Quand un virus ébranle nos convictions… pour le mieux!

Plus du même auteur...

Les enjeux incontournables de la rentrée 2020

Lorsque les écoles ont fermé temporairement à la mi-mars 2020, la situation sanitaire exceptionnelle nous a forcés à prendre des décisions unilatérales. Près de six mois plus tard, bien que la situation ne se soit pas résorbée, il y a des enjeux incontournables quant au retour à l’école qui s'en vient. Voici quelques-unes des considérations exprimées par notre collaborateur Marc-André Girard.

Être bon dans les technos, c’est inné ou acquis?

Plusieurs enseignant(e)s ont vécu la fin de l’année scolaire comme étant des mois de redécouverte de leur profession. Plusieurs vont profiter de l’été pour se ressourcer, mais aussi, pour mieux s’approprier les technologies éducatives et ainsi mieux les intégrer à leurs activités pédagogiques dès la rentrée. Certains, pour ne plus se faire prendre par une éventuelle nouvelle fermeture, d'autres parce qu'ils y ont vu des avantages! Notre collaborateur Marc-André Girard partage ses réflexions à ce sujet.

Quand un virus ébranle nos convictions… pour le mieux!

Après un certain moment de désillusion où nous avons assisté, incrédules, à l’effondrement de quelques-unes de nos conceptions des plus tenaces sur la conduite des activités scolaires, de belles choses se sont passées dans nos écoles pourtant fermées. Face à ces diverses réussites, notre collaborateur Marc-André Girard partage trois constats.

Sortir du programme pour gagner en humanité

Une suggestion de démarche en quatre temps pour aborder avec les élèves des éléments délicats de l’actualité afin de dénouer les préjugés et conceptions erronées qui peuvent s’installer à travers l’information auxquels ils sont exposés.

La force du nombre pour éviter les erreurs du passé

Quand un enseignant d’histoire visite le musée d’Auschwitz, les émotions ressenties sont particulièrement fortes et lui rappellent à quel point sa profession peut avoir un impact positif majeur pour éviter les erreurs du passé.

Après un certain moment de désillusion où nous avons assisté, incrédules, à l’effondrement de quelques-unes de nos conceptions des plus tenaces sur la conduite des activités scolaires, de belles choses se sont passées dans nos écoles pourtant fermées. Face à ces diverses réussites, il est important de faire trois constats :

Constat 1 : Tous peuvent innover en éducation

Contrairement à ce que nous pouvons croire, l’innovation en éducation ne consiste pas à réinventer la roue. Ce qu’il faut savoir, c’est que « l’innovation baigne dans une culture et un contexte » (Lison, Bédard, Beaucher et Trudelle, 2014, p. 11), ce qui met également en exergue l’importance à accorder à la culture institutionnelle de l’organisation pour faire en sorte de mettre les meilleures chances de son côté de réussir l’arrimage de l’innovation dans la culture en question.

Or, « ce qui est nouveau dans l’innovation n’est pas l’objet en question ou son contenu, mais bien son introduction dans un milieu donné. Il s’agit en fait d’améliorer ce qui existe (…) » (Ntebutse, 2009, p. 22). Ainsi, l’innovation suit la novation (une invention ou introduction de quelque chose de nouveau, qui n’existe pas ailleurs) et « elle exploite toujours ce qui précède » (Ibid.), existant déjà dans l’environnement et elle « se fonde sur l’assimilation d’objets transférés, importés ou empruntés à d’autres lieux » (Ibid.) ou d’autres personnes. Même, elle « peut être un retour à ce qui a déjà été essayé et abandonné ailleurs et donc s’inscrire dans l’optique de vouloir faire autrement afin d’aboutir à une amélioration » (Ibid., p. 26). Cette particularité lui confère donc un certain niveau de subjectivité : ce qui innovant pour un milieu ou une personne ne l’est pas nécessairement pour l’autre.

Bref, tous peuvent innover. Pendant la fermeture des écoles, on a bien vu ce qu’est la nature de l’innovation. Nous étions confrontés à un problème nous étant imposé et à des difficultés pour nos élèves. Dans plusieurs milieux scolaires, les solutions ont été envisagées sans retenues. Pour certains, c’était animer une session de cours grâce à un logiciel de visioconférence, alors que pour d’autres, c’était créer des capsules sur YouTube en enseignant au tableau en inversant l’image sur la caméra. Avec cette perspective de la nature fondamentale de l’innovation, les enseignants, comme les directions d’école, peuvent se défaire de la pression indue de la nouveauté. Tous peuvent innover un pas à la fois. L’innovation est accessible à tous; elle est personnalisable et différenciée.

Constat 2 : L’école n’a pas le monopole de l’apprentissage

Oui, les élèves peuvent apprendre de façon surprenante à l’extérieur de l’école, mais, en parallèle, il est évident que « l’effet enseignant » est un déterminant incontournable à la source de l’apprentissage chez l’élève. À une époque post-COVID-19, où les craintes liées à une seconde vague d’infection dès l’automne soulignent l’importance de préparer des activités pédagogiques en mode hybride, il y a lieu de constater que l’importance de fréquentation scolaire devient un impératif de moindre importance dans l’équation éducative. Ce qui prime dans les circonstances, ce n’est pas d’assoir les élèves dans une même classe. Ce qui prime, c’est plutôt le leadership de l’équipe-école pour offrir des activités pédagogiques aux élèves et, surtout, faire les suivis adéquats auprès des familles confinées. Il est aussi primordial de s’assurer de la collaboration des parents en soutien à l’encadrement des activités scolaires à la maison. Non, les parents ne sont pas des enseignants, mais néanmoins, ils ont un rôle à jouer. Pas pour enseigner, certes, mais plutôt pour établir une routine à la maison, faire les suivis nécessaires pour la réalisation du travail et pour voir à ce que l’enfant puisse aller chercher l’aide nécessaire auprès des professionnels de l’éducation, les cas échéant. En bref, l’effet enseignant n’a pas à se cantonner entre quatre murs; il peut se diffuser autrement et rayonner bien au-delà de l’école.

Ne nous méprenons pas : l’école, c’est une institution incontournable! Cela permet, entre autres, un accès sans réserve aux professionnels de l’enseignement. Au-delà de l’apprentissage, c’est la socialisation qui est rendue possible en contexte scolaire et, bien sûr, une concentration de services multidisciplinaires en soutien aux initiatives pédagogiques. Cependant, lorsque les jeunes sont privés d’école et d’enseignants dans des régions pauvres du globe, il a été démontré que ces derniers savaient mettre en place des mécanismes d’apprentissage d’appoint pour continuer à apprendre à l’aide, notamment, de stratégies de collaboration, d’expérimentation et de tâtonnement, et ce, sans compter l’utilisation de divers outils informatiques. À ce sujet, voir les travaux forts pertinents du professeur Sugata Mitra.

Constat 3 : Il y a de la place pour les outils technologiques à l’école

Je milite depuis une bonne douzaine d’années pour l’intégration pédagogique de la technologie. Depuis ce temps, j’ai tout entendu :

  • « C’est une mode. Ça va passer »;
  • « Dans mon temps, il n’y en avait pas et je m’en suis bien sorti »;
  • « Ce sont des gadgets »;
  • « Cela remplacera les enseignants »;
  • « Cela nuit aux contacts humains et cela déshumanisera l’éducation »;
  • Et j’en passe.

Or, soudainement, les TIC en éducation sont devenues des incontournables pour plusieurs tâches névralgiques :

  1. Ces derniers mois, elles ont été le ciment qui a tenu le tissu social désormais confiné bien en place. Il faut s’attendre à ce qu’elles continuent à jouer ce rôle;
  2. Elles ont permis de faire les suivis d’appoint auprès des élèves vulnérables;
  3. Elles ont permis la poursuite d’activités pédagogiques de base et, ainsi, assurer une scolarisation minimale.

Si, longtemps, l’école a vécu dans le passé, constamment à la recherche de ses points de repères traditionnels, désormais, je constate le contraire : ses acteurs au grand complet se tournent vers le futur, en réalisant qu’une école ancrée au 21e siècle est désormais au tournant. De la bouche même de plusieurs enseignants, ces derniers disent ne pas vouloir revenir en arrière. Les grands pas franchis depuis la mi-mars dernier leur ont fait comprendre plusieurs choses :

  1. L’importance de leur rôle et de leur profession;
  2. Leur capacité à innover
  3. Leur capacité à apprendre sur leur propre profession;
  4. L’importance de veiller à leur propre développement professionnel;
  5. Leur capacité à composer avec un haut niveau d’incertitude et d’ambiguïté.

Le futur de l’éducation est prometteur. Je suis confiant. Moi non plus, je ne reviendrai pas en arrière. Plus jamais je ne prendrai ma profession et mon institution pour acquises.

Références

Lison, C., Bédard, D., Beaucher, C. et Trudelle, D. (2014). De l’innovation à un modèle de dynamique innovationnelle en enseignement supérieur. Revue Internationale de Pédagogie de l’enseignement Supérieur, 30(1).

Ntebutse, J.G. (2009). Étude phénoménologique de la dynamique du changement chez des professeurs d’université en contexte d’innovations pédagogiques visant la professionnalisation des étudiants (Thèse de doctorat, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec).

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, votre outil de veille professionnelle en éducation!




🤩 Vous pouvez vous aussi publier un article dans les pages de l'École branchée! Partagez vos projets, idées, conseils et coups de coeur éducatifs avec nos plus de 60 000 visiteurs par mois! Voici comment faire!



ANNONCE FOURNIE PAR GOOGLE
NOTE : Nos abonnés connectés ne voient pas ces annonces!
Marc-André Girard
Marc-André Girard
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003) et d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013). Il est actuellement doctorant en administration scolaire. Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership pédagogique. Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction à la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédagonumériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. Il a participé à des expéditions pédagogiques en France, en Finlande, en Suède, au Danemark et au Maroc. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et, en 2019, il a publié une trilogie portant sur l'école du 21e siècle chez le même éditeur. Il collabore fréquemment à L’École branchée sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et des directions d'école ainsi que l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication.