les trois choses les plus importantes à retenir, ainsi que plusieurs trucs et astuces au passage.
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Mes 3 leçons de l’enseignement de la maison

Confinée, Mme Julie a enseigné à partir de sa maison pendant 8 jours à ses élèves qui, eux, étaient en classe. Voici aujourd'hui la suite et la fin de ses aventures, où elle nous révèle les trois choses les plus importantes à retenir, ainsi que plusieurs trucs et astuces au passage.

Confinée… mais pas mes élèves!

« La nouvelle est arrivée par texto à l’heure de la récréation. Ma fille est positive à la COVID-19. Je dois quitter ma classe le plus vite possible et ne pas y revenir pour les 14 prochains jours. On se prépare depuis la rentrée à la possibilité que nos classes ferment, mais là, c'est le contraire! Comment assurer un minimum de stabilité à mes élèves? » Un témoignage de Julie Chandonnet.

Absence imprévue? Tout est prévu! Une astuce à implanter sans attendre

Gérer vos absences (prévues ou non) et transmettre votre planification au suppléant est parfois un casse-tête? Voici une astuce partagée par Julie Chandonnet, enseignante au primaire au CSS de la Capitale, qui tire profit du numérique pour alléger cette tâche et diminuer le stress. Vous serez prêt(e) à faire face à toute éventualité.

Génial Genially (ou quand une image vaut 1000 mots)

Avec l’enseignement à distance, les enseignants cherchent à transmettre efficacement consignes et ressources à leurs élèves afin de les soutenir dans leurs apprentissages. C’est là qu’entre en scène le site Genially, qui permet de créer des présentations interactives dans lesquelles on peut regrouper au même endroit tout ce qu’on veut envoyer à la maison.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Mon école 100 % virtuelle

Voici le témoignage inspirant d'Alexandra, conseillère pédagogique d'une école 100 % virtuelle. « J’ai la chance, non, le privilège, d’accompagner cette équipe-école depuis le début de l’année, de les voir grandir en mode numérique, mais aussi en mode pédagogique. »

Rétroaction et correction via Google Classroom : fini, la collecte de cahier!

Utiliser Google Classroom pour sa planification et la communication avec les élèves, c'est la base. Mais cette plateforme contient plusieurs fonctionnalités pour offrir une rétroaction rapide et corriger les remises avec ordinateur, iPad et stylet.

« J’aurais besoin qu’on me parle, à moi toute seule, de temps en temps. »

Si vous étiez un élève à distance, de quoi auriez-vous besoin pour sentir que votre enseignant est là pour vous? Nous avons demandé à des enseignants de se prêter au jeu et de répondre à cette question. Voici un aperçu de leurs réponses.

Vaccins et COVID-19 : où en sommes-nous exactement?

18 novembre 2020. Un peu plus de huit mois après le début de la pandémie mondiale de COVID-19 et d'une course effrénée au remède miracle, deux vaccins apparaissent comme efficaces et sûrs à 95% selon les résultats complets de leurs essais cliniques. Regards sur comment on fabrique un vaccin.

par Julie Chandonnet

Cet après-midi, j’ai fermé le dernier Meet de mon confinement pour mettre fin à 8 jours d’enseignement à distance à mes élèves qui, eux, étaient bien assis en classe.

On va se le dire : 8 jours sans masque, sans lunch à préparer et sans déplacement, ça a eu certains avantages. Mais ce furent aussi 8 jours sans collègues, sans accès à la majorité de mon matériel et, surtout, sans stabilité pour mes élèves. Pénurie d’enseignants oblige, 13 adultes se sont relayés dans ma classe : une, deux parfois même trois personnes dans une même journée de classe. Pas évident pour les enfants, mais pas plus évident pour les suppléants…

Alors pas étonnant que j’aie si souvent entendu à l’ouverture d’un Meet « Yes! Une période avec Mme Julie »! Même avec des cours pas mal plus magistraux que ce que je fais habituellement, les élèves appréciaient nos périodes en ligne et participaient bien aux activités d’apprentissage. 

C’est d’ailleurs la première leçon que je tire de cette expérience : les liens que l’on tisse avec les élèves sont beaucoup plus forts que les km qui peuvent nous séparer. Même à distance et derrière un écran, ton prof, c’est ton prof, et c’est la meilleure personne pour te faire apprendre.

Des bas, et des hauts 

Enseigner de la maison, c’est être à la merci des technologies. Quand le réseau de l’école qui surchauffe transforme les voix des élèves en chipmunk, quand un écho se fait entendre à cause d’un drôle de branchement en classe ou quand je m’entends en sourdine comme si j’étais l’enseignante de Charlie Brown, difficile de garder son sérieux (par chance, du côté des élèves, le son était parfait). Il y aussi ces périodes où j’étais à l’heure au rendez-vous, mais où la classe arrivait en retard… problème de connexion ou comportement à gérer en classe? Je ne le saurai jamais! Pas facile de ne pas savoir ce qui se passe en classe… 

Mais pour chaque anecdote moins agréable, il y a eu des bons coups dont je vais préférer me souvenir à long terme.

Par exemple, ma planification disponible en ligne et accessible facilement pour les suppléants grâce au code QR affiché pour eux dans ma classe a été vraiment aidante.

Puis, pour aider les nombreux suppléants à gérer toutes les connexions, j’ai nommé une élève responsable des communications. Avec la complicité d’une collègue, nous l’avons formée rapidement pour qu’elle soit notre experte Meet. En plus de gérer les appels, elle plaçait la caméra pour m’assurer la meilleure vue possible sur le groupe. Lors des activités où les élèves levaient la main pour me répondre, elle me signalait les mains levées qui étaient dans l’angle mort de la caméra.

D’autres élèves se sont vu confier des responsabilités que j’assume habituellement : ils étaient tous contents de pouvoir aider à leur façon.

Enseigner à l’écran…

Math, grammaire, lecture et même arts plastiques : il faut tout enseigner à travers un écran et, surtout, trouver de bons outils pour faire le suivi du travail. Google Classroom et Netmath ont été des alliés de tous les jours pour cela. Avec Google Classroom, j’ai également créé un devoir spécial « journal de communication » pour mes élèves. Dans celui-ci je pouvais leur écrire de courts messages personnalisés pour les encourager ou les questionner sur un travail qui n’avançait pas. Les élèves devaient le consulter à tous les jours et pouvaient aussi me répondre et me poser des questions. Un outil simple, mais efficace.

Mes périodes préférées

Mes périodes préférées ont été celles où je faisais la lecture d’un roman feuilleton, ainsi que celle où les élèves étaient en plan de travail. Pendant ces dernières, ils pouvaient se connecter sur notre Meet (avec un code spécial qui représentait bien notre classe) pour me poser leur question ou me montrer un travail terminé. Ils sont rapidement devenus des experts du partage d’écran, mais aussi du respect des autres. Ils savaient qu’ils devaient attendre leur tour selon leur ordre de connexion et quitter le Meet une fois leur réponse obtenue. Certains passaient aussi juste pour me dire bonjour, me raconter quelque chose ou valider où ils en étaient rendus.  

C’est la deuxième leçon que m’a appris cette expérience : les liens que l’on tisse sont pas mal plus fort que les km qui peuvent nous séparer. En plus de la pédagogie, le contact humain entre le prof et l’élève doit être préservé, pour le bien-être de tous.

L’importance des collègues

D’un côté plus personnel, un confinement, ça donne le temps de se poser des questions sur ses pratiques. Qu’est-ce que je pourrais faire de mieux? 

Ça donne aussi le temps de penser de nouvelles activités pour le retour en classe. Qu’est-ce que je pourrais créer? 

Facile de se laisser emporter par le tourbillon des notifications : il m’a fallu apprendre à mettre mes limites, à me faire un horaire de travail et à fermer mon écran.

J’ai aussi dû apprendre à demander de l’aide et accepter la désagréable impression de mettre de la pression sur mes collègues : mes élèves ont utilisé un peu plus qu’à l’habitude les ressources informatiques partagées de l’école (dont les Chromebooks), des collègues ont dû faire des photocopies pour moi et même intervenir à l’occasion avec mes grands quand mon absence prolongée s’est faite ressentir sur leur comportement. 

Facile aussi de se sentir seule dans cette aventure. C’est là que d’autres collègues sont intervenus. Ces autres enseignants confinés un peu partout au Québec et ailleurs, qui partagent leurs expériences, leurs idées et leur matériel sur les réseaux sociaux, ont été d’une grande aide pour moi. 

C’est la troisième et dernière leçon que m’a appris cette expérience : les liens que l’on tisse sont pas mal plus forts que les km qui nous séparent. Que ce soient des gens qu’on côtoie au quotidien à l’école ou des enseignants que l’on retrouve sur les réseaux sociaux : des collègues en or, ça n’a pas de prix.  

Je vais donc maintenant fermer mon écran, partir à la recherche de mes masques et faire mon lunch, parce que demain, je retourne en classe cultiver tous ces liens qui me font grandir, ces liens qui les font grandir.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Quelques annonces

Publiez un texte vous aussi!

Nos lecteurs adorent lire sur ce qui se passe dans la vie des enseignant(e)s (et nous aussi!)! Prenez le clavier et faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées, trucs et astuces via nos sections Opinion et Témoignages! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!



À propos de l'auteur