Réactions à l’annonce des nouvelles mesures sanitaires en éducation au Québec

Publié le :

Voici les communiqués reçus de différentes organisations suite aux annonces de ce matin. Consultez les réactions officielles de syndicats, associations de directions et de cadres, comités de parents, et plus.
Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Voici les communiqués reçus de différentes organisations suite aux annonces de ce matin.


Réaction aux annonces du ministre Roberge

MONTRÉAL, le 8 janv. 2021 /CNW Telbec/ – Comme l’a déclaré la présidente de l’AMDES, Kathleen Legault : « Les mesures annoncées aujourd’hui par le ministre Roberge apportent un éclairage utile à la veille de la reprise en classe du primaire. Deux éléments nous préoccupent au plus haut point. Il est urgent que le ministère produise le guide des savoirs essentiels, car les équipes-école en ont besoin pour savoir exactement sur quoi elles doivent mettre l’accent pour assurer la réussite des élèves. Nous sommes en accord avec l’annulation des épreuves ministérielles et nous voyons d’un bon œil le fait de diminuer l’importance du premier bulletin dans la note finale. Cependant, il faut connaître au plus vite quelle sera cette nouvelle pondération pour bien identifier les élèves en situation potentiellement difficile et intervenir sans délai. »

Qualité de l’air

Relativement à la qualité de l’air, l’AMDES a pris connaissance avec intérêt des recommandations des experts rendues publiques. « À la lumière de ces nouvelles informations, nous nous attendons à ce que toute installation de purificateur d’air dans les classes soit encadrée par la CNESST ou l’INSPQ pour assurer que les classes demeurent des milieux sécuritaires », a conclu Mme Legault.

À propos de l’AMDES

L’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire regroupe plus de 650 membres qui travaillent au Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM), au Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSSMB) et au Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSSPÎ) desservant plus de 230 000 élèves jeunes et adultes du Québec. Tous les membres y œuvrent comme direction d’école ou de centre, direction adjointe ou gestionnaire administratif. L’AMDES a pour but spécifique l’étude, la défense et le développement des intérêts professionnels, économiques et sociaux de ses membres et de la profession. De plus, elle apporte une contribution significative à l’éducation. Elle fonctionne de façon démocratique et fait de son approche éthique, transparente et équitable le fondement même de ses valeurs.

SOURCE Association montréalaise des directions d’établissement scolaire (AMDES)


Nouvelles mesures en éducation – La CSQ est satisfaite, mais demeurera vigilante pour la suite des choses

MONTRÉAL, le 8 janv. 2021 /CNW Telbec/ – La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) accueille positivement les mesures annoncées par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, et suivra de près, au cours des prochaines semaines, leur application dans les milieux et leurs effets sur la santé et la sécurité des élèves et du personnel.

Selon la présidente de la CSQ, Sonia Ethier, le ministre de l’Éducation semble enfin vouloir mettre fin à la « gestion à la petite semaine » et se donner un plan qui tient compte de l’ensemble de l’année scolaire actuelle, ainsi que de la prochaine.

« Force est de constater le bien-fondé des initiatives dévoilées aujourd’hui par le ministre, qui rejoignent d’ailleurs les principales préoccupations énoncées par les personnels enseignants, professionnels et de soutien. Plus précisément, sur le plan pédagogique, les mesures annoncées, qui visent à soulager le personnel enseignant et les parents ainsi qu’à aider les élèves, nous apparaissent pleines de bon sens », commente la présidente de la CSQ.

Santé mentale

Sonia Ethier approuve également le souci manifesté par le ministre à l’égard de la santé mentale des élèves. « Cette période, que nous traversons, pèse lourdement sur le moral des élèves, comme du personnel, et toute mesure visant à soutenir celles et ceux qui sont fragilisés est la bienvenue », de dire Sonia Ethier.

Une certaine inquiétude qui demeure pour la qualité de l’air

Toutefois, en ce qui concerne les mesures annoncées touchant la qualité de l’air dans les écoles et les bâtiments, Sonia Ethier affirme que les inquiétudes ne sont pas complètement dissipées.

« Le ministre s’est voulu rassurant en ce qui concerne la situation, mais les analyses effectuées ne touchent que 300 des 3 300 écoles. C’est clair que nous allons suivre de très près la suite des analyses qui seront effectuées et les mesures qui seront prises pour corriger la situation dans les classes et bâtiments qui poseront problème », conclut Sonia Ethier.

Profil de la CSQ

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont environ 125 000 font partie du personnel de l’éducation. La CSQ compte 11 fédérations qui regroupent quelque 240 syndicats affiliés; s’ajoute également l’AREQ (CSQ), l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services éducatifs à la petite enfance, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

SOURCE CSQ


Qualité de l’air dans les écoles : les cadres scolaires toujours en action

QUÉBEC, le 8 janv. 2021 /CNW Telbec/ – Afin de s’assurer que les élèves et les équipes-écoles du Québec évoluent en toute sécurité, les cadres scolaires poursuivront cet hiver différents tests de qualité d’air dans les établissements primaires et secondaires, et mettront en place toutes les mesures prescrites pour éviter la propagation de la COVID-19 dans ces milieux.

« Nos membres s’assureront également de l’approvisionnement en masques de procédure pour le personnel et les élèves du secondaire. Depuis les tous débuts de la pandémie, les cadres scolaires ont fait preuve d’une rigueur et d’une agilité hors du commun, pour soutenir le réseau dans cette crise », affirme M. Jean-François Parent, président-directeur général de l’Association québécoise des cadres scolaires (AQCS).

Bulletins et annulation des examens du ministère

L’AQCS accueille favorablement les différentes décisions annoncées par le ministre Jean-François Roberge. « Dans les circonstances, il est judicieux de revoir la pondération du premier bulletin, et de diminuer la pression sur les intervenants du secondaire en annulant les épreuves de sanction de 4e et 5e secondaire. Nous sommes heureux que le ministère se penche sur des mesures de continuité pédagogique pour 2021-2022, et serons fiers de nous joindre à ces réflexions », mentionne M. Jean-François Parent, PDG.

Profil de l’AQCS

L’Association québécoise des cadres scolaires (AQCS) représente plus de 2 400 cadres œuvrant au sein des 72 centres de services scolaires du Québec. Ils sont le rouage essentiel du réseau scolaire québécois. Ils occupent des fonctions de conseil et d’encadrement dans les centres administratifs, les établissements scolaires ainsi que dans les centres d’éducation aux adultes et de formation professionnelle des centres de services scolaires francophones et anglophones.

SOURCE Association québécoise des cadres scolaires (AQCS)


Plan d’actualisation scolaire – La FCPQ demande des actions rapides et concrètes pour la réussite

QUÉBEC, le 8 janv. 2021 /CNW Telbec/ – La Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) se réjouit d’entendre parler de réussite éducative, mais espérait des mesures plus détaillées pour commencer à soutenir les élèves dès maintenant. En effet, la FCPQ demande depuis plusieurs mois de recentrer la réussite des jeunes dans le discours public et s’interroge sur la rapidité à mettre en œuvre les mesures annoncées aujourd’hui.

Le tutorat, la diminution de la pondération du premier bulletin, la focalisation sur les savoirs essentiels et le matériel informatique enfin disponible pour tous sont des points de départ pour favoriser la réussite de nos jeunes. Ce sont des mesures qui, lorsque mises en place, bénéficieront notamment aux élèves les plus vulnérables et aux élèves en difficulté et qui réduiront ainsi les inégalités creusées par la pandémie. Il faudra d’ailleurs s’assurer que les apprentissages essentiels continuent malgré l’annulation des examens ministériels cette année.

Il faut agir rapidement, clarifier avec des modalités concrètes et adapter ces mesures à chaque jeune. Un plan de réussite individualisé permettrait de connaître les besoins de chaque élève. Les parents ont besoin de savoir où en sont leurs enfants pour pouvoir les accompagner. La FCPQ est convaincue qu’il n’est pas nécessaire d’attendre l’émission et l’analyse des premiers bulletins pour mettre en œuvre des mesures tangibles pour la réussite.

« Quel est le plan pour amener mon enfant vers la réussite au mois de juin?, c’est ce que les parents veulent déterminer. Avant de savoir où on va, il faut savoir d’où on part », croit Kévin Roy, président de la FCPQ.

Les parents ne sont pas seulement des partenaires essentiels du milieu de l’éducation, ils sont les premiers responsables de leurs jeunes. La FCPQ, qui représente les parents du Québec depuis près de 50 ans, devrait être partie prenante des discussions stratégiques du réseau et devrait être inclue au comité tactique auquel le ministre a fait référence dans son point de presse.

La FCPQ salue la volonté du ministre de l’Éducation de penser à moyen et à long terme pour son réseau, mais espère que des mesures seront également mises en œuvre dans les plus brefs délais pour contenir les dégâts.

Par ailleurs, l’équipe de la FCPQ annoncera lors de sa prochaine séance de la FCPQ en Direct, le 11 janvier à 20h, les actions qu’elle entreprendra dans les prochaines semaines et qui seront accessibles à tous les parents du Québec pour les aider à soutenir leurs enfants à court, moyen et long terme.

Profil de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ)

La FCPQ regroupe, depuis plus de 45 ans, les comités de parents de la majorité des centres de services scolaires et de commissions scolaires du Québec et soutient les parents bénévoles soucieux de la participation parentale au sein des écoles publiques primaires et secondaires dans le but d’assurer la qualité de l’éducation offerte aux enfants.

SOURCE Fédération des comités de parents du Québec


Plan actualisé pour l’éducation – Un plan clair, adapté et rassurant!

QUÉBEC, le 8 janv. 2021 /CNW Telbec/ – L’Association des directions générales des centres de services scolaires (ADIGECSS) est rassurée par les mesures annoncées aujourd’hui par le Ministre Jean-François Roberge afin que les élèves et le personnel puissent poursuivre l’année scolaire dans les meilleures conditions possibles.

Ayant participé étroitement aux consultations préalables, l’ADIGECSS salue à nouveau l’écoute du Ministre à l’endroit des directions générales pour établir un plan clair et choisir des mesures pertinentes et adaptées à la réalité scolaire actuelle. Dans le cadre de ce plan, nous tenons d’abord à souligner l’importance accordée au retour des élèves à l’école comme priorité gouvernementale.

C’est dans cette perspective que nous saluons notamment les mesures entourant la mise en place du tutorat, la reconfiguration en matière d’enseignement-apprentissages et de l’évaluation ainsi que du renforcement des mesures sanitaires. Comme annoncé, les centres de services scolaires feront le nécessaire pour assurer l’accès aux élèves à du matériel technologique et nous mettrons tout en œuvre pour permettre aux élèves et au personnel d’interagir dans un environnement sain. << Le plan du Ministre est résolument orienté vers des mesures qui vont permettre de poursuivre l’année scolaire dans des conditions d’apprentissage et sanitaires les mieux adaptées possibles pour les élèves et le personnel et les directions générales s’engagent à travailler de concert avec tous les partenaires pour mettre en œuvre le plan dévoilé aujourd’hui. >>, a déclaré M. Lucien Maltais, président de l’ADIGECSS.

À PROPOS DE L’ADIGECSS

L’Association des directions générales des centres de services scolaires (ADIGECSS) regroupe plus de 170 directions générales et directions générales adjointes qui agissent en complémentarité au sein des centres de services scolaires en tant que leader du système public d’éducation francophone et anglophone au Québec. Premières responsables administratives et éducatives des centres de services scolaires au Québec, les directions générales ont notamment pour mission de mettre en place les conditions pour favoriser la réussite scolaire et la persévérance des élèves.

SOURCE Association des directions générales des centres de services scolaires (ADIGECSS)


Les écoles privées satisfaites des mesures annoncées aujourd’hui par le ministre de l’Éducation

MONTRÉAL, le 8 janv. 2021 /CNW Telbec/ – La Fédération des établissements d’enseignement privés accueille favorablement les mesures annoncées aujourd’hui par le ministre de l’Éducation. La Fédération tient à remercier le ministre d’avoir répondu à ses demandes, notamment en ce qui a trait à la vaccination du personnel enseignant et à la baisse de la pondération du 1er bulletin, ce qui évitera de décourager les élèves en situation d’échec et leur donnera plus de temps pour bien maîtriser la matière au programme.

« Les mesures annoncées par le premier ministre le 6 janvier pour la réouverture des écoles et celles annoncées par le ministre de l’Éducation aujourd’hui vont dans le sens de nos demandes, a déclaré David Bowles, président de la Fédération. La Fédération est satisfaite que le personnel enseignant et le personnel des services de garde soient reconnus comme des travailleurs essentiels et aient accès plus rapidement à la vaccination. »

La Fédération souhaite que la pondération du 1er bulletin soit connue rapidement afin de pouvoir rassurer les parents et les élèves qui ont éprouvé des difficultés scolaires au cours des derniers mois. Selon un sondage effectué par la Fédération auprès de ses membres en 2018, plus de 18 % des élèves qui fréquentent une école secondaire privée ont un plan d’intervention, alors que c’est le cas d’environ 15 % au primaire. Ces élèves seraient plus nombreux à avoir connu des échecs depuis le début de l’année scolaire, et le fait de baisser la pondération du 1er bulletin augmentera leurs chances de réussir leur année puisqu’ils auront plus de temps pour maîtriser les savoirs essentiels et pourront se reprendre au cours des prochains mois pour améliorer leurs résultats.

La Fédération fournira à ses membres des examens pour remplacer les épreuves ministérielles

Chaque année, la Fédération fournit à ses membres des modèles d’examens pour permettre aux écoles privées de préparer leurs élèves et de mesurer leur maîtrise de la matière du Programme de formation de l’école québécoise. Cette année, ces examens pourront être utilisés par les écoles privées pour remplacer les épreuves ministérielles qui sont annulées et veiller à bien évaluer les apprentissages des élèves.

« Il est primordial que les élèves maîtrisent les différents éléments du Programme de formation de l’école québécoise. Ces examens nous aideront à bien identifier les élèves qui devront suivre des cours d’été ou qui auront besoin davantage d’appui pédagogique à la prochaine rentrée scolaire, explique David Bowles. Ces examens seront tout particulièrement utiles pour les élèves de 4e et 5e secondaire qui doivent être bien préparés à leur entrée au cégep. »

Colloque sur la santé mentale en éducation

La Fédération se réjouit de la préoccupation du ministère à l’égard de la santé mentale des jeunes qui sont nombreux à être affectés par la pandémie, alors qu’ils vivent beaucoup d’incertitude et sont privés de leur vie sociale et des différentes activités qui contribuent à leur motivation scolaire et à leur équilibre mental.

La Fédération tiendra un colloque sur la santé mentale en éducation à la fin janvier, ouvert à tout le personnel en éducation du Québec. Ce colloque vise à outiller davantage les directions d’école et le personnel pour prévenir et identifier les problèmes de santé mentale et veiller à ce qu’ils sachent vers quelles ressources orienter les élèves et les membres du personnel lorsque nécessaire. Pour plus d’information : https://sites.google.com/feep.qc.ca/colloquesantementale/accueil

À propos de la Fédération des établissements d’enseignement privés

La Fédération est un organisme à but non lucratif qui regroupe 137 écoles secondaires, 111 écoles préscolaires-primaires et 12 écoles spécialisées en adaptation scolaire. Ces écoles autonomes sont fréquentées par plus de 120 000 élèves répartis sur le territoire québécois. La Fédération est un centre de services qui offre à ses membres un vaste choix de formations, des services-conseils ainsi que des services d’achats groupés. Pour en savoir plus, consultez les sites : ecolespriveesquebec.ca et https://www.feep.qc.ca/

SOURCE Fédération des établissements d’enseignement privés


Des mesures exceptionnelles pour la réussite et la santé des élèves

QUÉBEC, le 8 janv. 2021 /CNW Telbec/ – La Fédération des centres de services scolaires du Québec (FCSSQ) accueille avec satisfaction les mesures additionnelles annoncées aujourd’hui par le ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge.   

« Nous le savons et cela est réitéré par l’ensemble des partenaires, nous sommes dans une année exceptionnelle requérant des mesures exceptionnelles. Sur le plan pédagogique, nous sommes satisfaits des mesures annoncées, elles reflètent les préoccupations et les suggestions faites par les centres de services scolaires lors des dernières semaines. L’annulation des épreuves ministérielles et les ajustements concernant le bulletin notamment, sont des recommandations dont le ministre a tenu compte. Nous accueillons aussi favorablement la production d’un document ciblant les savoirs essentiels, un outil additionnel qui saura guider les équipes dans les écoles. Puisque le soutien pour les élèves en difficulté demeure également une priorité, les centres de services scolaires offriront leur collaboration dans la mise en place des mesures de tutorat », a affirmé le président-directeur général de la FCSSQ, M. Jacky Tremblay.

Qualité de l’air : des résultats encourageants

« Les résultats des tests effectués au mois de décembre sont encourageants pour l’ensemble du réseau. Comme nous l’avions déclaré alors, les membres de la FCSSQ font toujours de la santé et de la sécurité une priorité pour les élèves ainsi que pour l’ensemble du personnel. Ainsi, ils appliquent les mesures prévues pour assurer et maintenir la qualité de l’air dans les établissements. Concernant les tests à venir dans l’ensemble des écoles, les centres de services scolaires vont s’assurer de leur réalisation diligente et accueillent favorablement la confirmation du remboursement des dépenses liées à cette opération et aux ajustements dans les établissements, s’il y a lieu », a-t-il conclu.

La FCSSQ regroupe l’ensemble des centres de services scolaires francophones du Québec ainsi que le Centre de services scolaire du Littoral. Les centres de services scolaires veillent à la réussite scolaire de plus d’un million d’élèves en assurant des services éducatifs au primaire, au secondaire, en formation professionnelle et à l’éducation des adultes. La FCSSQ offre à ses membres des services en relations du travail, en ressources matérielles et informationnelles, en financement, en transport scolaire, en formation professionnelle, en services éducatifs aux jeunes et aux adultes, ainsi que de la formation. Conjointement avec le MEQ, la FCSSQ coordonne et dirige la négociation des matières nationales sectorielles des conventions collectives.

SOURCE Fédération des centres de services scolaires du Québec


Trop peu trop tard : le personnel professionnel reste inquiet pour la santé mentale des élèves

Pendant que le réseau public peine à opérationnaliser des moyens d’attraction et de rétention du personnel professionnel dans les écoles, et pendant que les services professionnels sont plus essentiels et sollicités que jamais, la FPPE-CSQ est désolée de constater le manque de mesures structurantes annoncées par le ministre. Jean-François Roberge n’a proposé aucun ajout de personnel ayant une expertise pour faire face à long terme aux besoins des élèves vulnérables. On constate sur le terrain que l’anxiété chez les élèves ne cesse d’augmenter, tant à cause des impacts de la pandémie, que par le manque de socialisation et d’activités stimulantes, les choix difficiles de parcours scolaires et professionnels, le manque de motivation ou les retards d’apprentissage. Même les directions d’écoles en novembre dernier se montraient inquiètes quant à la motivation des élèves, avec un taux d’échec de 30% au secondaire, et réclamaient des changements significatifs.

À la FPPE-CSQ on le sait : quand on parle de la réussite éducative d’un élève, c’est un ensemble de personnes qui doivent collaborer dans son entourage afin de le soutenir. La clé du succès est dans la cohésion du réseau qui entoure l’élève sur le terrain, un réseau qui inclut tous les services, dont chaque intervenant fait partie et qui reste attaché à la vie scolaire. Ainsi, il est difficile de comprendre que le ministre ait plutôt choisi d’annoncer la création d’un programme de tutorat, à distance, offert par des volontaires qui ne feront pas partie de ce réseau. Bien que le programme de tutorat puisse répondre, dans l’immédiat, à certains enjeux, le support aux élèves vulnérables doit se traduire, à moyen et à long terme, par un investissement accru dans les services complémentaires. Les interventions doivent s’inscrire en cohérence avec les équipes-écoles et les milieux et la FPPE-CSQ doute des capacités des tuteurs d’effectuer des suivis plus élaborés et entrevoit des problèmes d’imputabilité, de compétences ou même de gestion de ces personnes qui ne contribueront pas au développement des services dans le réseau scolaire. Des questions restent d’ailleurs en suspens : qui encadrera les tuteurs, auront-ils des mandats clairement définis, comment seront-ils évalués, seront-ils bénévoles, comment la sécurité des élèves sera-t-elle assurée?

Les membres de la FPPE-CSQ dénoncent depuis longtemps leurs conditions de travail et le manque de ressources sur le terrain. À coups de 13 millions de dollars par mois, le gouvernement du Québec dépense sur des campagnes marketing, mais aujourd’hui, au lieu d’annoncer un réel investissement dans la santé mentale des élèves par l’ajout de services en psychologie et d’autres intervenants psychosociaux, il annonce le lancement d’une application mobile. La FPPE-CSQ est extrêmement préoccupée par l’externalisation des services professionnels, mais aussi par l’évaluation de l’efficacité de cette application qu’on soupçonne encore une fois être bien coûteuse. Est-ce que les contenus ont été développés par des intervenants du milieu scolaire? Conviendra-t-elle aux besoins des jeunes de tous âges ainsi qu’aux élèves en formation générale des adultes et en formation professionnelle? Est-ce que les interventions seront partagées parmi tous les membres de l’équipe-école qui entourent l’élève au quotidien?

Autant de questions qui restent sans réponse pour le président de la FPPE-CSQ, Jacques Landry :

« Nous sommes conscients qu’il faut tout mettre en œuvre pour accompagner les élèves vers la réussite. Cependant, ce que le ministre Roberge a eu aujourd’hui est une fausse bonne idée. Aucune de ces mesures ne pourra remplacer un plan d’intervention, ne pourra poser un diagnostic, ne pourra contribuer au travail multidisciplinaire des membres des équipes-écoles pour mettre en place des stratégies et faire des suivis particuliers. Dommage qu’encore une fois, le ministre Roberge ne reconnaisse pas l’importance de notre expertise, malgré la crise. Il ne faut pas perdre de vue qu’il y aura aussi une sortie de crise à assumer! » s’insurge-t-il.

Profil de la FPPE-CSQ

La Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) représente 19 syndicats regroupant 10 000 membres répartis dans la quasi-totalité des commissions scolaires du Québec, francophones, anglophones, Crie et Kativik. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (entre autres, psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d’orientation, orthopédagogues, etc.).

SOURCE Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ)


Des mesures concrètes à court terme, une réflexion et des actions qui s’imposent pour les prochaines années

Montréal, 8 janvier 2021 – À la suite des annonces du ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge en ce qui concerne le retour physique à l’école à compter du 11 et du 18 janvier prochain, l’ADIGESEP (Association des directions générales des établissements
d’enseignement privés du Québec) accueille favorablement les nouvelles mesures mises de l’avant.

« Les annonces de cet avant-midi répondent à plusieurs besoins dans le milieu scolaire. Je tiens à saluer l’écoute et l’ouverture du Ministre Roberge et de son équipe, notamment en ce qui concerne la mise en place de mesures concrètes d’aide à l’élève », de dire M. Éric Deguire, président de l’ADIGESEP.

Tutorat et aide pour la santé mentale

Le Ministre a annoncé la création d’un système centralisé de tutorat pour l’ensemble des élèves du Québec qui éprouvent des difficultés scolaires.

« Depuis la fin juin, plusieurs directions d’établissements scolaires et acteurs du milieu ont manifesté leur inquiétude en lien avec le taux d’échecs grandissant de nos élèves. Le nouveau programme de tutorat, bien qu’arrivé tardivement, répond à un besoin à long terme dans les écoles. Nous espérons que ce programme se poursuivra pour les prochaines années », ajoute M. Deguire.

En ce qui concerne la nouvelle application pour les jeunes visant à briser l’isolement, le président de l’ADIGESEP estime qu’il s’agit d’un premier pas et d’un outil intéressant. « Nous espérons que les établissements scolaires pourront accéder rapidement au nouveau fonds pour favoriser une saine santé mentale chez les jeunes. Les effets de la pandémie sur leur santé mentale sont énormes, tandis que les besoins en termes de
spécialistes sont criants dans tous les milieux ».

Épreuves ministérielles et pondération des étapes

L’Adigesep estime que l’annulation des épreuves ministérielles et la nouvelle pondération des étapes diminueront la pression qui pèse autant sur les élèves que sur les enseignants, dans une année extraordinaire qui demande des mesures exceptionnelles.

Les directions d’établissement scolaire et les acteurs du milieu attendent avec impatience de prendre connaissance du guide sur les savoirs essentiels, qui permettra aux enseignants de planifier les prochains mois de l’année scolaire.

Mesures sanitaires

L’Adigesep a pris acte des nouvelles mesures sanitaires et s’engage à les respecter, comme les directions des établissements l’ont fait rigoureusement depuis le début de la pandémie. Le port du masque de procédure au secondaire et le port du masque obligatoire en 5e et 6e année scolaire constituent une mesure additionnelle intéressante afin de mieux protéger élèves et membres du personnel.

L’Association suivra de près l’évolution des directives au regard de la ventilation dans les locaux de classe.

« La pandémie est une occasion pour le ministère, mais également pour l’ensemble des acteurs du réseau scolaire pour repenser les façons de faire pour les élèves et les membres du personnel, que l’on parle d’aide à l’élève, de ventilation ou de pédagogie. Profitons de cette période tumultueuse pour prévoir et réfléchir à l’avenir de l’école au Québec », de conclure M. Deguire.

À propos de l’ADIGESEP

L’Association des directions générales des établissements l’enseignement privés du Québec (ADIGESEP) se donne pour mission d’offrir aux directions générales d’établissements scolaires privés un lieu privilégié de rencontres, de partage et de formations en lien avec le développement de la personne. Représentant les directions générales des établissements d’enseignement privés, l’ADIGESEP souhaite mettre de l’avant l’expertise, l’expérience et la vue d’ensemble des directrices et directeurs généraux afin de faire avancer les différents enjeux dans le
domaine de l’éducation et en ayant toujours à cœur la réussite des élèves.

SOURCE : Association des directrices et directeurs généraux des établissements scolaires de l’enseignement privé (ADIGESEP)

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

À propos de l'auteur

École branchée
École branchée
L'École branchée, organisme à but non lucratif, est votre partenaire de développement professionnel en lien avec la compétence numérique en éducation. Nous croyons que l'éducation doit pouvoir bénéficier des avancées pédagogiques et technologiques actuelles pour mieux répondre aux besoins de plus en plus diversifiés des apprenants et favoriser leur réussite, aujourd'hui et pour toute leur vie. Nous y oeuvrons à travers nos services d'information professionnelle, de formation continue et de création d'outils pédagogiques.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!