Classé dans :

Prendre exemple sur les enfants pour vivre une année mémorable

Témoignage d'un enseignant du CSS de Montréal sur la rentrée actuelle : « Je suis de retour à l’école et je vois le bonheur dans les yeux des élèves. L’école renaît de ses cendres, ils sont heureux de la retrouver. » Et vous, qu'est-ce qui se vit de beau dans votre milieu?
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Confinée… mais pas mes élèves!

« La nouvelle est arrivée par texto à l’heure de la récréation. Ma fille est positive à la COVID-19. Je dois quitter ma classe le plus vite possible et ne pas y revenir pour les 14 prochains jours. On se prépare depuis la rentrée à la possibilité que nos classes ferment, mais là, c'est le contraire! Comment assurer un minimum de stabilité à mes élèves? » Un témoignage de Julie Chandonnet.

2 idées pour dynamiser votre enseignement

L’ASTROLab du Mont-Mégantic propose d'inviter virtuellement un professionnel dans votre classe! Pour sa part, il offre des séances d’animation gratuites d’une durée de 45 minutes aux groupes scolaires de tous les niveaux, directement à partir du tableau blanc interactif. Un reportage commandité sur une offre d'activité à ne pas manquer!

Formation à distance : le rendez-vous de l’automne

L’Université TÉLUQ invite les enseignants aux Journées du numérique en enseignement supérieur et aux Trophées du numérique, d'excellentes occasions de partager les expériences vécues au cours des derniers mois à travers le Québec et d’en apprendre davantage sur plusieurs aspects de la FAD.

Quelles différences entre pédagogies alternatives et classiques?

De nombreux parents font pour leurs enfants le choix d’écoles alternatives proposant une éducation différente. Pensons à Montessori, Freinet, Steiner... Quelles sont les différences entre ces pédagogies alternatives et les méthodes d’enseignement classiques? Comment le numérique peut-il aider à mettre en place les meilleurs principes de chacune au service de tous? Voici différentes idées à ce sujet. [Reportage commandité par Preply]

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Le biais de confirmation : levier de désinformation en temps de crise sanitaire

Dans le cadre de la série « Comment fabrique-t-on de l’information », fruit d'une collaboration entre l'Agence Science-Presse et l'École branchée, nous nous intéressons aujourd’hui au biais de confirmation. Zoom sur pourquoi sommes-nous portés à croire les fausses nouvelles. Indice : la faute revient en grande partie à notre cerveau!

Confinée… mais pas mes élèves!

« La nouvelle est arrivée par texto à l’heure de la récréation. Ma fille est positive à la COVID-19. Je dois quitter ma classe le plus vite possible et ne pas y revenir pour les 14 prochains jours. On se prépare depuis la rentrée à la possibilité que nos classes ferment, mais là, c'est le contraire! Comment assurer un minimum de stabilité à mes élèves? » Un témoignage de Julie Chandonnet.

Résultats de notre sondage de la rentrée sur les préoccupations des enseignants

À la rentrée, nous avons mené un grand sondage parmi nos lecteurs pour connaître leurs plus grands défis, particulièrement en lien avec le numérique. Notre rédactrice en chef dresse un bilan des réponses obtenues.

Et si on changeait l’école? Un forum sur l’école de demain en webdiffusion

Le 24 septembre prochain aura lieu à Paris l’événement « Et si on changeait l’école? », auquel on pourra assister de partout en webdiffusion. Destiné aussi bien aux parents qu’aux professionnels de l’éducation, ce rendez-vous donnera la parole aux pionniers de l’école de demain, à ceux qui, sur le terrain innovent et expérimentent pour faire évoluer la pratique pédagogique.

par Kevin Pye, enseignant au CSS de Montréal

L’année scolaire 2020-2021 sera sans aucun doute une année particulière. Dans les médias, nous entendons beaucoup parler de la COVID-19 et de tout ce qui vient avec : des personnes asymptomatiques et symptomatiques, des mesures sanitaires et des paliers d’intervention, etc. Nous sommes tous dans un état d’incertitude, parfois d’insécurité. Et qu’en est-il de nos enfants?

Je suis de retour à l’école depuis le mois d’août et je vois le bonheur dans les yeux des élèves. L’école renaît de ses cendres, ils sont heureux de la retrouver. Nos jeunes ont une insouciance qui leur permet de vivre cette pandémie et d’affronter l’incertitude sans questionner ni analyser les moindres détails. Ils ne sont pas nécessairement dans la même classe que leurs amis ou bien avec le prof qu’ils espéraient tant avoir, mais bon. Je n’ai vu ni entendu aucun enfant se plaindre d’être à l’école… Intéressant, n’est-ce pas?

Je n’ai vu ni entendu aucun enfant se plaindre d’être à l’école… Intéressant, n’est-ce pas?

Notre directeur se dévoue cœur et âme pour garder l’école debout et assurer la sécurité de ses élèves et de son équipe. Ce n’est pas tâche évidente car les consignes changent régulièrement. L’inquiétude est palpable chez les parents. Ils questionnent tout, et je les comprends. Par contre, ils ne remarquent peut-être pas tous de ce qui est mis en place depuis la rentrée pour s’assurer de la sécurité de ceux et celles qui fréquentent l’école. Chaque jour de la semaine, je me fais un devoir de passer au bureau de notre directeur pour le faire sourire et lui offrir mon soutien.

Notre équipe tente de se retrouver dans ce tourbillon d’événements, préoccupée par les règles sanitaires, le programme et le retard académique possible, ce qui peut rendre difficile de voir que leurs élèves sont heureux d’être à l’école et dans leur classe. De mon côté, le confinement du printemps m’a permis d’observer comment mes enfants ont vécu cette étape dans leur vie personnelle et académique. Ils ont relevé le défi en développant leur résilience et leurs compétences technologiques. Ils ont accepté les conséquences de cette pandémie et ils se sont ajustés tout en étant heureux et confiants.

Suivant l’exemple de mes enfants, j’ai décidé de m’adapter aussi. Je me suis demandé ce que je voulais faire en classe avec mes élèves et comment j’allais y arriver tout en respectant les mesures sanitaires. Cette année, nous allons nous initier à la réalité virtuelle. J’exploiterai une ressource numérique en classe, Didacti. Je suis aussi allé chercher un élève qui avait de la difficulté à s’intégrer pour l’inclure dans ma classe. Pour finir, la cerise sur le sundae : je suis maintenant spécialiste de sciences à mon école!  En ce qui me concerne, cette année sera mémorable, et pour mes élèves aussi. 

Essayons de nous assurer que les enfants ne soient pas oubliés de cette pandémie : prenons exemple sur eux pour passer au travers de ce qui nous attend.

Et vous? Qu’est-ce qui se passe de bon et d’inattendu dans votre école?

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Quelques annonces

Publiez un texte vous aussi!

Nos lecteurs adorent lire sur ce qui se passe dans la vie des enseignant(e)s (et nous aussi!)! Prenez le clavier et faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées, trucs et astuces via nos sections Opinion et Témoignages! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!



À propos de l'auteur

Collaboration spéciale
Collaboration spéciale
L'École branchée diffuse des textes provenant d'acteurs de la communauté éducative. Vous pouvez contribuer vous aussi! Profitez-en pour transmettre vos idées, parler d'un projet pédagogique vécu en classe, etc. Trouvez les détails dans le menu À propos / Soumettre un article.