Les solutions de l’OCDE contre le décrochage

Un plaidoyer en faveur d’une plus grande équité pour contrer le décrochage a été publié récemment par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

ANNONCE
Ajouter aux favoris (0)

Un plaidoyer en faveur d’une plus grande équité pour contrer le décrochage a été publié récemment par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Près d’un étudiant sur cinq des pays membres de l’OCDE n’atteint pas le niveau minimum de connaissances de base. Ceux issus de milieux défavorisés sont deux fois plus susceptibles d’obtenir de mauvais résultats scolaires. Or, la poursuite des études est un atout majeur, tant pour l’individu que pour la société. « L’amélioration des qualifications des individus contribue à l’émergence de sociétés plus démocratiques et d’économies plus durables, tout en réduisant leur dépendance à l’égard des structures d’aide publique et leur exposition aux récessions. Les sociétés dont la population est qualifiée sont mieux préparées à affronter la crise actuelle et les futures crises potentielles », écrit-on dans le document.

Pour prévenir les échecs et faciliter la persévérance scolaire, l’OCDE propose cinq mesures dont certaines ont fait l’objet de débat au Québec. La première : éliminer le redoublement. « Le redoublement est une pratique non seulement coûteuse, mais également inefficace pour améliorer les résultats scolaires, tranche le rapport. Il existe des stratégies alternatives, consistant notamment à prévenir le redoublement en palliant les lacunes à mesure qu’elles sont identifiées durant l’année scolaire; à privilégier le passage automatique au niveau supérieur ou à limiter le redoublement aux matières ou modules dans lesquels l’élève a échoué en lui assurant parallèlement un soutien personnalisé. »

La seconde : reporter l’orientation et la sélection des élèves au deuxième cycle du secondaire. Les auteurs notent que les élèves « assignés aux filières de second ordre » subissent un impact négatif et que cela aggrave les inégalités, sans pour autant améliorer la performance moyenne.

Ensuite, on suggère d’encadrer les choix d’établissement des parents pour assurer une répartition homogène des élèves. On mentionne aussi que le financement doit garantir l’accès à des structures d’éducation de qualité dès la petite enfance, en particulier pour les familles défavorisées. Enfin, l’OCDE suggère de veiller à ce que les options générales et professionnelles soient de valeur équivalente.

Cliquez ici pour lire le rapport complet (en anglais).

À lire aussi :

Lutte contre le décrochage : comprendre la réalité des élèves défavorisés

Le gouvernement veut former de petits entrepreneurs

Des iPad pour motiver les élèves

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Nathalie Côté
Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :