ANNONCE

Le MELS met fin au mandat du RÉCIT de l’enseignement privé

Le 19 juin dernier, le MELS annonçait de nombreuses coupures dans le financement des écoles privées subventionnées. Une coupure qui est passée plutôt inaperçue, mais qui fera sans doute très mal, est celle du RÉCIT de l’enseignement privé.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Le 19 juin dernier, le MELS annonçait de nombreuses coupures dans le financement des écoles privées subventionnées. Une coupure qui est passée plutôt inaperçue, mais qui fera sans doute très mal, est celle du RÉCIT de l’enseignement privé.

En juin dernier, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) annonçait de nombreuses coupures dans le financement des écoles privées subventionnées. On a parlé abondamment des coupures au niveau du transport scolaire ainsi que les effets sur les familles de la classe moyenne. Une coupure qui est passée plutôt inaperçue, mais qui fera sans doute très mal, est celle du RÉCIT de l’enseignement privé.

Tel qu’on l’indique sur son site Web, le RÉCIT est un réseau de personnes-ressources qui soutient le personnel enseignant du Québec dans l’intégration pédagogique des technologies de l’information et de la communication (TIC). Il a été créé en 2000-2001 et est soutenu financièrement par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS). Ce sont les commissions scolaires (ou la Fédération des établissements d’enseignement privés pour ce RÉCIT spécifique) qui assurent la gestion des personnes-ressources du RÉCIT et déterminent les priorités d’action.

Cependant, depuis le 1er juillet 2014, le mandat des deux conseillers pédagogiques (Claude Frenette et Karine Thonnard) qui assuraient le service pour toutes les écoles de la Fédération des établissements d’enseignement privés (FÉEP) a été coupé. Le coordonnateur des services à l’enseignement de la FÉEP, Normand Brodeur, s’inquiète : « Si le MELS constate que 250 écoles peuvent fonctionner sans le RÉCIT, il y a danger pour les autres. Ils nous ont mis devant un fait accompli, avec quelques jours d’avis en plus. Et ce n’est qu’une coupure parmi d’autres… Les conseillers d’orientation aussi, entre autres, y sont passés. »

La FÉEP a étudié différentes options, dont un soutien de la Direction des ressources didactiques du MELS ou l’accès aux services des RÉCIT nationaux, sans succès. De son côté, l’Association québécoise des utilisateurs de l’ordinateur au primaire et au secondaire (AQUOPS), qui œuvre aussi à soutenir les enseignants dans leur intégration des TIC, notamment par son colloque annuel, se désole de cette annonce. « Comme organisme ayant à cœur la réussite scolaire, nous sommes convaincus que la technologie joue un rôle incontournable dans cette mission. Ce faisant, l’AQUOPS ne peut que déplorer la fin du mandat du RÉCIT de l’enseignement privé », commente Patrick Beaupré, président de l’AQUOPS, par voie de communiqué.

 

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique cette année notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité d'orientation stratégique de l'ACELF.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Connectés pour être ensemble : le rendez-vous annuel du RÉCIT

Les 26 et 27 septembre dernier, s’est tenu l'événement phare du RÉCIT, la Formation conjointe et collaborative (FCC), sous le thème « Connectés pour être ensemble». Plusieurs personnes étaient réunies à l'Hôtel Mortagne de Boucherville tandis que d'autres ont pu profiter à distance de certains ateliers qui étaient offerts en comodalité, prouvant ainsi que la distance n'empêche pas la connectivité ni le partage d’information!

Des plugiciels sur mesure pour favoriser l’apprentissage dans Moodle

Au cours des dernières années, l’équipe du Service national du RÉCIT des Services éducatifs à distance (autrefois RÉCIT FAD) a développé plusieurs plugiciels pour Moodle, afin de mieux répondre aux besoins des enseignants et apprenants qui utilisent cet environnement numérique d’apprentissage (ENA). Elle est maintenant reconnue pour son expertise en lien avec l’utilisation de la plateforme. 

D’où vient le mot « pédagonumérique »?

À son lancement, en 2018, le Plan d’action numérique en éducation (PAN) a mis de l’avant le mot « pédagonumérique ». Depuis, ce terme a été largement adopté dans le milieu scolaire. Récemment, sur Twitter, Benoit Petit a promis de documenter les origines de ce terme au Québec et son adoption au sein du RÉCIT. Voici donc là où tout a commencé...