L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE
0,00 $

Votre panier est vide.

Clin d’œil sur la recherche : une série de webinaires pour partager des projets vécus en milieu scolaire

L’École en réseau présente une série de webinaires visant à donner la parole à des enseignants qui participent à des projets de recherche participative. Le premier événement a permis de découvrir une expérimentation en lien avec l’écriture philosophique.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

L’École en réseau présente une série de webinaires visant à donner la parole à des enseignants qui participent à des projets de recherche participative. Le premier événement a permis de découvrir une expérimentation en lien avec l’écriture philosophique.

« L’objectif derrière les webinaires Clin d’œil sur la recherche est vraiment de permettre à des praticiens de présenter les résultats d’une recherche-action à laquelle ils ont participé. Il s’agit d’une occasion de développement professionnel, tout en démocratisant la recherche », indique Sophie Nadeau-Tremblay, coordonnatrice de l’équipe d’enseignants ressources pour l’École en réseau (ÉER).

Souvent, dans les sessions de transfert en lien avec la recherche, ce sont les chercheurs qui présentent les résultats. Cette fois, elle voulait vraiment permettre aux enseignants de s’exprimer devant un public. « Et si cela peut donner le goût à d’autres enseignants de prendre part à des recherches participatives, ce serait un petit plus », dit-elle.

Écriture et philosophie

Au cours du premier webinaire, Sabrina Réthoré, enseignante, et Olivier Blond-Rzewuski, chercheur, ont présenté une séquence visant à développer l’écriture autour de débats philosophiques menés en classe aux 2e et 3e cycles du primaire.

Alors que les pratiques philosophiques dans les écoles sont souvent menées à l’oral, par des discussions en grand groupe la majorité du temps, l’objectif de la recherche était de développer une nouvelle pratique conduisant vers l’écriture philosophique. Par ailleurs, comme il y a déjà beaucoup de tâches menant à l’écriture en salle de classe, l’équipe de recherche souhaitait développer un contexte significatif (ne pas faire écrire pour faire écrire).

La séquence mise en place se déroule en 6 étapes et peut s’échelonner sur deux mois :

  1. L’interprétation d’une problématique à partir d’un montage photo (ex. amitié, bonheur, amour, grandir);
  2. La réalisation d’un organigramme avec champ lexical, suivi d’un moment d’écriture libre sur le thème retenu;
  3. La tenue d’un débat en classe pour partager les points de vue;
  4. La tempête d’idée pour documenter les « idées essentielles » pour structurer son point de vue;
  5. La rédaction d’une dissertation (texte argumentatif);
  6. La réécriture au besoin.

« Tout au long du projet, il a fallu trouver l’équilibre entre l’écriture spontanée et l’écriture dirigée. Écrire pour penser, ce n’est pas si naturel. Les élèves sont habitués à écrire des textes fictifs qui prennent forme dans leur imaginaire. Dans ce projet, ils devaient écrire sur leur vécu, sur ce qu’ils ressentent », fait remarquer Sabrina Réthoré. Elle précise que certains ont été déstabilisés par l’exercice alors que d’autres « se sont révélés ».

Dans le cadre du projet, les élèves ont rédigé leur texte de façon manuscrite, mais ils auraient aussi pu le faire à l’ordinateur. De plus, le projet peut se vivre en formant des équipes qui peuvent écrire de façon collaborative. Cela amène alors une autre dynamique et des discussions plus poussées.

Prochains webinaires

Trois autres séances sont prévues d’ici la fin de l’année scolaire. Il suffit de s’inscrire sur le site Web de l’ÉER pour y participer. Toute personne curieuse d’en apprendre sur ces recherches participatives peut se joindre au webinaire. Les documents utilisés ou développés durant le projet seront partagés.

  • 6 avril : Le projet Territoires a permis d’intégrer des savoirs autochtones dans l’enseignement de science, technologie et univers social aux 1er et 2e cycles du primaire.
  • 20 avril : Les voix de la lecture consiste en une démarche pédagogique pour soutenir la fluidité en lecture au premier cycle. 
  • 25 mai : Écrire ensemble propose des stratégies d’écriture par l’entremise d’un outil numérique, tout en travaillant en collaboration chez les élèves.

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Vos commentaires

Pour commenter ce sujet et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

La cabane à culture : Amener la culture dans les classes du Québec

Des élèves sont installés à leur pupitre et dessinent les parties d’une créature imaginaire qui deviendra éventuellement une sculpture sur neige. Un professionnel du domaine leur prodigue des conseils en direct par vidéoconférence. Cette situation s’est bien déroulée au Québec il y a quelques semaines. Il s’agit de l’une des nombreuses activités proposées par La cabane à culture, en partenariat avec l’École en réseau.

Histoire d’un bolide, quand la collaboration nous mène plus loin

Dans le paddock du circuit Gilles-Villeneuve à Montréal, le travail collaboratif permet au pilote de F1 Lewis Hamilton de gagner des secondes. Dans une classe à construire un bolide, il permet à un groupe d’élèves d’acquérir un meilleur savoir-faire. La collaboration permet des apprentissages en profondeur, favorise le développement de compétences globales tout en explorant celles reliées à diverses disciplines.

Quand les mailles et les pixels s’entrelacent

À première vue, un fil de laine n’a rien à voir avec les nouvelles technologies. Et pourtant, dans l’atelier Numérique et textile, présenté lors du plus récent colloque de l’École en réseau (ÉER), les participantes virtuelles ont pu constater que la créativité numérique n’avait pas de limite.

Le dessin numérique en réseau au préscolaire, une fenêtre sur l’autre

Le numérique, c’est aussi pour les petits du préscolaire! Patricia Boudreau, enseignante de préscolaire 5 ans à Sept-Îles, dans le Centre de services scolaire du Fer, et Natalie Aubry, conseillère pédagogique au Service national du RÉCIT de l’éducation préscolaire, en ont fait la preuve lors d’un atelier présenté au plus récent colloque de l’École en réseau (ÉER). Elles ont raconté une expérience vécue avec quatre groupes d’enfants.