« Monsieur Connard » : l’autodérision d’un prof face au non-verbal de ses collègues

Marc-André Girard raconte sa rencontre avec un enseignant aux mille projets, qui s'est lui-même octroyé un surnom révélateur : Monsieur Connard.
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Hommage aux directions d’école

En cette Semaine québécoise des directions d’établissement scolaire, notre collaborateur Marc-André Girard rend hommage à ses pairs et souligne trois rôles incontournables qui font partie de leur quotidien bien inhabituel!

#Jesuisprof

« Quand la profession enseignante devient dangereuse parce qu'elle fait naître des êtres libres, capables de changer le monde pour le mieux, car dotés de la capacité de penser, plus que jamais, #JeSuisProf. » Une réflexion de notre collaborateur Marc-André Girard.

Les leçons de l’été 2020 à retenir pour l’éducation

[Dans l'oeil du directeur] Des plages de la Gaspésie à l'explosion de Beyrouth, en passant par les théories du complot lorsqu'on parle de COVID-19, les événements récents qui traduisent, pour la plupart, une mutation de notre société. Et si on en tirait des leçons pour faire muter à son tour l’éducation?

L’effet Dunning-Kruger en éducation

|Dans l'oeil du directeur| En éducation, l’effet Dunning-Kruger, soit l’opinion qu’une personne a de sa propre connaissance d’un domaine en particulier par rapport à son niveau réel de compétence, peut essentiellement être envisagé de quatre façons différentes. Notre collaborateur, Marc-André Girard, les expose dans son plus récent billet.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

À la découverte des CréaCamps sur mesure

Depuis un an, je parcours la francophonie à la rencontre de différents milieux scolaires et avec une intention bien précise en tête : répondre à vos besoins en vue de vous outiller à mieux utiliser les ressources numériques disponibles dans vos écoles. Regards sur ces moments uniques : les CréaCamps sur mesure.

Votez pour l’Académie Sainte-Anne, finaliste du Prix Demain le Québec

Finaliste du 6e Prix Demain le Québec organisé par la Fondation David Suzuki, l’Académie Sainte-Anne invite le grand public à voter pour son initiative d’école primaire communautaire et nourricière du 2 au 11 décembre.

La formation des enseignants en Finlande : un système unique

On discute de la formation des enseignants en Finlande et du projet Future Classroom Lab, qui vise à repenser les environnements d’apprentissage, avec Sampo Forsström.

Toute la classe : le développement professionnel personnalisé, c’est possible!

Faire du développement professionnel personnalisé et pertinent en promenant le chien? En faisant la vaisselle? En voyageant au travail? Trois professionnelles de l’éducation du Conseil scolaire Viamonde disent que oui, ça peut se faire!

Notre auteur et collaborateur Marc-André Girard a été invité au Laboratoire d’innovation et du numérique en éducation (LINE) à l’Université de Nice Sophia Antipolis et en a profité pour visiter plusieurs villes et y rencontrer divers intervenants. Dans sa découverte du paysage éducatif européen, il a fait la rencontre d’un enseignant au surnom révélateur. Voici l’histoire de cette rencontre :

En visite dans une école française, je me promène dans l’école tout en rencontrant divers intervenants, qu’ils soient des enseignants, des directions d’école ou des membres du personnel de soutien. Lors de ma promenade, j’entre au secrétariat pour saluer le personnel de direction et celui de soutien et quelque chose retient mon attention, au loin dans mon champ de vision : je m’arrête sec et je vois, à côté du nom sur le pigeonnier d’un enseignant, un surnom : Monsieur Connard.

Je m’esclaffe avec peu de retenue étant donné l’effet de surprise! Je ne peux m’empêcher d’aller à la rencontre de Monsieur Connard et de lui serrer la main, en me doutant que je pourrais rigoler avec lui. Une fois dans son local, immédiatement, je prends mes aises et nous nous présentons. Il se présente formellement; il a un prénom et un nom.

  • « Mais pourquoi Monsieur Connard ? »
  • « Longue histoire. Vous voulez vraiment la connaître? »
  • « Bien sûr! Pourquoi pas? »
  • « Très bien. Voici. »

Il m’explique :

  • « Le surnom vient de moi. Je me suis baptisé « Monsieur Connard » ».
  • « Eh bien! »
  • « C’est ma façon de verbaliser le non-dit de certains collègues qui réagissent face à mon travail, face à mes innovations pédagogiques, dans mon milieu. »
  • « Hein? Que voulez-vous dire? Quels non-dits? »
  • « Je fais bouger les choses dans mon école. J’implante de nouvelles approches pédagogiques qui sont en rupture avec celles de certains collègues plus traditionnels. Je suis à l’aise dans des contextes d’expérimentation et je suis très créatif. »
  • « Et alors? Quel est le problème, Monsieur Connard? »

Il m’explique qu’à force d’expérimenter et d’innover, les autorités de l’Académie (l’équivalent de la commission scolaire) sont venues le visiter fréquemment en classe pour témoigner de son travail. Cette reconnaissance et les visites régulières de personnes externes ont irrité certains collègues qui lui ont, en un certain sens, tourné le dos. Depuis, il se sent isolé. Chaque fois qu’il prend la parole devant ses collègues, il voit les yeux qui se lèvent au ciel et entend les railleries et les soupirs.

  • « J’ai beau expliquer ce que je fais et encourager tous mes collègues à travailler en collaboration avec moi, rien n’y fait! Je suis étiqueté et, l’an prochain, je quitte mes fonctions et je change de milieu. »

En effet, il sera conseiller pédagogique dès l’an prochain, dans une autre Académie.

  • « Je me sens donc le « connard » de l’école. Ce « connard » qui sait pourtant rendre ses élèves heureux, un « connard » qui sait rallier certains collègues également, tandis que pour d’autres, demeure celui qui menace, qui dérange… »

Il m’explique qu’il était conscient que cette situation pouvait se produire. Qu’en tant qu’enseignant, porter un dossier ou un projet disruptif comporte des risques. Il se désole, toutefois, que l’isolement soit un effet collatéral conséquent à l’implantation de projets innovants dans un cadre scolaire.

  • « Tu as beau vouloir être ouvert, transparent et tout partager avec ton entourage, certains collègues vivent mon leadership et mes projets comme étant une remise en cause de leur propre pratique professionnelle. Du coup, comme le Monsieur Connard est venu de moi, cela leur a un peu coupé le sifflet. Cela fait rire les élèves, certes. Ils ne connaissent pas le contenu. De toute façon, l’autodérision leur plait toujours. Mais pour ceux que cela concerne, au moins, je leur exprime que je sais ce qu’ils pensent de moi et que je suis pleinement conscient de la situation. Au moins, ils savent comment je me sens! »

J’étais stupéfait. Je ne m’attendais pas à cela en visitant l’école. La discussion n’a duré qu’une dizaine de minutes, mais elle me hante toujours! La morale de l’histoire, telle qu’expliquée par Monsieur Connard, est qu’au-delà de l’aspect provocateur de son propre sobriquet, il faut comprendre qu’une pratique novatrice isolée s’expose à des comportements désobligeants, probablement explicables par une incompréhension. Possiblement aussi que la démarche réflexive des uns peut avoir une influence sur les autres et que les autres ne sont pas encore prêts à entamer une telle réflexion. Qui sait?

Je lui ai laissé ma carte d’affaire, puisque chez nous aussi, au Québec, il y a des Monsieurs et des Madames Connard dans chacune de nos écoles. Même les « Crapauds fous » ont su se retrouver, se rassembler et s’affirmer!

Pourquoi ne pas rassembler tous les Monsieurs et Madames Connards francophones? Certainement, de beaux projets émergeraient et un réseau de soutien à l’innovation pourrait, en parallèle, contribuer à rendre ces « connards » mieux acceptés dans nos écoles.

 

Cet article fait partie d’une série publiée par notre auteur et collaborateur Marc-André Girard, dans le cadre de sa participation au Laboratoire d’innovation et du numérique en éducation (LINE) à l’Université de Nice Sophia Antipolis.

Vous pouvez lire l’ensemble des articles de cette série ici.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

À propos de l'auteur

Marc-André Girard
Marc-André Girard
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003) et d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013). Il est actuellement doctorant en administration scolaire. Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership pédagogique. Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction à la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédagonumériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. Il a participé à des expéditions pédagogiques en France, en Finlande, en Suède, au Danemark et au Maroc. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et, en 2019, il a publié une trilogie portant sur l'école du 21e siècle chez le même éditeur. Il collabore fréquemment à L’École branchée sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et des directions d'école ainsi que l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!