De nouveaux environnements virtuels pour socialiser

David Croteau, enseignant de musique aux services éducatifs à distance du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM), nous a offert une visite guidée de l’environnement virtuel Gather.town qu’il utilise avec ses élèves du primaire.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Avec la pandémie, les contacts sociaux réels sont limités, mais le besoin d’interagir et de discuter avec des gens est bel et bien présent. Depuis quelques semaines, l’enseignant David Croteau utilise avec ses élèves l’environnement virtuel Gather.town. Il a vu leur motivation et leur niveau d’engagement croître rapidement. 

Au-delà des plateformes de visioconférence comme Teams et Classroom, de nouveaux environnements virtuels favorisant les contacts humains commencent à se déployer. Bien qu’ils ne soient pas destinés au milieu scolaire, de plus en plus d’enseignants se les approprient.

Ces environnements virtuels, comme Gather.town, Kumospace, Inspace.chat et autres, offrent tous des fonctionnalités similaires. Les utilisateurs qui s’y connectent se métamorphosent en avatar et peuvent « circuler » dans l’espace. Lorsqu’ils rencontrent d’autres avatars (donc, des personnes), les micros et caméras s’activent et ils peuvent discuter de façon privée ensemble, sans créer de cacophonie générale. Les discussions en grand groupe sont aussi possibles.

Le site Profweb a récemment publié un article qui présente en détail plusieurs de ces environnements.

Gather.town

Pour sa part, l’équipe de l’École branchée a porté son attention sur Gather.town après que des enseignants aient témoigné de leur utilisation dans le groupe Facebook Les TIC en éducation. Il faut dire qu’avec ses allures de jeux vidéo des années 1980, il a de quoi plaire aux élèves du primaire et du secondaire, ainsi qu’aux enseignants nostalgiques de cette époque.

La version gratuite permet jusqu’à 25 personnes de circuler et interagir en même temps, ce qui est convenable pour plusieurs groupes-classes. L’environnement peut être constitué à partir de modèles existants. Il est aussi possible de créer un tout nouveau « monde virtuel ». Des espaces intérieurs (bibliothèque, cinéma, salle de classe, etc.) et extérieurs (parc, terrain de jeux, etc.) sont disponibles. Des objets intelligents peuvent être placés dans le monde, ils peuvent mener vers des documents ou des sites Web.

David Croteau, enseignant de musique aux services éducatifs à distance du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM), m’a offert une visite guidée de l’environnement virtuel qu’il a créé en quelques heures. S’il a découvert Gather.town avec des amis, il a rapidement perçu un potentiel d’utilisation avec ses élèves. Ceux-ci fréquentent l’école virtuelle à temps plein depuis la rentrée 2020. Ils sont de différents niveaux du primaire et ont majoritairement des besoins particuliers.

Environnement Gather.town développé par David Croteau.

« Ce genre d’environnement offre une façon différente d’interagir les uns avec les autres. Même lorsque les élèves travaillent en équipe, ils voient les autres équipes autour d’eux. Ils ont l’impression d’être réellement ensemble dans un même lieu. C’est une occasion de briser la solitude. J’y vois vraiment un outil parfait pour la socialisation, surtout pour les élèves de l’école à distance », dit-il. Comme l’outil est accessible même en dehors des heures de classe, il a d’ailleurs constaté que des élèves s’y donnent rendez-vous pour discuter en soirée ou la fin de semaine.

Dans son « monde virtuel », David a récréé des salles de pratique pour différents instruments de musique, une salle de classe traditionnelle avec un tableau blanc, une salle de cinéma pour écouter des vidéos en lien avec la matière, etc. Les élèves peuvent alors circuler en fonction des tâches qu’ils ont à accomplir.

L’enseignant a la possibilité de se placer en mode « spotlight » pour s’adresser à tout le groupe. Peu importe, où ils se trouvent dans l’environnement, les élèves entendent alors ses consignes. L’enseignant peut également « forcer » les élèves à le suivre lors d’un déplacement d’une pièce à l’autre.  

David Croteau est encore en mode découverte et exploration de Gather.town mais il entend certainement poursuivre l’utilisation. Il voit déjà d’autres possibilités, notamment pour permettre aux élèves de différentes classes d’interagir entre eux.

À ce sujet, l’École virtuelle du Centre de services scolaire de Laval a récemment commencé à utiliser l’outil numérique pour rassembler tous les élèves de l’école ensemble au moment des récréations.

Quelques consignes d’utilisation ont été déposées dans la Trousse numérique du CSS de Laval.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l'École branchée!

Recevez l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!