Une heure de code à travers le monde

Du 9 au 15 décembre se déroule la semaine Computer Science Education Week. Le but de cette semaine est de promouvoir l’utilisation de l’informatique dans les écoles. On ne parle pas ici d’apprendre à utiliser un traitement de texte, mais d’apprendre à programmer, rien de moins!

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Du 9 au 15 décembre se déroule la semaine Computer Science Education Week aux États-Unis. Le but de cette semaine est de promouvoir l’utilisation de l’informatique dans les écoles. On ne parle pas ici d’apprendre à utiliser un traitement de texte, mais d’apprendre à programmer, rien de moins!

L’objectif du projet « Une heure de Code » (Hour of Code) est simple et ambitieux : permettre à 10 millions d’élèves de faire une heure de programmation cette semaine. Pour faciliter ce projet, le site Web de l’organisation contient plusieurs tutoriels vidéo et des jeux pour les plus petits. Une panoplie de ressources est aussi disponible pour les enseignants. Il est même possible de suivre les réalisations des élèves avec le mot clé #HourofCode sur Twitter.

Cette initiative est soutenue par l’organisation à but non lucratif Code.org. Elle a été fondée par les frères Ali et Hadi Partovi. Ces deux frères sont des entrepreneurs Web qui ont eu beaucoup de succès avec des produits comme iLike et des investissements dans Facebook, Zappos et Dropbox. Leur but est de promouvoir la science informatique dans les écoles.

Leur vision est que chaque élève de chaque école américaine ait l’opportunité d’apprendre la programmation. Selon eux, la science informatique devrait faire partie du curriculum des écoles au même titre que la biologie, la physique et l’algèbre. Actuellement, 90 % des écoles primaires et secondaires américaines n’offrent aucun cours de programmation.

L’idée d’introduire la programmation dans les écoles n’est pas nouvelle. En 1981, le savant soviétique Andreï Ershov a présenté une conférence à l’UNESCO dont le thème était « La programmation est une deuxième alphabétisation ». Suite à cette conférence, la Chine a introduit la programmation dans son curriculum avec comme objectif de préparer les générations futures à l’utilisation de l’informatique.

Un argument important pour l’introduction de la science informatique dans les écoles est en lien avec l’abondance de technologie dans nos vies. Une personne sans aucune connaissance en programmation est dépendante des compagnies qui créent ces technologies. Apprendre aux élèves à programmer leur donne des outils pour influencer leur environnement, et non seulement être des consommateurs passifs. La programmation est aussi un levier qui permet l’innovation. Des produits comme le iPad ou le service Paypal ont été possibles grâce à la programmation. La grande majorité des innovations qui changent nos vies aujourd’hui et celles qui vont les changer demain ont un point en commun : elles ont toutes et seront toutes programmées, au moins en partie…

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Sébastien Warthttp://www.edulogia.com
Directeur à l'enseignement et à l'innovation pédagogique au Collège Saint-Paul. Spécialiste en intégration technologique, Sébastien a été conseiller en technologies de l’information et optimisation Web à la FÉEP ainsi que conseiller pédagogique en intégration des technologies et enseignant au Collège de Montréal.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!

Prochaines formations en direct