ANNONCE

Tirer parti de Minecraft pour l’enseignement du français? Oui, c’est possible!

Depuis plusieurs années, Louis-Philippe Duchesne et Guillaume Prairie utilisent la plateforme de jeu Minecraft for Education de Microsoft pour créer des situations d’apprentissage. Les enseignants de 5e année à l’école l’Envol, à Lévis, l’ont d’abord intégrée en univers social et en mathématiques. Maintenant, ils se lancent le défi de l’utiliser dans d’autres matières, comme en sciences et en français

Publié le :

ANNONCE

Depuis plusieurs années, Louis-Philippe Duchesne et Guillaume Prairie utilisent la plateforme de jeu Minecraft for Education de Microsoft pour créer des situations d’apprentissage. Les enseignants de 5e année à l’école l’Envol, à Lévis, l’ont d’abord intégrée en univers social et en mathématiques. Maintenant, ils se lancent le défi de l’utiliser dans d’autres matières, comme en sciences et en français.

Il n’y a pas à dire, lorsqu’on discute avec ces deux gars-là, on sent une chimie, une passion et une volonté de changer les choses. Ils m’ont récemment invitée à observer une activité en français afin de voir le potentiel de Minecraft dans cette matière. C’était aussi l’occasion de voir comment ce jeu pouvait réellement aider les élèves dans leurs apprentissages. Je dois avouer que j’étais sceptique, n’étant pas une « gamer » dans l’âme, mais je me suis fait prendre au jeu assez rapidement! 

Le transfert entre les tâches

Combien de fois, lorsque j’étais en classe, ai-je rappelé aux élèves d’utiliser des stratégies, des compétences et des connaissances vues dans le cadre d’une activité précédente afin de compléter une nouvelle tâche. Par exemple, pour répondre aux questions concernant les classes de mots dans un chantier en grammaire, je rappelais aux élèves de se souvenir de ce qu’ils faisaient lors d’un exercice interactif sur le site Alloprof. Ce n’est pas intuitif pour tous de faire ce transfert.  

En utilisant Minecraft, les enseignants que j’ai observés créent des mondes et des tableaux qui se ressemblent selon les tâches. Par exemple, pour un exercice d’association en français, ils réaliseront toujours la même structure de jeu, tout en changeant les questions et les outils. Il est alors beaucoup plus facile pour l’élève de voir le lien entre les tâches, car visuellement, elles sont reliées. 

L’association visuelle

D’ailleurs, l’association visuelle ne se fait pas uniquement entre les tâches. Elle est également présente entre les notions et les éléments du jeu qui sont utilisés pour les illustrer. 

Lors de ma visite, j’ai vu un élève qui devait utiliser un bloc bleu pour identifier le groupe de mots qui avait pour fonction « sujet ». Il allait de soi qu’il ne pouvait pas y avoir deux blocs bleus dans une seule phrase. De ce fait, ils se questionnaient rapidement sur le résultat de leur exercice. Sachant qu’il ne peut pas y avoir plus d’un bloc bleu dans une phrase, si leur réflexion les amenait à faire une erreur, ils pouvaient faire une recherche dans leurs ressources ou lever la main pour s’autocorriger. La rétroaction pouvait se faire instantanément, pas seulement une fois que l’enseignant voit la production finale.  

La collaboration 

En circulant dans la classe, j’entendais des dialogues pédagogiques. Les élèves discutaient entre eux des stratégies du jeu, parlaient de coffre au trésor, de blocs, de personnages, mais le tout tournait autour de la tâche. Des « As-tu pris tes blocs de complément de phrase? », « Le bloc rouge ici, je pense que tu t’es trompé », ou encore « N’oublie pas de questionner l’archer » faisaient partie des échanges.  

En plus de s’entraider pour finalement passer les trois tableaux (trois tâches qui progressent en difficulté), ils développaient un langage commun, une façon de communiquer qui fait référence à des idées partagées par tous. C’est riche, quand on y pense, un métalangage unique qui a du sens pour ceux qui l’emploient! 

Les traces 

Après chaque salle où l’élève avait à répondre à une tâche dans le jeu, il devait prendre une photo pour l’intégrer dans son grimoire. À côté de la photo, il devait expliquer dans ses mots son choix de blocs pour illustrer la composition de la phrase à analyser.  En somme, à la fin de l’activité, l’enseignant reçoit un livre rempli d’images concrètes de la réflexion de l’élève, en plus d’une description provenant de ce dernier. Quel beau contexte pour appliquer son jugement professionnel!

Après cette visite, mon constat est le suivant : le jeu Minecraft permet de créer des situations qui donnent l’opportunité à l’élève d’apprendre, de faire du transfert, de collaborer et de fournir une trace d’apprentissage fidèle à ses réflexions. Si j’étais somme toute sceptique quant à l’utilisation de Minecraft à des fins pédagogiques, me voilà maintenant confondue!

Relisez aussi leur article : Quand les jeux vidéos donnent le goût d’écrire! 
Louis-Philippe Duchesne a été finaliste pour un prix Chapo de l’AQUOPS en 2023, dans la catégorie projet spécial, notamment pour son usage pédagogique de Minecraft.

À propos de l'auteur

Laurie Couture
Laurie Couture
Enseignante de français au secondaire et collaboratrice sur divers blogues, Laurie Couture se passionne pour l’écriture et pour l’aspect novateur en éducation : comment peut-on modifier ses façons de faire pour améliorer sa méthode? Elle adore découvrir, discuter et développer au sujet des pratiques probantes en lien avec les technologies. À l’aide du numérique, elle aspire à mettre sur pieds des projets et des documents répondant aux tendances actuelles et proposant des approches nouvelles.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Musique et création numérique : des élèves fabriquent leur propre instrument de musique

Leslie Surprenant, enseignante en Musique-études, utilise le microcontrôleur Makey Makey et le logiciel Scratch pour permettre à ses élèves de fabriquer leurs propres instruments de musique et de composer des pièces uniques. Nous l’avons rencontrée pour en discuter avec elle.

Construction d’un simulateur sismique : Quand la robotique rencontre la géographie

Alexandra Mercier, enseignante d'univers social, utilise la robotique et LEGO WeDo 2.0 pour permettre à ses élèves de comprendre les risques sismiques et les techniques de construction parasismique. Apprenez-en plus sur le projet!

La création littéraire augmentée : une démarche complète pour votre école

L’année dernière, la création littéraire augmentée a été à l’honneur dans la classe de Julie Godin, enseignante de 5ᵉ année à l’école Val-des-Ormes, au Centre de services scolaire des Milles-Îles. Ses élèves ont produit des bandes dessinées dans un projet d’envergure qui a touché le français, les arts, l’art dramatique et même l’éducation physique ! L’ensemble de la démarche a été documenté et est maintenant disponible pour tous.