« J’aurais besoin qu’on me parle, à moi toute seule, de temps en temps. »

Si vous étiez un élève à distance, de quoi auriez-vous besoin pour sentir que votre enseignant est là pour vous? Nous avons demandé à des enseignants de se prêter au jeu et de répondre à cette question. Voici un aperçu de leurs réponses.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Si vous étiez un élève à distance, de quoi auriez-vous besoin pour sentir que votre enseignant est là pour vous? Nous avons demandé à des enseignants de se prêter au jeu et de répondre à cette question. Voici un aperçu de leurs réponses.

À l’occasion de la Journée du numérique en éducation, qui s’est tenue vendredi dernier, les participants ont pu assister à un rendez-vous pédagogique animé par notre collègue Stéphanie Dionne. La rencontre s’est conclue par une question aux participants : « Si vous étiez un élève à distance, qu’auriez-vous besoin pour sentir que votre enseignant est là pour vous? ». Ceux-ci ont partagé leur réponse via un formulaire.

Nous avons colligé pour vous les réponses qui ont été données au cours de la semaine. On constate que l’interaction individualisée et les moments privilégiés avec l’enseignant sont des éléments qui manquent aux élèves.

  • « J’aurais besoin qu’on me parle, à moi toute seule, de temps en temps. »
  • « Rétroaction régulière, empathie, bienveillance »
  • « Sa présence, son écoute, sa disponibilité »
  • « Me parle directement, s’occupe de mes inquiétudes. »
  • « De le voir sourire derrière son écran, qu’il m’envoie des rétroactions fréquentes et qu’il me prépare un plan de travail diversifié et intéressant à chaque semaine. J’aimerais aussi des plages-horaire pour discuter de tout et de rien avec lui, à chaque semaine. »
  • « Qu’il prenne le temps de me saluer personnellement, qu’il y ait possibilité d’interagir positivement pendant le cours. Qu’il me fasse sentir que ma présence au cours est importante. »
  • « J’aimerais qu’il s’adresse à moi, me faire sentir qu’il est heureux de me voir et trouve des moyens pour que je me sente à l’aise de participer et de poser mes questions. »

Voici aussi les réponses que les panélistes du rendez-vous pédagogique nous ont partagé.

« D’une écoute bienveillante, de moments d’échange, d’entraide et de solidarité entre les élèves. Une prise en compte de l’affectif : maintenir la relation, ajuster ses attentes surtout donner confiance. »

Mélissa Bricault, conseillère pédagogique au RÉCIT local du Centre de services scolaire de la Seigneurie-des-Milles-Îles.

« De la variété!! Cadrer mes apprentissages dans un plus grand projet qui ferait du sens et qui me semblerait avoir un réel impact sur mon monde. Avoir la conviction que je ne travaille pas juste pour une note. »

Audrey Miller, directrice générale de l’École branchée.

« D’une présence aidante, de la rétroaction USB (utile, spécifique et bienveillante) et des activités d’apprentissage qui nourrissent/font émerger ce qui me passionne réellement. Passons d’une culture de l’évaluation à une culture de l’apprentissage. Rappelez-vous : en ligne, TOUT est amplifié. »

Jacques Cool, directeur général du CADRE21.

Et vous, si vous étiez un élève à distance, de quoi auriez-vous besoin pour sentir que votre enseignant est là pour vous?

On prépare aussi un prochain autour de la question suivante : « Quand vous enseignez (ou si vous deviez enseigner) à distance, de qu’auriez-vous besoin pour sentir que l’élève est impliqué dans ses apprentissages? ». Partagez-nous votre opinion à info@ecolebranchee.com.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!