Les dictées folles de Monsieur Stéphane

L’enseignant constate 9 échecs en écriture sur 24 élèves à la première étape. Il analyse la situation et s’affaire à imaginer une nouvelle méthode pour rendre l’apprentissage de nouveaux mots plus signifiant et motivant pour son groupe de 6e année. De là naissent les dictées folles, où fierté, plaisir et activité physique se rejoignent!

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Ajouter aux favoris (0)

L’enseignant constate 9 échecs en écriture sur 24 élèves à la première étape. Il analyse la situation et s’affaire à imaginer une nouvelle méthode pour rendre l’apprentissage de nouveaux mots plus signifiant et motivant pour son groupe de 6e année. De là naissent les dictées folles, où fierté, plaisir et activité physique se rejoignent!

Stéphane Côté enseigne en 6e année à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Il a trouvé une façon fort amusante d’aider ses élèves à réussir en écriture. Il est tout d’abord parti d’un constat : « bien que les dictées dans ma classe soient hebdomadaires, en contexte d’écriture, le vocabulaire de mes élèves reste pauvre et ces nouveaux mots « étudiés » sont souvent absents ».

Il a d’abord analysé la situation d’un point de vue théorique. Les élèves reçoivent des mots à étudier, et lorsque vient le temps de la dictée, ils ne performent pas. Ils apprennent, mais le processus de rétention et de rappel ne fonctionne pas. Il manque donc des ingrédients, qu’il identifie comment étant la signifiance, la fierté et la motivation (le plaisir).

Après avoir brassé le tout, il en est venu à une activité plutôt originale, qu’il a appelée la « dictée folle ». Son diplôme en enseignement de l’éducation physique y est pour quelque chose! En effet, la dictée se déroule maintenant… au gymnase!

Les élèves sont jumelés par deux, chacun d’un côté du gymnase. L’élève A lit un bout de phrase sur sa feuille, puis court le dire à son partenaire. L’élèves B doit l’écrire correctement. Ensuite, il lit un bout de phrase sur sa propre feuille, et court rejoindre l’élève A qui est retourné de son côté. Et ainsi de suite. Après, de retour en classe, chacun corrige la dictée de l’autre. Cette première expérience s’est traduite par une amélioration de 8 % des résultats. Cependant, toujours pas de trace des nouveaux mots dans les productions écrites… Pas suffisant pour notre enseignant.

La dicté folle a été donc été revue et améliorée. Cette fois, les phrases de la dictée ont été écrites par les jeunes eux-mêmes. La fierté de voir leur nom au bout des lignes se lisait dans leur visage. Les résultats ont monté de 14 %, et il ne reste plus que 2 échecs. Fait intéressant, deux garçons qui ont habituellement dans les 30 % ont eu respectivement 86 % et 93 %!

Maintenant, Stéphane Côté cherche comment récupérer les 2 jeunes qui ne réussissent toujours pas. Il a aussi bien hâte de voir si les nouveaux mots apparaîtront dans les prochaines productions écrites.

Lisez le compte-rendu complet de sa démarche et de sa réflexion sur son site. On peut le suivre sur Twitter : http://twitter.com/nilremsteph

Vous avez des stratégies à partager? Laissez un commentaire à la suite de cet article, ou écrivez-nous à info@ecolebranchee.com.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique ces temps-ci notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité des communications de l'ACELF. Quand elle a du temps libre, elle est passionnée par ses enfants, ses lapins, les chevaux, le bon vin et... la programmation Web!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :