Enquête auprès des enseignants d’histoire du secondaire

(Communiqué) Le porte-parole de la Coalition pour l'histoire, Robert Comeau et l'historienne et chercheure, Josiane Lavallée rendait public le 1er mars les résultats d'une enquête réalisée auprès des enseignants d'histoire du secondaire qui révèle qu'ils sont insatisfaits des programmes qu'ils ont à enseigner, car ils sont trop axés sur l'éducation à la citoyenneté et le présent et pas assez sur l'acquisition des connaissances historiques.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

ANNONCE
Ajouter aux favoris (0)

(Communiqué) Le porte-parole de la Coalition pour l’histoire, Robert Comeau et l’historienne et chercheure, Josiane Lavallée rendait public le 1er mars les résultats d’une enquête réalisée auprès des enseignants d’histoire du secondaire qui révèle qu’ils sont insatisfaits des programmes qu’ils ont à enseigner, car ils sont trop axés sur l’éducation à la citoyenneté et le présent et pas assez sur l’acquisition des connaissances historiques.

Mme Lavallée fait valoir dans son étude de 72 pages : «S’il est vrai que le passé éclaire le présent, il n’en demeure pas moins que l’histoire ne devrait jamais être mise au service du présent pour cautionner une quelconque idéologie, et ce, que cette idéologie soit progressiste ou non.»

«La Coalition pour l’histoire a procédé à une enquête par sondage à laquelle  215 enseignants d’histoire du niveau secondaire ont répondu. Ce qui correspond à environ 20 % des enseignants d’histoire provenant de toutes les régions du Québec. Les réponses reçues démontrent de façon majoritaire l’insatisfaction des professeurs d’histoire du niveau secondaire.  Ils dénoncent les programmes d’histoire, notamment en ce qui a trait à l’introduction de l’éducation à la citoyenneté dans les cours d’histoire, à la quasi-absence de l’histoire de la nation québécoise et de la dimension politique de l’histoire et à la structure du programme en 3e et 4e secondaire où l’on enseigne deux ans la même histoire, sans oublier l’absence d’un cours obligatoire en histoire du XXe siècle  »  constate la chercheure.

Le porte-parole de la Coalition pour l’histoire, Robert Comeau, a rappelé les précédentes études de la Coalition financées par la Fondation Lionel-Groulx portant sur le recul de l’enseignement de l’histoire au niveau collégial et le peu de formation dans la discipline historique à l’université dans les programmes de formation des maîtres. Monsieur Comeau a fait valoir que dans son «Discours sur l’école et la nation», Francois Hollande du Parti socialiste français fait valoir que «L’école devrait être au premier rang des engagements politiques, car c’est la condition de notre cohésion nationale » et insiste sur l’importance de «valoriser le savoir, car l’école est d’abord faite pour transmettre des connaissances.»

Gommer des pans d’histoire

Quant à l’historienne, romancière et biographe (auteure de Le Roman de Julie Papineau, Lady Cartier et Les Filles tombées),  Micheline Lachance, elle a insisté sur l’importance de redonner à l’histoire politique la place qui lui revient : «Gommer des pans de l’histoire, n’est-ce pas aussi servir une cause? N’ayons pas peur des mots : nous assistons en ce moment à une tentative pour réécrire le passé en effaçant d’un trait les pages qui nous définissent comme peuple différent.»

«La Coalition pour l’histoire, conclut Josiane Lavallée, demande à la ministre de l’Éducation de revoir les contenus des programmes d’histoire au secondaire. Les professeurs d’histoire ont vraiment besoin d’un programme d’histoire plus équilibré pour enseigner à nos jeunes toutes les dimensions de l’histoire, y compris l’histoire politique et les événements cruciaux et fondateurs de notre histoire.  Au  premier cycle, les enseignants d’histoire réclament une augmentation d’heures d’enseignement de l’histoire.»

Josiane Lavallée est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université de Montréal et un baccalauréat en enseignement de l’histoire de l’UQÀM. Elle a enseigné au secondaire et au primaire pendant près de dix ans et a été conseillère à la vie professionnelle dans un syndicat d’enseignants.

Cette recherche a été rendu possible grâce à l’apport financier de la Fondation du prêt d’honneur dont le président Gaston Bergeron a été chaudement remercié par les représentants de la Coalition pour l’histoire.

La Coalition pour l’histoire, initiée en 2009 par la SSJB de Montréal, fait la promotion de l’enseignement de l’histoire à tous les ordres d’enseignement pour permettre aux jeunes Québécois et Québécoises de toutes origines d’acquérir une meilleure connaissance de l’histoire du Québec, du Canada et de l’histoire du monde occidental et non occidental.

On peut obtenir la version intégrale de l’étude à l’adresse suivante : http://www.coalitionhistoire.org/sites/default/files/une-histoire-javellisee-au-service-du-present.pdf

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

École branchée
École branchée
L'École branchée, organisme à but non lucratif, est votre partenaire de développement professionnel en lien avec la compétence numérique en éducation. Nous croyons que l'éducation doit pouvoir bénéficier des avancées pédagogiques et technologiques actuelles pour mieux répondre aux besoins de plus en plus diversifiés des apprenants et favoriser leur réussite, aujourd'hui et pour toute leur vie. Nous y oeuvrons à travers nos services d'information professionnelle, de formation continue et de création d'outils pédagogiques.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :