De l’électricité dans l’air pour la 20e édition de l’événement « Les filles et les sciences, un duo électrisant ! »

0

Montréal, mercredi le 6 février 2019 – Il y aura de l’électricité dans l’air à l’occasion de la 20e édition de l’événement « Les filles et les sciences, un duo électrisant! ». Trois journées d’activités (Québec, Montréal, Sherbrooke) pour promouvoir les sciences et les technologies auprès des jeunes filles de 2e et 3e secondaire afin de pallier la pénurie de main-d’œuvre féminine qui persiste au sein de ces industries.

Plusieurs personnalités de marque ajouteront à l’éclat de cette journée, dont Mme Johanne Duhaime, vice-présidente, Technologies de l’information et des communications à Hydro-Québec et présidente d’honneur de cette 20e édition. « Je souhaite voir plus de filles choisir les sciences comme champ d’études et de travail, car elles apportent une vision et une approche différentes et complémentaires! », commente Mme Duhaime.

La météorologue Ève Christian prendra également part aux festivités, à titre de marraine d’honneur, de même que la jeune biochimiste et journaliste scientifique Marianne Desautels-Marissal, de retour à titre de porte-parole pour une deuxième année. « Il y a 20 ans, j’en avais 14, comme des centaines de jeunes filles qui participeront à ces journées. Quand je regarde ces dernières décennies, j’y vois la naissance d’une foule de sciences et de technologies qui façonnent déjà nos vies et les nouveaux métiers qui les accompagnent. S’intéresser aux sciences, c’est aller plus loin que de se préparer à un futur qui change rapidement : c’est être ce changement, penser cet avenir, le coder. »

Un événement conducteur de changement

De nombreux facteurs influencent le choix d’un domaine d’études et la participation à un événement comme celui-ci peut avoir une incidence majeure sur l’avenir professionnel des jeunes. Passée maître dans l’art d’observer le ciel, la prévisionniste Ève Christian rappelle l’importance d’encourager nos jeunes à élargir leurs horizons. « Personnellement, j’ai d’abord rêvé d’une carrière en astronomie, pour ensuite réaliser que je préférais être dans le mouvement des systèmes météorologiques, à quelques kilomètres d’altitude plus bas. Il faut demeurer ouvert d’esprit et ne pas fermer de portes, souligne-t-elle. Ce n’est pas parce que c’est des sciences ou des technos que c’est nécessairement ardu. Ce sont des domaines beaucoup plus accessibles que nous le pensons et les jeunes filles en auront la démonstration concrète en assistant à des événements tels que celui-ci. Elles y découvrent une foule de métiers amusants, aux multiples facettes, ainsi que leurs nombreuses applications. L’important, c’est que la flamme s’allume! Une journée comme celle-ci nous montre la voie vers le chemin à prendre, en gardant en tête que chaque parcours est unique! ».

Court-circuiter le manque de main-d’œuvre féminine en sciences et en technos

Malgré les deux décennies d’existence de l’événement, sa mission demeure tout aussi actuelle et pertinente de nos jours, en raison du manque de main-d’œuvre féminine qui persiste au sein de ces industries depuis trop longtemps.

En octobre dernier, un sondage réalisé par le Groupe Multi Réso auprès de participantes d’éditions précédentes a démontré l’influence positive de l’événement. Parmi les réponses obtenues, 82,4 % des répondantes considèrent que l’événement leur a été personnellement utile. De plus, 68,7 % d’entre elles ont indiqué que leur intérêt envers les sciences en général avait augmenté à la suite de cette expérience, alors que 64,7 % des participantes ont vu leur intérêt à suivre des cours de sciences augmenter grâce à cette journée. Finalement, 77,4 % des répondantes ont indiqué que l’événement a fait augmenter leurs connaissances dans les domaines ciblés, alors qu’une proportion de 78,1 % a découvert de nouvelles professions dans ces domaines.

« Bien que les résultats du sondage nous enthousiasment, nous trouvons regrettable d’en arriver au même constat, après 20 ans. Nous sommes déterminées à déployer toute la puissance nécessaire pour court-circuiter le manque de main-d’œuvre féminine au sein de ces industries », indique Mme Nancy Rancourt, ingénieure et présidente du comité organisateur.

Avec une programmation chargée d’ateliers et de démonstrations spectaculaires, le 20e anniversaire de l’événement sera souligné en grande pompe. Les participantes auront notamment la chance de réaliser des fusions à bord de camions de fibre optique et d’assister à une présentation spéciale animée par les vulgarisateurs scientifiques Martin Carli (à Montréal) et Yannick Bergeron (à Québec).

Renseignements généraux

Cette année, l’événement se tiendra aux dates et aux endroits suivants :

  • Le 23 février 2019 : Québec, Université Laval
  • Le 16 mars 2019 : Montréal, École de technologie supérieure L’édition montréalaise de l’événement est présentée en collaboration avec l’École de technologie supérieure et Polytechnique Montréal
  • Le 16 mars 2019 : Sherbrooke, Université de Sherbrooke

Site Web officiel

Facebook Montréal : @LesFillesEtLesSciencesUnDuoElectrisantMontreal

Facebook Québec : @lesfillesetlessciencesquebec

Facebook Sherbrooke : @TechnoscienceEstrie

Pour un aperçu des ateliers offerts aux participantes lors de la journée « Les filles et les sciences, un duo électrisant! », visionnez cette vidéo réalisée en 2018

À propos de l’événement « Les filles et les sciences, un duo électrisant! »

Créé par une poignée de femmes bénévoles, scientifiques, ingénieures, professionnelles et professeures, avec le soutien de Polytechnique Montréal, de l’École de technologie supérieure et de plusieurs entreprises des TIC, le concept de l’événement « Les filles et les sciences, un duo électrisant! » a d’abord germé, en 1998, dans l’esprit de Mme Nathalie Beaudry. Alors responsable d’un programme d’embauche universitaire pour le service de l’exploitation du réseau chez Bell, celle-ci s’est vu confier le mandat de recruter une proportion de 50 % de femmes, un objectif qu’elle peina à atteindre en raison du faible taux de maind’œuvre féminine. Constatant que ses collègues étaient confrontées aux mêmes problématiques, Mme Beaudry a d’emblée proposé l’idée de se regrouper afin de mettre sur pied une activité destinée aux adolescentes, pour leur faire connaître la nature exacte des professions scientifiques et technologiques et les programmes d’études qui y mènent. En plus de permettre aux participantes de réfléchir aux stéréotypes qui influencent leurs choix d’études, cet événement leur offre une occasion unique de découvrir des formations et des carrières valorisantes, de participer à des ateliers passionnants et d’échanger avec des femmes de carrière inspirantes. L’événement comporte plusieurs volets; parmi lesquels des activités de groupe, des démonstrations et des ateliers, de même que deux sections conçues expressément pour les intervenants du milieu scolaire et pour les parents.

Commentaires