Des Racines pour grandir : vers la construction identitaire et le mieux vivre ensemble!

« Familles séparées, familles recomposées, enfants issus de l’immigration, manque de dialogue entre les générations… à travers cela, qui suis-je? » Voilà ce qu’on peut lire sur la page d’accueil du site internet du projet Des Racines pour grandir porté par une femme passionnée que j’ai eu la chance de connaître il y a quelques années. Nos chemins se sont croisés de nouveau cet automne et j’ai voulu comprendre ce qui l’avait menée à développer ce projet qu’elle accompagne aujourd’hui auprès de plus de 3 000 enfants en Belgique.

Vinciane Hanquet m’a alors invitée à participer à l’une de ses animations dans une classe de 6e année d’une école de Molenbeek-Saint-Jean à Bruxelles. J’ai été réellement interpellée par la démarche bienveillante mise de l’avant par le projet et par les moments de partage authentiques que celui-ci suscite chez les jeunes et leurs familles. Parce qu’il favorise à la fois la construction identitaire et l’ouverture à l’autre, Des Racines pour grandir est un projet qui offre beaucoup de sens pour tous les milieux éducatifs marqués par une forte diversité culturelle et au sein desquels une proportion élevée d’enfants sont issus de l’immigration.

« L’exil, la migration, la séparation sont autant d’expériences qui, mises au jour et décryptées dans un espace bienveillant et constructif, permettent à l’enfant de s’exprimer et de découvrir qui il est »

Pour se former, un enfant a besoin d’être informé

La composition, l’organisation et l’histoire des familles dans notre société actuelle se complexifient et entraînent parfois des ruptures de liens entre les générations en plus de soulever plusieurs questions auxquelles il importe de trouver des réponses appropriées. Lorsque ces liens rompus sont passés sous silence, plusieurs jeunes se retrouvent en perte de repère identitaire. Et cela peut être source de blocage pour les apprentissages et pour la construction d’un projet de vie.

Par ailleurs, les flux migratoires d’une ampleur sans précédent nous mettent dans une situation nouvelle. Les mélanges de population nous posent des défis : il faut de plus en plus apprendre à ouvrir nos esprits à d’autres façons de vivre, à d’autres réalités culturelles. Les milieux scolaires ne font certainement pas exception.

C’est dans ce contexte que Vinciane Hanquet a imaginé le projet Des Racines pour grandir. Afin de donner l’occasion aux enfants de raconter l’histoire de leur famille, autant ce qu’il y a de positif que ce qu’il y a de fragile, et de faire de ces histoires les leurs. Afin de favoriser un meilleur ancrage et donc une plus grande disponibilité à l’acte d’apprendre. Et afin de permettre à chaque jeune de mettre en valeur ses différences comme des richesse et de réaliser l’importance de tout ce qu’il a en commun avec les autres.

« Apprendre ses racines dans le temps et l’espace permet de se construire positivement en tant que citoyen, solidement ancré et ouvert sur le monde et sa diversité ».

Une démarche structurée qui intègre les programmes scolaires

Concrètement, le projet Racines consiste en un accompagnement sur une année scolaire à raison de 2 séances par mois au cours desquelles les élèves de 5e et 6e année du primaire sont invités à réaliser des missions pour aller à la rencontre des générations précédentes et apprendre à connaître leur héritage identitaire, familial et culturel.

Une série d’activités pédagogiques structurées sont proposées telles que l’arbre généalogique, la ligne du temps, les récits de vie, les anecdotes familiales ou la boîte à souvenirs. Chacune d’entre elles intègrent des matières scolaires (géographie, histoire, français, arts plastiques, …) en plus de favoriser le développement de plusieurs compétences (autonomie, curiosité, persévérance, débrouillardise, capacité à faire des choix, créativité, communication, …).

Pour mener les missions, les enfants disposent d’un outil transversal, soit une farde contenant une trentaine de fiches, qui les met en relation avec leur famille et qui devient la mémoire du processus vécu pendant l’année. De leur côté, les enseignant-e-s reçoivent un guide pédagogique, en plus d’être formés et accompagnés tout au long du projet.

L’originalité de la démarche réside dans le fait que les activités du projet sont menées en milieu scolaire, tout en impliquant activement les familles. Ainsi, les différentes générations se rencontrent, échangent et partagent des savoirs et des savoir-faire dans la construction d’un projet commun.

Une expérience riche de sens et un outil de prévention

Depuis 2012, les retombées du projet Des Racines pour grandir sont multiples. Sur le plan individuel, l’enfant entre dans une spirale positive de l’estime de soi et de son environnement proche, ce qui influence ses relations aux autres, son ouverture, sa motivation dans les apprentissages et son développement personnel.

Au niveau collectif, le projet permet aux groupes de vivre une expérience de solidarité et de reconnaissance mutuelle. Chaque histoire racontée, partagée et valorisée permet aux enfants et à leurs familles d’être sur un même pied d’égalité, d’abattre certaines peurs ou préjugés et de créer des solidarités.

La posture et le regard des enseignant-e-s aussi se transforment et il y a un renforcement de la confiance entre jeunes et adultes.

Finalement, le projet Racines devient un possible outil de prévention à tout type de délinquance, voire à la radicalisation, qui se manifeste de plus en plus auprès de jeunes en perte de repère. En favorisant la connaissance de soi et la valorisation des cultures et des histoires familiales, Des Racines pour grandir permet de remplir les trous culturels dans lesquels plusieurs des comportements déviants peuvent s’insérer. Par l’ouverture à l’autre qu’il engendre, le projet Racines est un moyen d’agir en profondeur avec et sur les jeunes à un moment important de leur développement.

« Chaque enfant réalise que sa culture est riche et peut apporter quelque chose à la société »

Le projet a été élaboré en Belgique pour les élèves du dernier cycle du primaire, or il est facilement transférable. En effet cette année, 45 futurs enseignants de l’école normale de Leuzen-en-Hainaut se sont lancés dans la démarche, utilisant les mêmes outils.

Vous aussi vous êtes persuadés que nos écoles ont besoin de mettre en place des projets qui favorisent la construction identitaire et le vivre ensemble?

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le projet Racines et vous êtes intéressés à collaborer avec nous afin de faire vivre cette démarche à vos élèves?

Nous souhaitons former une petite équipe pour porter le projet au Québec, alors contactez-nous à hanquet.vinciane@gmail.com ou alexane.sr@gmail.com.

Pour en savoir plus visitez le site internet du projet.

« Osez aller à la rencontre de votre identité, de vos racines, car les générations suivantes ont besoin que vous portiez haut votre héritage tout simplement »

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!