Et si la façon d’atteindre le plein potentiel de nos élèves passait par leur cœur?

Publié le :

Amélie Bédard, professionnelle à l’inclusion scolaire au CSSDPS, nous présente une métaphore sur le thème de l'équilibre entre le coeur et le cerveau, ainsi que son influence sur le développement des compétences cognitives.
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Par Amélie Bédard, professionnelle à l’inclusion scolaire au CSSDPS

Équilibre. Indulgence. Bienveillance. Besoins. Apprentissage. Bien-être.

Ces mots se tricoteront tout au long de ce texte, comme le font quotidiennement les petites laines entrelacées de notre cœur et de notre cerveau. Lorsque notre cœur – notre centre de contrôle émotionnel – est envahi par nos émotions, il entre en déséquilibre et s’emballe, tirant ainsi la laine vers lui, détricotant au passage notre cerveau et ses compétences cognitives.

Bien sûr, dans les faits, tout se joue dans le cerveau. Il reste que cette métaphore chargée de sens démontre bien l’interdépendance entre ce que nous appellerons le cœur (l’affect) et le cerveau (l’intellect). Une interdépendance qu’on ne peut plus ignorer, pour le bien-être de nos enfants, mais aussi le nôtre.

Comme enseignants, nous prenons de plus en plus conscience que le cœur de nos élèves est un précieux trésor dont il faut prendre soin, pour cultiver toutes les petites merveilles qu’il recèle et qui activent leur cerveau d’apprenant.

Mais comment en prendre soin? Et pourquoi le bien-être est-il si important à l’école? 

Je crois profondément que tout être humain qui se sent accepté, compris, aimé, écouté, accueilli, guidé et accompagné ne peut devenir qu’engagé, bienveillant, accueillant et aimant. À tout le moins, ces facteurs de protection lui donneront les fondations nécessaires pour s’ouvrir aux autres, développer le goût d’apprendre et oser prendre des risques.

En prenant soin du cœur de nos élèves, en nourrissant leur sécurité affective, nous les rendons disponibles à l’apprentissage, et leur donnons la chance d’exploiter leur cerveau à sa pleine capacité. Ils deviendront ainsi des « apprenants-actifs-citoyens-de-demain-en-sécurité-affective » prêts à affronter le monde qui les entoure. L’environnement scolaire dans lequel ils évoluent doit être empreint de chaleur humaine et réunir les conditions gagnantes permettant de diminuer les stresseurs. Bienveillance, accueil et sécurité affective : c’est ainsi que nous leur offrons un équilibre émotionnel, essentiel à leur bien-être pour les aider à devenir la meilleure version d’eux-mêmes.

Et le cerveau dans tout ça?

Notre cerveau est une véritable mine d’or qui nous permet de nous développer, de comprendre et d’apprendre. Si complet et si fragile à la fois, il a besoin de l’équilibre du cœur pour poursuivre son chemin. Moteur incroyable de créativité et d’apprentissage chez nos élèves, il ne peut fonctionner rondement sans sécurité affective. C’est pourquoi on ne peut faire fi du cœur ni le traiter distinctement quand il est question d’apprentissage et de développement de compétences. C’est le cœur et sa sécurité affective tricotée bien serrée qui laissent au cerveau le fil, la latitude nécessaire pour se déployer efficacement. Quelle occasion ratée ce serait, pour nous, enseignants, mais aussi pour les élèves, si nous n’avions pas accès à tout le potentiel contenu dans ce moteur.

Qu’on soit adulte ou enfant, notre fonctionnement n’est pas différent, nous sommes tous des apprenants. Face à de nouveaux apprentissages, à des changements et du stress, nous ne pouvons nous réguler que si le cœur et le cerveau gardent l’équilibre. 

Face à de nouveaux apprentissages, à des changements et du stress, nous ne pouvons nous réguler que si le cœur et le cerveau gardent l’équilibre. 

L’équilibre commence par le cœur

La meilleure façon de voir fleurir la créativité et le désir d’apprendre des  élèves est de s’occuper de leur cœur, de nourrir leur sécurité affective et de les accueillir comme ils sont. Dans cette grande aventure qu’est l’enseignement, soyez indulgents avec eux, mais également avec vous. Votre cœur – et votre cerveau! – vous remercieront.

Nous savons que l’éducation est une science en mouvement, en évolution, qui vient avec tout un lot de questionnements. Dans cette recherche d’équilibre entre le cœur et le cerveau, une grande question demeure… Comment pouvons-nous faire autrement?

La réponse se trouve sans doute à l’intersection de deux petites laines solidaires. Je propose quelques pistes de solution dans cette conférence donnée au Congrès d’été de l’Institut sur les troubles d’apprentissage intitulée Et si une approche inclusive et universelle était la solution pour s’adapter à la situation actuelle? 

Amélie facilitera un atelier ayant pour thème Instaurer un climat propice aux apprentissages et planifier dans une approche inclusive et universelle lors de notre prochain CréaCamp SPRINT le 20 novembre. Des places sont toujours disponibles.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

À propos de l'auteur

Collaboration spéciale
Collaboration spéciale
L'École branchée diffuse des textes provenant d'acteurs de la communauté éducative. Vous pouvez contribuer vous aussi! Profitez-en pour transmettre vos idées, parler d'un projet pédagogique vécu en classe, etc. Trouvez les détails dans le menu À propos / Soumettre un article.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!