ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

Quelques conseils pour juger de la sécurité des plateformes éducatives

Depuis la mise en place du Centre gouvernemental de cyberdéfense du gouvernement du Québec, de nouvelles politiques et directives ont été élaborées et diffusées au sein des ministères et organismes de la province, notamment en lien avec la protection des renseignements personnels et l’hébergement des données. Celles-ci s’appliquent aussi au réseau de l’éducation et gagnent à être davantage connues.

Publié le :

Classé dans :

Depuis la mise en place du Centre gouvernemental de cyberdéfense du gouvernement du Québec, de nouvelles politiques et directives ont été élaborées et diffusées au sein des ministères et organismes de la province, notamment en lien avec la protection des renseignements personnels et l’hébergement des données. Celles-ci s’appliquent aussi au réseau de l’éducation et gagnent à être davantage connues.

Depuis mars 2020, l’usage d’outils technologiques a connu une grande croissance dans les établissements d’enseignement. Ces outils ne sont malheureusement pas tous égaux sur les plans légal, éthique, de la sécurité et de la protection des renseignements personnels. Quelques vérifications s’imposent avant de choisir un nouvel outil. Voilà pourquoi le personnel enseignant devrait développer des réflexes visant particulièrement à assurer la protection des renseignements personnels.

Qu’est-ce qu’un renseignement personnel?

Selon la Commission d’accès à l’information du Québec, « les renseignements personnels sont ceux qui portent sur une personne physique et permettent de l’identifier. Ils sont confidentiels. Sauf exceptions, ils ne peuvent être communiqués sans le consentement de la personne concernée ». Il peut donc s’agir du nom d’une personne, d’un numéro de téléphone, d’un courriel, etc.

Ce qu’il faut savoir

Selon les lois québécoises et les directives gouvernementales, les plateformes choisies doivent respecter les bonnes pratiques en termes de sécurité de l’information et de protection des renseignements personnels.

Cela signifie, notamment, que la plateforme :

  • doit comporter des mécanismes de sécurité qui sont raisonnables, tenant compte de la sensibilité des renseignements personnels (plus un renseignement est jugé sensible, plus le niveau de protection devra être élevé);
  • ne doit pas collecter des renseignements personnels des élèves ou des parents d’élèves à leur insu (si la plateforme choisie permet la collecte des données personnelles d’un élève mineur, l’enseignant doit s’assurer d’obtenir, préalablement à son utilisation, le consentement d’un parent ou du tuteur); 
  • ne doit pas permettre le transfert ou le stockage des renseignements personnels dans un pays qui n’offre pas le même niveau de protection que la province de Québec. (Il s’agit d’une obligation prévue dans la Loi d’accès à l’information. Généralement, au Canada et aux États-Unis, on peut considérer que la protection est équivalente).

Avant de choisir

  • Cerner les besoins en termes d’enseignement, d’apprentissage ou de collaboration;
  • Identifier les options possibles;
  • S’informer auprès des collègues pour savoir si une plateforme est déjà utilisée ou privilégiée dans son centre de services scolaire;
  • Éviter la multiplication des plateformes qui ont une même finalité (afin de faciliter l’appropriation ainsi que l’accompagnement pour tous (enseignants, élèves, parents);
  • Si le choix d’une nouvelle plateforme s’impose, faire quelques vérifications supplémentaires :
    • Lire la page À propos (l’information est-elle claire?);
    • Valider qu’il existe un service à la clientèle facilement accessible (par courriel ou téléphone, y a-t-il des heures d’ouverture?; le nom d’une personne contact?);
    • S’informer du lieu d’hébergement des données;
    • Lire la politique de confidentialité et de sécurité (même si cela peut sembler fastidieux).

Attention, ce n’est pas parce qu’une plateforme est conforme en ce moment qu’elle le sera pour toujours. Il faut donc refaire des vérifications à chaque année. Par exemple, des plateformes peuvent être vendues ou le contexte politique peut changer la donne (ex. plateforme appartenant à des intérêts russes).

Finalement, pour s’assurer de la conformité d’un outil avant de l’utiliser et discuter des options, les enseignants sont invités à communiquer avec le responsable de l’informatique ou de la sécurité de l’information de leur centre de services scolaire (tous devraient en avoir au moins un). Ainsi, ils pourront trouver un compromis entre les besoins pédagogiques et les enjeux de sécurité.

Le Centre opérationnel de cyberdéfense du ministère de l’Éducation est également disponible pour répondre à des questions venant des CSS ou de pousser plus loin les recherches concernant certaines plateformes.

En complément :

Aussi dans notre fil d’actualités :

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Martine Rioux est rédactrice et gestionnaire de projets d’éditions numériques. Au fil de ses expériences, elle a développé une solide expertise en lien avec la transformation numérique dans divers secteurs d’activités (éducation, culture, administration publique, etc.). Elle maîtrise les subtilités de l’univers numérique, ses enjeux, ses possibilités et sait les vulgariser en deux clics de souris. Elle est notamment rédactrice en chef des médias de l’École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

L’École branchée fait son retour sur l’année 2023-2024 et annonce les nouveautés prochaines

En plus de lancer son Grand débrouillage le 5 juin dernier, l'École branchée a tenu son événement de fin d’année en formule webinaire, réunissant son équipe avec des leaders du milieu scolaire à travers le Canada, et même d’ailleurs dans la francophonie, pour discuter d'enseignement à l'ère du numérique. Le tout a aussi permis de présenter les services et ressources de l’organisme pour faire rayonner et accompagner le milieu scolaire. Retour.  

Téléphone intelligent à l’école : l’interdiction n’est pas l’unique solution

Luc Bonneville et Diane Riddell, de l'Université d'Ottawa, signe ce texte dans lequel ils s'expriment sur la tendance à vouloir interdire les téléphones intelligents dans les écoles. « Dans la mesure toutefois où le téléphone intelligent est désormais un outil privilégié de socialisation et de mise en commun chez les jeunes, son interdiction devrait faire l’objet d’un débat éclairé et nuancé. La volonté de faire de nos écoles des espaces-temps complètement opaques à tout autre temps social n’est peut-être pas réaliste ni souhaitable. »

Revoyez le premier webinaire de la série Leaders à l’ère du numérique : Un sport d’équipe!

Alimenter votre Vision Innovante et Pédagogique : telle était l’intention du webinaire du 23 avril dernier, premier de la série « Leaders à l’ère du numérique : Un sport d’équipe », une collaboration École branchée et escouadeÉDU. Revoyez les pistes de réflexion et exemples proposés par les animateurs aux participants afin qu’ils puissent mieux atteindre leurs objectifs professionnels et organisationnels.