Reconnaissance faciale : plus de risques que de bénéfices?

Paru / Mis à jour le

Paradoxe dans l'univers du numérique : San Francisco, temple de l'innovation technologique, est devenue la première ville américaine à bannir l'utilisation d'outils de reconnaissance faciale par la police et d'autres agences du gouvernement local. C'est que plusieurs inquiétudes auraient été soulevées relativement à la protection de la vie privée et au respect des libertés civiques. De surcroît, selon plusieurs groupes, les risques associés à cette technologie sont trop grands relativement aux bénéfices qu'on pourrait en tirer. Regard sur une technologie aux grandes implications éthiques.

Paradoxe dans l’univers du numérique : San Francisco, temple de l’innovation technologique, est devenue la première ville américaine à bannir l’utilisation d’outils de reconnaissance faciale par la police et d’autres agences du gouvernement local. C’est que plusieurs inquiétudes auraient été soulevées relativement à la protection de la vie privée et au respect des libertés civiques. De surcroît, selon plusieurs groupes, les risques associés à cette technologie sont trop grands relativement aux bénéfices qu’on pourrait en tirer. Plusieurs ratés ont été mis de l’avant concernant, tout particulièrement, les femmes et les gens de couleur :

« Un projet-pilote mené lors d’un festival de musique l’an dernier a identifié 12 suspects parmi 40 000 visages… sauf que seulement deux étaient vraiment sur la liste des suspects. »

Source : Agence Science-Presse, 17 mai 2019

L’utilisation de la reconnaissance faciale en Chine est très questionnable actuellement. Par exemple, les piétons peuvent recevoir une amende s’ils n’ont pas traversé la rue au bon endroit. Et encore pire, dans ce même pays, la reconnaissance faciale servirait à faire du profilage racial.

« Le quotidien américain The New York Times a rapporté récemment que les autorités chinoises se servent de cette technologie pour repérer les membres de la minorité musulmane des Ouïgours. Le système est programmé pour ne chercher que les personnes arborant les caractéristiques physiques caractéristiques des membres de cette minorité. »

Source : Radio-Canada, 15 mai 2019

D’un côté plus positif, de grosses compagnies comme Apple (pour déverrouiller le iPhone), Facebook (pour nous identifier automatiquement sur des photos ou des vidéos) et JetBlue (pour accélérer l’embarquement à l’aéroport) se servent de la reconnaissance faciale dans le but de faciliter la vie des utilisateurs et rendent l’expérience client plus agréable.

Bref, une majorité s’entend sur le fait que la reconnaissance faciale n’est pas encore au point présentement, mais que mise entre bonnes mains et bien réglementée, cette technologie pourrait devenir un atout intéressant entre autres dans les cas de disparition d’enfants ou pour combattre le trafic sexuel.

« Cette technologie va s’améliorer et pourrait se révéler un outil utile pour la sécurité publique si elle est utilisée de manière responsable et avec le plus grand soin. »

Source : Radio-Canada, 15 mai 2019

Les pistes pédagogiques sont réservées aux enseignant(e)s abonnés à SCOOP!, par l’École branchée.

si vous êtes déjà abonné(e) ou apprenez-en plus ici!

Retour à l'accueil des guides

SCOOP! c'est...
 

Engagez vos élèves grâce à des contextes d'apprentissage motivants! Chaque parcours de pédagogie active SCOOP! propose d'abord une lecture prête à partager avec les élèves, puis des idées d'activités complémentaires pour l'enseignant. Arrimez facilement compétences disciplinaires et numériques!

Vous naviguez en mode invité!

Abonnez-vous ou pour masquer les publicités et voir les activités pédagogiques correspondant aux textes!

Chercher un guide...

Index des guides

Pour le primaire

Pour le secondaire

Par dimension de la compétence numérique

Pour ne rien manquer

Recevez une alerte par courriel dès la parution d'un nouveau SCOOP! :

D'autres guides d'activités à découvrir

Rejoignez-nous sur Facebook!

On y discute de pédagogie active!