Classé dans :

Expliciter l’écran

Il me semble qu’un paradoxe important flotte actuellement par-dessus le monde de l’éducation et de la pédagogie : l’utilisation de l’écran en classe.
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Confinée… mais pas mes élèves!

« La nouvelle est arrivée par texto à l’heure de la récréation. Ma fille est positive à la COVID-19. Je dois quitter ma classe le plus vite possible et ne pas y revenir pour les 14 prochains jours. On se prépare depuis la rentrée à la possibilité que nos classes ferment, mais là, c'est le contraire! Comment assurer un minimum de stabilité à mes élèves? » Un témoignage de Julie Chandonnet.

2 idées pour dynamiser votre enseignement

L’ASTROLab du Mont-Mégantic propose d'inviter virtuellement un professionnel dans votre classe! Pour sa part, il offre des séances d’animation gratuites d’une durée de 45 minutes aux groupes scolaires de tous les niveaux, directement à partir du tableau blanc interactif. Un reportage commandité sur une offre d'activité à ne pas manquer!

Formation à distance : le rendez-vous de l’automne

L’Université TÉLUQ invite les enseignants aux Journées du numérique en enseignement supérieur et aux Trophées du numérique, d'excellentes occasions de partager les expériences vécues au cours des derniers mois à travers le Québec et d’en apprendre davantage sur plusieurs aspects de la FAD.

Quelles différences entre pédagogies alternatives et classiques?

De nombreux parents font pour leurs enfants le choix d’écoles alternatives proposant une éducation différente. Pensons à Montessori, Freinet, Steiner... Quelles sont les différences entre ces pédagogies alternatives et les méthodes d’enseignement classiques? Comment le numérique peut-il aider à mettre en place les meilleurs principes de chacune au service de tous? Voici différentes idées à ce sujet. [Reportage commandité par Preply]

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

L’autonomie, ça s’enseigne?

On entend souvent dire que les élèves manquent d’autonomie pour accomplir certaines tâches ou encore qu’il est important de développer chez eux l’autonomie. Mais qu’est-ce que l’autonomie? Est-ce un comportement qui évolue avec l’âge? Est-ce que ça s’enseigne? Comment y arriver? Comment la mesurer?

L’École branchée en Belgique : Engagement et ludification des apprentissages à l’École du Futur

Du 25 au 30 novembre, notre éditrice s'est rendue en France et en Belgique. Dans cette série d’articles, elle vous partage ses découvertes pédagogiques et ses rencontres inspirantes.

Là où l’art et le numérique ne font qu’un

Il existe à Montréal des lieux méconnus qui méritent le détour. Des lieux regroupant des créateurs qui repoussent les limites et qui nous inspirent à faire de même dans nos milieux scolaires.

Découvrez notre nouvelle programmation de CréaCamps

Cet automne, l’École branchée vous propose 4 éditions de son CréaCamp dans plusieurs régions du Québec. Afin de bien choisir l’édition qui vous convient, voici un aperçu des thématiques toujours aussi variées qui seront offertes.

Il me semble qu’un paradoxe important flotte actuellement par-dessus le monde de l’éducation et de la pédagogie : l’utilisation de l’écran en classe. Que ce soit par des vidéos diffusées sur le tableau blanc interactif, des logiciels d’aide à la lecture ou à l’écriture, des activités impliquant la réalité virtuelle ou de simples applications pédagogiques mobiles, l’utilisation de l’écran sous toutes ses formes est devenue un outil de transmission des savoirs prisé et respecté dans les milieux scolaires.

Par Pierre-Yves Longval, orthopédagogue
École secondaire Henri-Bourassa

En contrepartie, des résultats d’études scientifiques sérieuses se mettent à émerger dans les médias populaires nous avertissant des dangers importants de la surexposition aux écrans, peu importe le contenu diffusé. On parle, entre autres, d’hyperactivité, de dépendances et de baisse de motivation scolaire générées par des heures et des heures d’exposition souvent non supervisées. On peut bien continuer à vanter les mérites de notre téléphone intelligent, de notre tablette ou de notre montre connectée, il devient de plus en plus difficile de faire abstraction que les écrans ont un effet notable, de plus en plus documenté, sur les capacités exécutives (organisation, planification, inhibition) des enfants et adolescents de notre ère numérique.

Dans un monde où les sens d’un enfant seront plus stimulés devant un écran à la maison que dans la salle de classe, l’enseignement magistral traditionnel est mis à rude épreuve. L’enseignant n’a plus vraiment d’autres choix que d’utiliser un support visuel multimédia, ayant comme source un écran, pour capter l’attention de temps à autre. Il faut voir s’activer les élèves les plus en difficulté au niveau de la concentration dans une classe lors d’une projection vidéo pour comprendre le phénomène : l’écran fascine et capte l’attention. Et les applications pédagogiques sur les téléphones intelligents, et les systèmes d’émulation préfabriqués sur des sites web, et les nuages de stockage de données, et les plateformes de remise de devoirs, et j’en passe. Ils en sont avides.

Soyons honnêtes : nous tentons de combattre les conséquences du monde submergé d’écrans dans lequel nous vivons par l’ajout d’écran dans la pédagogie.  Combattre le feu par le feu. Si l’on ne peut les vaincre, joignons-les.

Soit. Il devient évident que l’écran tactile remplacera, un jour, le crayon et que le pédagogue ne pourra se permettre de se cacher derrière des méthodes archaïques qui ne sauront plus satisfaire des esprits qui apprennent en multimédia. Du fait de notre consommation d’écrans divers dans toutes les sphères de notre vie, nous validons ce type de société et nous y participons activement. Difficile de blâmer les élèves; c’est pourquoi le type de pédagogie-écran suit.

Cependant, nous pourrions faire mieux. L’enseignement explicite nous dicte que nous devrions faire l’apprentissage de stratégies d’apprentissage de façon, comme son nom le dit, explicite. Il s’agit d’enseigner les procédures, le « comment faire ».  On remarque que ce type de pédagogie fonctionne particulièrement bien avec des élèves en difficulté, élèves qui doivent avoir un « guide » alors qu’ils sont la plupart du temps en surcharge cognitive du fait qu’ils tentent de compenser leur difficulté.  Ironiquement, et c’est ici une opinion personnelle fondée sur quinze années d’observation, ce sont les élèves les plus en difficulté qui bénéficient de la pédagogie-écran, cette dernière mettant des images sur des concepts.

Ces mêmes élèves à risque de surexposition, de dépendance.

Activons-nous donc à expliciter l’écran. Donnons-leur un enseignement d’une utilisation adéquate de cette technologie et tentons de leur montrer qu’il doit y avoir une hygiène relative à son utilisation. Apprenons-leur les stratégies qui feront qu’ils n’en seront pas dépendants et faisons-leur comprendre qu’une application ne remplace pas leur jugement ou leur mémoire. 

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Quelques annonces

Publiez un texte vous aussi!

Nos lecteurs adorent lire sur ce qui se passe dans la vie des enseignant(e)s (et nous aussi!)! Prenez le clavier et faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées, trucs et astuces via nos sections Opinion et Témoignages! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!



À propos de l'auteur

Collaboration spéciale
Collaboration spéciale
L'École branchée diffuse des textes provenant d'acteurs de la communauté éducative. Vous pouvez contribuer vous aussi! Profitez-en pour transmettre vos idées, parler d'un projet pédagogique vécu en classe, etc. Trouvez les détails dans le menu À propos / Soumettre un article.