ANNONCE

Les initiatives en littératie numérique se multiplient pour les jeunes… et ils en ont besoin!

« On pense que les jeunes sont habitués aux technologies et on leur donne beaucoup de crédit en ce sens. Oui, ils sont surtout capables d’utiliser certaines applications. Pour le reste, ils ont besoin d’accompagnement. Ils ont aussi besoin qu’on leur montre que la techno, ce n’est pas juste des passe-temps, cela peut aussi devenir une carrière », affirme Jonathan Le Prof, enseignant d’univers social, porte-parole de la première édition du Mois numérique jeunesse.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Marquer comme favori (0)

« On pense que les jeunes sont habitués aux technologies et on leur donne beaucoup de crédit en ce sens. Oui, ils sont surtout capables d’utiliser certaines applications. Pour le reste, ils ont besoin d’accompagnement. Ils ont aussi besoin qu’on leur montre que la techno, ce n’est pas juste des passe-temps, cela peut aussi devenir une carrière », affirme Jonathan Le Prof, enseignant d’univers social au Centre de services scolaire de Rouyn-Noranda, très actif sur les médias sociaux.

Jonathan était porte-parole de la première édition du Mois numérique jeunesse, qui s’est terminée le 6 mars. À l’occasion d’un midi d’activités en ligne, qui a notamment réuni les membres de la Table de concertation en littératie numérique du Québec, il a discuté avec ceux-ci.

Lorsqu’on pense aux compétences numériques des jeunes, on pense rapidement à repérer les fausses nouvelles en ligne ou à choisir ce qu’on publie ou non, mais c’est aussi comment rédiger et envoyer un courriel, comment utiliser un chiffrier électronique, classer des documents numériques, etc. Bref, tout un éventail de compétences très différentes les unes des autres.

Jonathan a reconnu que les enseignants eux-mêmes ont parfois besoin d’acquérir certaines connaissances afin de pouvoir ensuite les transmettre à leurs élèves. « Comment être éthique dans son utilisation du Web, comment développer de bonnes pratiques… Avec ce bagage en main, il est possible d’être plus conscient de l’importance des enjeux numériques et d’en discuter avec les élèves. »

Des activités et ressources en littératie numérique

La rencontre des membres de la Table de concertation en littératie numérique du Québec, qui est coordonnée par l’organisme Printemps numérique, a également permis de partager différentes ressources accessibles pour les jeunes et les enseignants.

  • Grâce au soutien de CIRA (Canadian Internet Registration Authority), TechnoCulture Club a débuté le développement du projet C’est juste en ligne, en partenariat avec les Bibliothèques de Laval. Ce projet vise à offrir aux adolescent(e)s (12 à 18 ans) l’accès à des outils, des ressources et un soutien qui leur permettront de devenir des citoyen(ne)s numériques autonomes en les aidant à comprendre la cyberviolence et à demeurer en sécurité en ligne.
  • Le Carrefour jeunesse-emploi Vaudreuil-Soulanges propose les ateliers Cultive ton Web, qui permettent à des jeunes de créer le site Web d’entreprises d’économie sociale de leur région.

Le fardeau de protéger sa vie privée

Par ailleurs, juste avant la rencontre de la Table de concertation, un événement Facebook Live avait été organisé dans le cadre du Mois numérique jeunesse, avec la spécialiste en médias numériques Nellie Brière.

Elle a parlé de transparence (ou plutôt du manque de transparence) dans plusieurs plateformes numériques. Lisez-vous vraiment les conditions d’utilisation? Connaissez-vous l’usage qui sera fait de vos données? Quelle est la motivation d’une plateforme quand elle collecte telle ou telle autre de vos données?

« Pour comprendre ces enjeux, cela demande un niveau minimal de littératie numérique. Cela demande aussi d’être perspicace et de se préoccuper de sa vie privée », dit-elle. « Les plateformes numériques se sont construites en remettant aux utilisateurs le fardeau individuel de protéger leur vie privée, mais encore faut-il en être conscient et savoir comment faire. »

« Par ailleurs, voulons-nous vraiment laisser le soin aux entreprises de nous expliquer? Ne sommes-nous pas mieux de nous former pour comprendre? » Selon elle, chaque citoyen a aujourd’hui le devoir de chercher à mieux comprendre le fonctionnement des plateformes numériques et de s’informer pour mieux contrôler ses données personnelles.

Elle a donné deux exemples de transparence :

Les ressources du Mois numérique jeunesse demeureront accessibles tout au long de l’année sur le site Web.

L’École branchée est membre de la Table de concertation en littératie numérique du Québec et du comité de programmation du Mois numérique jeunesse.

En complément :

  • Une entrevue de Jonathan Le Prof à l’émission matinale Salut Bonjour!, au sujet de l’importance de sensibiliser les jeunes aux possibilités du numérique.

Vos commentaires

Pour commenter ce sujet et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :