Appartenir à une communauté virtuelle

Plus du même auteur...

Des élèves fabriquent leurs lunettes de réalité virtuelle

Des élèves de l’École secondaire L’Horizon ont pu expérimenter la réalité virtuelle pour la première fois cette année.

Margarida Romero : Devenir des créateurs numériques, non plus de simples consommateurs

Dans ce Rendez-vous pédagogique de l’École branchée, Margarida Romero explique pourquoi les élèves du 21e siècle doivent utiliser la technologie pour créer plutôt que de se contenter de l’utiliser comme consommateur.

Écrire avec les technologies, ça change l’écriture!

Écrire avec un crayon sur une feuille de papier ou écrire en tapant sur un clavier et en regardant un écran, qu’est-ce que ça change pour les élèves?

Le calcul mental est un jeu

Le jeu de calcul mental à l’envers Mathador est maintenant disponible en deux nouvelles applications : Solo et Chrono.

Participer à l’aventure Canada C3

Les enseignants sont invités à créer du matériel pédagogique qui pourra être utilisé dans l’ensemble du pays en complément de l’expédition Canada C3, en plus de joindre une Classe virtuelle avec leurs élèves.

Montréal – Les jeunes immigrants utilisent abondamment des réseaux sociaux en ligne pour garder un lien avec leur communauté d’origine. C’est le constat de Céline Friche et Hans-Olivier Poirier-Grenier, qui ont effectué une étude sur le rôle du sentiment d’appartenance dans les réseaux sociaux sur Internet.

Leur étude, intitulée Nouvelle géographie des appartenances dans le cyberespace, est effectuée à l’Institut national de la recherche scientifique dans le cadre de leur maîtrise en Pratique de recherche et action publique.

Ils sont venus présenter leurs résultats au colloque Génération numérique : pour une sociologie du cyberespace, qui prenait place dans le cadre du 78e Congrès de l’Association francophone pour le savoir, à l’Université de Montréal.

Mme Friche et M. Poirier-Grenier ont rencontré une trentaine de jeunes nés à l’étranger pour leur étude. Avec des entretiens semi-dirigés, ils ont tenté de comprendre comment s’expriment les sentiments d’appartenance à leur communauté d’origine et à leur communauté d’accueil sur Internet.

Ils ont observé que les réseaux sociaux, Facebook en particulier, permettent pour les jeunes immigrants de maintenir un lien avec leurs amis éloignés. Ils ont tendance à utiliser ces sites Internet pour contacter les gens qui sont géographiquement éloignés d’eux autant que pour entretenir un contact avec leurs amis rapprochés. En effet, pour beaucoup de destinations internationales, la poste est lente et peu efficace et les appels téléphoniques sont dispendieux : Facebook peut alors remplacer les lettres et les cellulaires.

Chez les adolescents issus de l’immigration, Mme Friche et M. Poirier-Grenier ont noté une forte présence de symboles représentant leur culture d’origine sur leurs profils en ligne. « Ils publient des photos d’eux dans leur pays, des images de leurs équipes sportives nationales ou des drapeaux sur leurs pages personnelles », explique Céline Friche.

Appartenances plurielles
Par ailleurs, plusieurs des jeunes que Mme Friche et M. Poirier-Grenier ont interviewés exprimaient leur appartenance de façon moins typique. « Certains adolescents rejettent les conceptions de citoyenneté, de groupe ethnique ou de classe sociale et vont plutôt exprimer des préférences musicales ou un attachement à la Francophonie sur les sites de réseautage en ligne, décrit Hans-Olivier Poirier-Grenier. Ceux-ci illustrent souvent clairement leur sentiment d’être des citoyens du monde ».

Les chercheurs remarquent aussi que les jeunes étudiés ont des réseaux d’amis qui habitent dans leur pays d’origine et des réseaux d’amis qui habitent au Québec. C’est, selon eux, la force de ce dernier qui favorisera l’intégration des adolescents immigrants au Québec. « L’idée stéréotype que les gens sont amis sur Internet avec de purs inconnus ne s’applique pas vraiment aux jeunes immigrants québécois », résume Céline Friche.

Il apparaît donc que les identités culturelles se manifestent sur Internet, mais ne constituent pas un frein à l’intégration des nouveaux Québécois. Pour Céline Friche et Hans-Olivier Poirier-Grenier, les appartenances des nouveaux arrivants s’observent en ligne, mais elles sont le reflet d’amitiés et de sentiments nés préalablement.

Par Viviane De Repentigny

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, votre outil de veille professionnelle en éducation!




🤩 Vous pouvez vous aussi publier un article dans les pages de l'École branchée! Partagez vos projets, idées, conseils et coups de coeur éducatifs avec nos plus de 60 000 visiteurs par mois! Voici comment faire!



ANNONCE FOURNIE PAR GOOGLE
NOTE : Nos abonnés connectés ne voient pas ces annonces!
Avatar
Martine Rioux
Martine a été rédactrice en chef d'Infobourg.com (le premier nom du site de l'École branchée) pendant plusieurs années. Elle est aujourd'hui conseillère en communication pour l'organisme Québec numérique.