ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

Le CEFRIO examine comment le numérique peut améliorer l’apprentissage

Le CEFRIO publiait hier la synthèse d'un projet de recherche portant sur les technologies du numérique dans les écoles québécoises.

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Array

Le CEFRIO publiait hier la synthèse d’un projet de recherche portant sur les technologies du numérique dans les écoles québécoises.

Quel est l’apport actuel du numérique à l’apprentissage? Quels défis se posent pour tirer le maximum des outils numériques en classe? Comment s’assurer que ces outils servent le développement des apprentissages durables des élèves, et non seulement leur motivation? Voilà quelques-unes des questions auxquelles l’équipe a voulu trouver des pistes de réponse.

Ce rapport du CEFRIO (Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des TIC) propose un regard global sur l’usage du numérique à l’école. Il met notamment en relief la préoccupation montante à l’échelle mondiale qui vise à faire faire des apprentissages en profondeur aux élèves par le numérique (« apprentissage amélioré par la technologie »).

7 études de cas

On y trouve notamment le résumé de 7 études de cas, qui peuvent être consultées plus en détails au bas de cette page.

  1. Le cas de la commission scolaire Marguerie-Bourgeoys, qui « mise sur la formation et sur l’équilibre entre standardisation et flexibilité »;
  2. Le cas du programme PROTIC au Collège des Compagnons (CS des Découvreurs), où chaque élève a son portable;
  3. Le cas du Collège Jean-Eudes, une école privée qui « a pris le virage vers la mobilité dans une dynamique d’organisation apprenante »;
  4. Le cas d’une enseignante qui a entrepris en solitaire une démarche de changement de pratique;
  5. Le cas d’un enseignant qui intègre le numérique au primaire;
  6. Le cas de la commission scolaire anglophone Eastern Townships, « qui doit assurer la pérennité d’un virage numérique entrepris il y a dix ans »;
  7. Le cas d’un enseignant porteur du « dossier numérique » au sein de son école.

 

13 tendances lourdes identifiées dans le numérique scolaire

Ce rapport fait suite à la parution, en novembre 2014, d’une recension des écrits dans laquelle on identifiait 13 tendances :

  1. La prudence qui règne en formation initiale et continue des enseignants
  2. L’apprentissage hybride s’installe dans la classe
  3. L’individualisation de l’enseignement au moyen du numérique s’accentue
  4. Les outils et ressources numériques de type « grand public » pénètrent dans la classe
  5. Le défi d’enseignement à relever, faire apprendre en profondeur
  6. L’apprentissage entre pairs est facilité par l’usage de plateformes de collaboration
  7. La présence émergente de la coélaboration de connaissances dans l’école en réseau
  8. De l’école branchée à l’école en réseau
  9. D’un mode réceptif à un mode participatif dans la classe d’une école 2.0
  10. De l’intégration des TIC à l’apprentissage amélioré par la technologie (AAT)
  11. Des systèmes scolaires engagés dans une transition d’importance
  12. Des initiatives d’envergure sont déployées
  13. De nouvelles formes d’iniquité apparaissent

 

Le rapport final du projet Usages du numérique dans les écoles québécoises, mené pour le compte du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), a été réalisé avec l’étroite collaboration de Thérèse Laferrière, chercheure à l’Université Laval, directrice du CRIRES et chercheure associée au CEFRIO. Il s’appuie notamment sur une revue de littérature scientifique et l’examen de quelques cas québécois.

Rapport synthèse Usages du numérique dans les écoles québécoises >

 

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Les six écoles du Lab-École sous la loupe des chercheurs

Cinq ans après le lancement de l’idée du Lab-École au Québec, les chercheurs Jonathan Bluteau et Mélissa Goulet, tous deux professeurs à la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM, s’apprêtent, avec une imposante équipe, à étudier les retombées de ce projet innovateur sur la réussite éducative. 

Laboratoires créatifs dans les écoles québécoises : état des lieux et questionnements

Bien que le déploiement de laboratoires créatifs ait été entamé dans les écoles québécoises avant la pandémie et que plusieurs avantages soient identifiés pour le développement de compétences chez les élèves, les auteurs d'un récent rapport soulèvent quelques questions sur le futur du déploiement de ces ateliers de fabrication.

Un sondage révèle que les jeunes font confiance à la science, mais la situation demeure fragile

La Fondation canadienne pour l’innovation, en partenariat avec l’Acfas, réalisé un sondage afin de connaître les perceptions des jeunes Canadiens de 18 à 24 ans sur quatre enjeux scientifiques. Les résultats mettent en lumière l'écosystème médiatique dans lequel baignent les jeunes et l'importance de réaliser des activités de sensibilisation auprès d'eux.