Retour sur le Forum des idées pour le Québec sur le thème de l’éducation

2
284

Du 25 au 27 septembre dernier s’est tenu le Forum des idées pour le Québec, un événement ayant pour thème Un système d’éducation pour le 21e siècle. Petit retour.

Le tout se voulait non partisan, regroupant plus de 400 citoyens de tous horizons politiques dont la plupart œuvrent dans le système d’éducation québécois, même si certains ont noté l’absence d’enseignants. À ces participants se sont greffés plusieurs politiciens, dont le premier ministre et le ministre de l’Éducation, qui sont demeurés accessibles tout au long des trois journées de discussions.

Le déroulement de la fin de semaine prenait la forme de conférences suivies d’un panel d’experts, qui se terminaient par des questions de l’auditoire. Les thématiques abordées étaient les suivantes :

  1. Qu’est-ce qu’un système d’éducation performant?;
  2. Un système d’éducation qui ne laisse personne de côté;
  3. La culture générale et la formation des citoyens;
  4. L’arrimage école–travail au 21e siècle;
  5. La gouvernance de notre système d’éducation;
  6. L’éducation et la francophonie.

Fait intéressant, plusieurs conférenciers et panélistes provenaient de divers horizons de la francophonie : des îles Maurice en Afrique jusqu’à l’incontournable France, avec bien sûr une bonne représentation québécoise.

 

Un manifeste comme trame de fond

Une semaine avant le début du Forum, un collectif de 25 individus gravitant autour du monde de l’éducation a publié le Manifeste sur l’éducation au Québec, qui énonce quelques problématiques actuelles et des pistes de solutions non partisanes. C’était, en quelque sorte, la trame de fond du Forum.

Le ton était donné pour les trois journées, sous le signe de la curiosité et de l’expérience, pour une saine et nécessaire remise en question du système éducatif québécois. Les quelques émissaires de l’éducation francophone mondiale ont joué un rôle important en partageant leur expérience avec l’audience. En effet, s’il y a un fil conducteur qui unit les six thématiques énoncées précédemment, c’est bien la nécessité d’établir un réseau de partage d’expertises et d’expériences.

 

Un hommage émouvant

Après l’allocution d’ouverture du premier ministre Couillard, l’organisation du Forum a souligné l’apport de Monsieur Paul Gérin-Lajoie à l’éducation québécoise. Ce dernier, un des principaux acteurs de la Révolution tranquille et le premier ministre de l’Éducation au Québec, s’est adressé à la foule en relatant quelques moments forts orientés autour de l’accessibilité universelle du système d’éducation. Il a séduit l’auditoire avec son discours ponctué d’humour, de clairvoyance et de sagesse. Il a rappelé que la bataille pour l’éducation est toujours un combat bien de notre temps, insistant sur le fait qu’« aujourd’hui, on tient un ministère de l’Éducation pour acquis quand, en fait, il a fallu batailler pour l’avoir ».

Monsieur Gérin-Lajoie est apparu en tant que passeur culturel en éducation. Son intervention laissait présager un attachement aux gains importants réalisés pendant la Révolution tranquille tout en gardant une ouverture palpable au changement. Bref, comment conserver les standards faisant de l’école québécoise une des plus performantes au monde en s’ouvrant à la nouveauté et à la remise en question. Cela complète, en quelque sorte, l’énoncé du premier ministre qui soutient que la société change à grande vitesse et que l’immobilisme « nous condamne à un perpétuel rattrapage ». Toujours selon ce dernier, « innover n’est plus un choix, mais une nécessité ».

 

Site : http://plq.org/forum

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    J’ai toujours considéré l’Infolettre de l’École branchée comme une source crédible d’informations. La lecture de l’article « Retour sur le Forum des idées pour le Québec sur le thème de l’éducation » de M. Marc-André Girard m’a renversé. Cet article est partial, ne présentant qu’un aspect de la réalité. Je suis enseignant, engagé vers une utilisation grandissante des TIC dans ma pratique. Accorder de la visibilité à un parti politique (que vous donnez en référence en bas de page) durant les moyens de pression visant la signature d’une nouvelle convention collective est déplacé. Je ne me reconnais plus dans votre publication.
    Veillez donc, s’il vous plait, retirer mon courriel de votre liste d’envoi.

    Patrick Bourdages
    CS René-Lévesque

Comments are closed.