Esport en parascolaire : la passion des jeux vidéo comme tremplin vers de saines habitudes de vie

Frédéric Yelle, directeur adjoint à l’encadrement des élèves et à l’innovation au Collège Ville-Marie, parle des raisons de la création du programme e-sport offert en parascolaire depuis la rentrée.

Entrevue : Stéphanie Dionne
Texte : Audrey Miller

Depuis la rentrée 2019-2020, le Collège Ville-Marie, une école secondaire privée située sur l’île de Montréal, propose un programme de e-sport en parascolaire. Bien entendu, il n’est pas question d’enlever du temps à la grille-horaire : tout se passe après l’école, au même titre que les programmes de sports et autres. 

Pour intégrer et demeurer dans l’équipe d’e-sport du Collège, les élèves doivent travailler fort et maintenir un équilibre de vie axé sur trois volets : saine alimentation, sommeil et activité physique. À cet effet, famille et école font équipe et communiquent via un portfolio. Par exemple, la famille fournit de la rétroaction à propos du sommeil et de l’alimentation. 

De plus, les élèves doivent aussi maintenir un niveau de langage approprié. En effet, tous ceux qui ont déjà écouté des joueurs via YouTube ou Twitch ont certainement remarqué la piètre qualité de la langue! Dans l’équipe du Collège Ville-Marie, le coach Charles-Alexandre Pelletier insiste pour maintenir un haut standard dans les communications entre les joueurs. 

Une réaction positive des parents

La direction du Collège a d’abord annoncé l’arrivée du programme aux parents dans le cadre d’une conférence sur l’hyperconnectivité. Plusieurs parents exprimaient déjà les défis qu’ils ont à imposer des limites à leurs enfants, et ce cadre rigoureux proposé par l’école contribue à en fournir. 

« Quand j’étais jeune, j’aurais aimé avoir cette opportunité là, pour le côté social, pour apprendre plus tôt dans ma vie à bouger et les saines habitudes de vie », conclut Frédéric Yelle.  

Pour en savoir plus, écoutez l’entrevue complète ou lisez l’article rédigé par Frédéric Yelle dans le numéro d’automne 2019 du magazine.