ANNONCE

« L’école ne devrait pas être un pain aux bananes » #Clair2023

Natacha Vautour, coordonnatrice des projets francophones pour l’organisme Labos créatifs, a utilisé plusieurs analogies lors de la conférence qu’elle a offert aux participants de l’événement #Clair2023. Au cœur de son discours, une grande question : Et si l’école était plus qu’une recette de pain aux bananes que l’on refait continuellement?

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Natacha Vautour, coordonnatrice des projets francophones pour l’organisme Labos créatifs, a utilisé plusieurs analogies lors de la conférence qu’elle a offert aux participants de l’événement #Clair2023. Au cœur de son discours, une grande question : Et si l’école était plus qu’une recette de pain aux bananes que l’on refait continuellement?

Natacha Vautour a été enseignante de français pendant une quinzaine d’années avant de joindre l’organisme Labos Créatifs, qui accompagne les écoles des provinces maritimes dans la réalisation de projets pédagogiques innovants. Derrière son changement de carrière, sa volonté d’offrir un monde scolaire qui donne aux élèves l’envie d’aller à l’école, qui leur donne des ailes.

Pour y arriver, il faudra d’abord donner des ailes aux enseignants. Elle y va avec une série de questions : Et si les enseignants étaient récompensés pour innover? Et si on reconnaissait les enseignants à leur juste valeur?

Une question de valeur

Ce sont nos valeurs, plus que nos connaissances qui font de nous ce que nous sommes. (Laville C et Dionne J)

Elle a présenté les valeurs qui, selon elle, devraient guider le système de l’éducation :

  • Équilibre : arrêtons de nous « garrocher » tous ensemble dans des tendances (ex. tableau interactif, programmation).
  • Confiance : les notes scolaires ne définissent pas un enfant. Donnons-lui des ailes pour lui permettre de voler.
  • Bardasser : Dans le sens de « patenter », d’essayer des choses. Nos écoles sont remplies de talents sous-exploités!
  • Amour : Chaque enfant est important.
  • Éthique de travail : Faire preuve d’humilité, faire des erreurs, apprendre et s’améliorer.
  • Durabilité : La seule chose qui est durable dans une salle de classe, c’est l’enseignant; tout le reste va changer, alors il faut miser sur lui.

Faire attention aux coureurs

Dans les milieux scolaires, on rencontre selon elle quatre types de personnes (c’est aussi vrai de façon générale dans la société).

  1. Les coureurs : Ceux qui avancent malgré tous les défis, qui multiplient les projets, attirent l’attention; les élèves veulent être dans leur classe, ils vont toujours au-delà des attentes.
  2. Les joggeurs : Ils avancent assez vite, ils réalisent un gros projet par année, ils sont efficaces et répondent à des critères élevés.
  3. Les marcheurs : Ils avancent, ils font ce qu’ils ont à faire, mais pas plus.
  4. Les assis : Ils ne bougent pas et font le minimum.

Dans ce contexte, le conseil de Natacha Vautour est le suivant : « Donner des ailes aux coureurs, faites-leur attention et permettez-leur de courir encore plus vite. Quant aux assis, ils ne valent même pas la peine qu’on s’occupe d’eux. Portez-leur une attention seulement quand ils essaient de contaminer des collègues. »

À l’école comme à Disney

Dans sa réflexion pour repenser l’éducation, elle a jeté un regard à la « recette » de Disney qui attire les foules et qui fonctionne depuis des années. Puis, elle s’est demandé si celle-ci ne pourrait pas s’appliquer aux écoles.

Ses critères :

  • Planifier.
  • Être accessible.
  • Être propre, sécuritaire et beau.
  • Avoir le souci du détail.
  • Être inspirant.
  • Ne pas être parfait, mais avoir plus de qualités que de défauts.
  • Laisser les visiteurs interagir avec les acteurs.
  • Célébrer.
  • Faire vivre une histoire et une expérience.
  • Offrir de la bonne nourriture.
  • Choisir des thèmes à votre image.

Celle qui aime bien « brasser des idées et non les personnes » répète continuellement aux enseignants qu’elle accompagne de « se ramener à ce qu’ils aiment faire lorsqu’ils planifient des projets ». « La clé est de donner une valeur pédagogique à ces projets. Cela permet de trouver le pourquoi de chacun d’eux », dit-elle.

Des exemples de projets

Puisque plusieurs enseignants lui demandent des idées de projet à réaliser avec leurs élèves, elle a présenté en terminant une série de projets qui sont réalisés présentement dans les laboratoires créatifs des écoles des provinces maritimes :

  • Inclure des technologies dans les vêtements
  • Rendre les mathématiques visibles
  • Fabriquer des boîtes lumineuses qui racontent des histoires
  • Concevoir des robots qui lancent des gâteries pour les chats, qui plantent des arbres ou qui peuvent jouer à roche, papier, ciseaux.
  • Faire pousser de l’électricité
  • Fabriquer du papier à base de champignon ou qui s’illumine en fonction des humeurs de celui qui le touche.

Natacha Vautour a lancé un appel à l’action à tous à la fin de sa présentation : « Si vous voulez quelque chose, faites-le. N’attendez pas les autres ». Bref, apprenez à courir et n’arrêtez plus!

Vos commentaires

Pour commenter ce sujet et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :