Développer sa mentalité de coéducation

0

L’éducation est une préoccupation de plus en plus largement partagée dans notre société.  Plusieurs études démontrent l’importance de l’implication des parents dans la réussite de leur enfant. On sait aussi que pour favoriser cette implication, il est essentiel de créer une relation parent-enseignant optimale, un défi qui n’est pas toujours simple.  Dans cet article, nous vous proposons des trucs et des exemples concrets pour faciliter le lien #ecolefamille.

Et si on faisait équipe?

Coéduquer. En ajoutant le préfixe « co » au terme « éduquer », ce dernier prend un tout autre sens. La responsabilité du développement de l’enfant repose alors sur le travail de toute une équipe. Une équipe, composée de sa famille et du personnel de l’école, qui veille à son bien-être et son développement global.

 

Développer une mentalité de coéducation

Les principes de base pour favoriser la création de cette relation importante dans la réussite des jeunes ont été évoqués dans une recherche-action du professeur Bruno Humbeeck et ses collègues en 2006.

Tel qu’ils l’indiquent, le rôle d’éducateur nécessite quatre éléments essentiels :

  • l’écoute des besoins de l’enfant,
  • le respect de l’évolution de chacun,
  • la confiance que le temps est un facteur important,
  • la considération de l’enfant comme un être à part entière.

Ainsi dans cette perspective de coéducation, chaque personne oeuvrant auprès de l’enfant joue un rôle d’éducateur qui doit orienter ses interventions et ses communications vers le meilleur intérêt de l’enfant.

Créer une relation bienveillante

La création d’un lien optimal entre les personnes qui composent l’école et la famille repose sur l’acceptation inconditionnelle de soi et de l’autre, premier principe à la base de la création d’un climat bienveillant. Chacun étant unique parcourant un chemin différent vers l’acceptation inconditionnelle de soi et de l’autre, il importe donc de considérer votre propre cheminement comme point de départ.

Voici des exemples pour illustrer ce principe:

Dans la perspective d’un enseignant:

  • Affirmer sa posture de leader pédagogique tout en restant apprenant à vie.
  • Se donner le droit à l’erreur.
  • Accepter que le parent ait une vision différente et possiblement complémentaire de la sienne face au bien-être de son enfant.

Dans la perspective d’un parent :

  • Accepter de vivre un inconfort face à l’usage de la tablette en classe parce qu’il voit son enfant à la maison l’utiliser seulement pour accéder aux réseaux sociaux et que cela l’inquiète.
  • Accepter de ne pas tout connaître de la pédagogie.
  • Accepter que l’enseignant tire profit de la tablette en classe.

 

Ainsi, l’enseignant accepte et respecte les parents dans leur manière d’élever leur enfant tout comme le parent accepte et respecte le champ d’expertise de l’enseignant dans le but de favoriser un climat d’ouverture et d’échange.

 

Cultiver l’intention positive commune

« Le but de la coéducation est plutôt de trouver un terrain commun entre [les intervenants scolaires et les parents] avec comme seul objectif le bien-être de l’enfant.»  

Humbeeck, Lahaye, Balsamo et Pourtois (2006)

Afin de mettre en place une relation optimale de coéducation, il importe de jouer son rôle au travers de cette collaboration tout en gardant en tête une intention positive lors des échanges.

Est-ce que cette pensée, cette parole ou cette action (intervention) a un impact positif sur l’enfant?

Quel impact positif je souhaite à l’enfant en cultivant cette pensée, cette parole ou ce gestesur?

Dans la perspective d’un enseignant :

  • Se demander ce qu’il souhaite obtenir comme impact positif sur l’enfant. Par exemple, lorsqu’il rédige un message destiné aux parents dans l’agenda de l’enfant, est-ce qu’écrire « Difficulté à se mettre à la tâche » ou « Manque d’étude » permettra d’atteindre un objectif?

Dans la perspective d’un parent :

  • Se demander quel impact positif sur l’enfant souhaitons-nous en lui partageant nos opinions/critiques sur les façons de faire de l’enseignant?

 

Communiquer et être à l’écoute

La coéducation repose sur la capacité humaine de s’entendre et de s’unir, d’où l’importance de développer une saine communication entre tous les adultes signifiants.

Faire place à l’ouverture et se permettre de prendre le temps nécessaire pour communiquer et apprendre à se connaître est un excellent départ:

Comment pourrions-nous mieux contribuer à [besoin de l’enfant ou compétence à développer]?

Dans la perspective d’un enseignant :

  • Questionner le parent au sujet de son enfant : Comment est-il possible de mieux l’encourager à participer aux discussions en classe? À la maison, avez-vous des façons de l’inviter à une plus grande participation que je pourrais tenter en classe?

Dans la perspective d’un parent :

  • Questionner l’enseignant: Comment pourrions-nous mieux le préparer aux communications orales en classe? Quels trucs pourrions-nous lui donner?

En tout temps, il est essentiel de conserver comme sujet de conversation principal l’enfant, son potentiel, ses apprentissages et/ou son développement tout en s’assurant d’user de sa mentalité de coéducateur. En gardant le cap sur l’intention positive commune en tout temps, il sentira que tous agissent pour son bien-être.

La complémentarité de chacun favorisera la création d’un partenariat éducatif ainsi que d’un climat de collaboration et de bienveillance, qui augmentera ainsi les chances de développement et de réussite de l’élève.

Quels défis rencontrez-vous lors de vos interactions avec les différents acteurs des différents milieux de l’enfant?

Venez en discuter dans notre groupe Facebook: École branchée sur la famille: Coéduquer à l’ère du numérique!

Découvrez toutes nos ressources pour créer un lien positif entre la famille et l’école et ainsi favoriser le bien-être de l’enfant!

Commentaires