À l’aube d’une année incertaine : ouverture, solutions locales et autres tâches connexes

[Dans l'oeil du directeur] Marc-André Girard, directeur d'une école primaire publique dans les Laurentides, parle des défis de l'année qui débute. Il invite les directions à faire preuve de plus d'ouverture que jamais! « L'ouverture de la direction a un important potentiel de mobilisation. En effet, en moment de crise, donner du pouvoir à toutes les parties prenantes est une démonstration que la direction a bel et bien confiance en son équipe, et ce, même lorsque la marge de manœuvre est mince. »
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Les leçons de l’été 2020 à retenir pour l’éducation

[Dans l'oeil du directeur] Des plages de la Gaspésie à l'explosion de Beyrouth, en passant par les théories du complot lorsqu'on parle de COVID-19, les événements récents qui traduisent, pour la plupart, une mutation de notre société. Et si on en tirait des leçons pour faire muter à son tour l’éducation?

L’effet Dunning-Kruger en éducation

|Dans l'oeil du directeur| En éducation, l’effet Dunning-Kruger, soit l’opinion qu’une personne a de sa propre connaissance d’un domaine en particulier par rapport à son niveau réel de compétence, peut essentiellement être envisagé de quatre façons différentes. Notre collaborateur, Marc-André Girard, les expose dans son plus récent billet.

Semer des graines de leadership

[Dans l'oeil du directeur] Lorsqu’il est question de leadership à l’école, on fait le plus souvent référence à la direction. Oui, on s’attend d’une direction d’école qu’elle soit un leader dans son milieu. Or, doit-elle être le seul leader à bord? Et si le leadership, ce n’était pas tout à fait cela? Une réflexion de Marc-André Girard.

À l’aube d’une année incertaine : ouverture, solutions locales et autres tâches connexes

[Dans l'oeil du directeur] Marc-André Girard, directeur d'une école primaire publique dans les Laurentides, parle des défis de l'année qui débute. Il invite les directions à faire preuve de plus d'ouverture que jamais! « L'ouverture de la direction a un important potentiel de mobilisation. En effet, en moment de crise, donner du pouvoir à toutes les parties prenantes est une démonstration que la direction a bel et bien confiance en son équipe, et ce, même lorsque la marge de manœuvre est mince. »

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Et si on changeait l’école? Un forum sur l’école de demain en webdiffusion

Le 24 septembre prochain aura lieu à Paris l’événement « Et si on changeait l’école? », auquel on pourra assister de partout en webdiffusion. Destiné aussi bien aux parents qu’aux professionnels de l’éducation, ce rendez-vous donnera la parole aux pionniers de l’école de demain, à ceux qui, sur le terrain innovent et expérimentent pour faire évoluer la pratique pédagogique.

Prendre exemple sur les enfants pour vivre une année mémorable

Témoignage d'un enseignant du CSS de Montréal sur la rentrée actuelle : « Je suis de retour à l’école et je vois le bonheur dans les yeux des élèves. L’école renaît de ses cendres, ils sont heureux de la retrouver. » Et vous, qu'est-ce qui se vit de beau dans votre milieu?

Google Expéditions pour surpasser les limites imposées par la pandémie

On vous présente aujourd'hui différentes idées pour tirer profit de l'application Google Expéditions afin de faire oublier, du moins momentanément, les contraintes de sorties scolaires liées à la situation sanitaire. Et en profiter pour aller encore plus loin que prévu!

Jeunesse, J’écoute offre des ressources pour surmonter le stress de la rentrée scolaire

Les données de Jeunesse, J'écoute révèlent qu'un jeune sur trois qui fait appel à l'organisme par texto éprouve un sentiment de détresse à l'idée de retourner à l'école, le troisième problème le plus récurrent après la solitude et la santé mentale. L'équipe a donc développé un programme spécial, La rentrée scolaire, qui propose de nombreuses ressources, astuces et idées.

L’année scolaire s’amorce sous peu et on peut certainement penser qu’elle sera atypique. D’une part, les directions d’école devront gérer les activités scolaires sans savoir si elles pourront avoir lieu ou quelles formes elle prendront. D’autre part, elles devront exercer un leadership pédagogique sans connaître les nouveaux repères sur lesquels s’appuyer. Les enseignants enseigneront comme jamais et emploieront probablement des stratégies qu’ils n’ont jamais utilisées auparavant. Comment naviguer à bon port avec tous les élèves en prenant soin d’éviter les écueils qui joncheront le parcours?

Concevoir différemment l’éducation

Il y a fort à parier que la vision traditionnelle de l’éducation devra changer. L’éducation en mutation depuis quelques années s’accélère et peut prendre de court ceux qui n’avaient pas actualisé leurs pratiques professionnelles. Je ne blâme personne; bien futé celui qui aurait pu prévoir une telle situation!

On ne peut plus prendre l’école pour acquis dans sa forme conventionnelle. L’école demeurera-t-elle ouverte? Tous les élèves seront-ils au rendez-vous en classe? Dans un cas comme dans l’autre, la flexibilité pédagogique prend tout son sens. Des approches pédagogiques hybrides devront être envisagées, des plans B et C devront être élaborés. Les obligations scolaires ne sont plus exclusivement envers les élèves présents en classe, mais aussi envers ceux qui ne peuvent la fréquenter.

Bref, il faut revoir nos réflexes pédagogiques et notre conception de l’éducation ainsi que celle nous avons de notre profession et de l’institution dans laquelle nous évoluons.

Développer notre tolérance à l’ambiguïté

Comment composer avec l’incertitude? À mon avis, il faut cesser d’être dans l’attente des consignes ministérielles ou des centres de services scolaires et vivre dans le présent. Tout vient à point à qui sait attendre, les réponses à nos questions viendront au moment opportun. Cessons d’être suspendus aux éventuels plans et concentrons-nous sur les informations que nous avons pour faire mieux que ce que nous faisons de bien. La pandémie fait en sorte qu’il est difficile de prévoir ce qui se passera dans quelques mois. C’est normal que les réponses souhaitées arrivent moins rapidement qu’à l’habitude.

Hervé Sérieyx écrivait « le monde n’est incertain que pour ceux qui ont besoin de certitudes; pour les autres, il n’est que le monde de toujours avec les risques et les chances de ses hasards ». L’unique certitude est l’incertain; poursuivons notre route en acceptant que parfois il faudra prendre quelques virages prononcés à la suite d’avis tardifs et qu’il faudra peut-être revenir sur ses pas par moment.

N’oublions pas : une année scolaire, ce n’est pas un sprint, mais un marathon de dix mois.

Trouver des solutions locales

Chaque école est un organisme unique qui est un reflet de sa collectivité. Nos écoles, notamment nos écoles primaires, sont des écoles de proximité. Malgré que le problème soit le même pour tous (la pandémie), il n’y a pas de solution unilatérale. Ce qui est vrai pour une école primaire de la Gaspésie, par exemple, peut pas ne pas l’être pour une école secondaire de la région montréalaise.

Si, pour plusieurs, le leadership de crise doit se manifester par un leadership descendant (« top down »), il faut néanmoins tenter, dans la mesure du possible, l’approche ascendante (« bottom up »). La raison est simple : ceux qui sont à la base de l’école, notamment les enseignants, auront à implanter les mesures et à faire preuve d’ingéniosité. Il est donc logique qu’ils puissent exercer leur leadership. L’ouverture de la direction a un important potentiel de mobilisation. En effet, en moment de crise, donner du pouvoir à toutes les parties prenantes est une démonstration que la direction a bel et bien confiance en son équipe, et ce, même lorsque la marge de manœuvre est mince.

Autres tâches connexes

Les besoins sur le terrain seront nombreux et variés. En parallèle, les ressources se font rares puisque nous sommes déjà frappés par la pénurie de main d’œuvre et certains travailleurs de l’éducation seront exemptés de se rendre à l’école pour des raisons médicales. Cela implique que ceux qui seront présents devront faire preuve d’ouverture et de flexibilité pour varier leur occupation traditionnelle en effectuant d’autres tâches. La direction devra faire preuve de créativité pour combler les besoins de ses élèves et gérer les ressources humaines de façon créative, mais aussi de façon efficace. Peut-être même aller en classe pour remplacer un enseignant? Peut-être les enseignants devront-ils faire plus de surveillances? Faire des périodes de récupération en ligne?

Il y a fort à parier que les « toutes autres tâches connexes » des contrats de travail prendront tout leur sens cet automne vu la nécessité de sortir des descriptions de tâche.

Bref, une année scolaire incertaine se pointe à l’horizon. À présent, à nous de relever le défi et d’être à la hauteur de ce qui nous attend.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!



À propos de l'auteur

Marc-André Girard
Marc-André Girard
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003) et d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013). Il est actuellement doctorant en administration scolaire. Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership pédagogique. Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction à la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédagonumériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. Il a participé à des expéditions pédagogiques en France, en Finlande, en Suède, au Danemark et au Maroc. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et, en 2019, il a publié une trilogie portant sur l'école du 21e siècle chez le même éditeur. Il collabore fréquemment à L’École branchée sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et des directions d'école ainsi que l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Vous avez quelques minutes pour nous aider?

Voici le sondage à nos lecteurs que nous menons présentement!