École et ergonomie

Bien que souvent considérée comme un luxe négligeable, l’ergonomie représente un intérêt humain et économique incontestable. En effet, dans un milieu riche en ressources tel que le milieu scolaire, des connaissances en ergonomie permettront d’atteindre une utilisation optimale de celles-ci.

par Bouchra BENTALEB, étudiante en master 2 ingénierie de formation, technologies éducatives et communication à l’Université Mohammed premier Oujda – Maroc.

Le terme ergonomie est dérivé du grec ergon (travail) et nomos (règles) pour signifier la science du travail. Selon l’association internationale d’ergonomie IEA (2000), l’ergonomie est « la discipline scientifique concernée par la compréhension des interactions entre les humains et les autres éléments d’un système, et la mise en œuvre dans la conception de théories, de principes, de méthodes et de données pertinentes afin d’améliorer le bien-être des hommes et l’efficacité globale des systèmes ».

C’est une discipline qui s’applique aujourd’hui à tous les aspects de l’activité humaine afin de concevoir des outils, des machines, des environnements de travail et des dispositifs qui peuvent être utilisés avec le maximum d’efficacité, de sécurité et de confort. Dans les écoles, nous parlons d’ergonomie scolaire. Cette dernière s’intéresse à la totalité des éléments du processus éducatif, traitant ainsi les rapports au travail des deux acteurs principaux (enseignants et élèves), les outils, les équipements, le matériel utilisé et le milieu, sans oublier les conditions sociales et temporelles où se déroulent les projets éducatifs.

Comme discipline, l’ergonomie a trois domaines de spécialisation :

L’ergonomie physique

Ce premier domaine se rapporte aux caractéristiques qui ont trait à l’activité physique des personnes. Ainsi dans le domaine éducatif, elle s’occupera, par exemple, d’améliorer le confort des élèves en classe.

L’ergonomie organisationnelle

Ce deuxième domaine étudie l’optimisation des systèmes sociotechniques (les structures, les règlements, etc.). Un exemple de ce type d’ergonomie dans le milieu scolaire est le fait d’optimiser l’organisation des espaces comme les salles de cours.

L’ergonomie cognitive

Ce troisième domaine traite des processus mentaux telle l’activité mentale d’observation et de traitement de l’information de l’utilisateur en relation avec un produit ou une autre personne. Utilisé en éducation, ce type d’ergonomie permettra, entre autres, de faire le choix d’interfaces d’information le plus adéquat et le mieux adapté aux élèves.

Pour conclure, l’ergonomie permet de trouver l’harmonie entre facteurs humains et contexte afin d’améliorer les situations scolaires.


Recevez chaque semaine l’actualité pédagogique que nous préparons pour vous dans notre Hebdo gratuit :