L’enseignement simplifié grâce au tableau blanc interactif

Comme presque toutes les écoles au Québec maintenant, l’école secondaire Otapi, dans Lanaudière, est équipée de tableaux interactifs. Les enseignants expliquent les nombreux avantages qu’ils y voient.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

ANNONCE
Ajouter aux favoris (0)

Comme presque toutes les écoles au Québec maintenant, l’école secondaire Otapi, dans Lanaudière, est équipée de tableaux interactifs. Les enseignants expliquent les nombreux avantages qu’ils y voient.

Questionnés sur le sujet, ils citent plusieurs exemples concrets. D’abord, des fonctions comme la duplication d’éléments ou la reconnaissance de texte et d’objets leur font épargner un temps précieux. Par exemple, pour un exercice de vocabulaire, l’enseignant peut inviter ses élèves à créer le plus de mots possibles à partir d’un mot initial (racine). L’option de duplication à l’infini rend le tout très dynamique. Pour sa part, l’enseignant de musique s’en sert pour reproduire rapidement et fidèlement les notes sur une portée plutôt que de les écrire à la main.

Les outils de reconnaissance de texte et d’objets sont aussi très appréciés des enseignants. Ils leur permettent d’intégrer directement en format numérique des éléments manuscrits sur le TBI. Très pratique pour ceux qui disent « mal écrire »!

Certains outils spécifiques du logiciel d’accompagnement du TBI favorisent la mise en évidence de concepts. Les possibilités de zoom ou d’encadrement de zones sur l’écran en sont des exemples. Les élèves voient alors plus en détail les éléments importants (d’une région du globe, par exemple) et il est plus facile de concentrer leur attention.

Les enseignants disent apprécier l’interaction qu’il permet entre les élèves, l’enseignant et la matière (à ce sujet, voyez aussi la vidéo « TBI : au-delà de la techno … la pédago! »). À l’aide de méthodes simples, ils peuvent varier les activités traditionnelles. Quelques exemples : le « glisser-déposer » dans un cours de géographie permet à l’élève d’associer correctement le nom de chaque continent, de différents pays, des océans ou autres; en mathématiques, l’enseignant prépare un problème à résoudre et cache la réponse sous une boîte qui pourra être déplacée pour révéler la réponse, une fois la démarche complétée. Bien que simpliste, ces activités suscitent tout de même l’intérêt des élèves puisque leur apprentissage est stimulé par le jeu.

En conclusion, les enseignants de l’école secondaire Otapi reconnaissent que leur enseignement devient plus efficace et que les élèves sont plus attentifs et aptes à intégrer la matière lorsqu’ils utilisent le TBI. Tous estiment que l’outil est une technologie intéressante car ses avenues sont presqu’inépuisables.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Felipe Antaya
Felipe Antaya
Poursuivant des études en technologie éducative, Felipe Antaya travaille depuis plusieurs années dans le milieu de l’éducation au niveau secondaire et collégial. Titulaire d’une maîtrise en études québécoises et d’un baccalauréat en philosophie, il a aussi œuvré dans le milieu des médias écrits.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :