Classé dans :

La classe à distance de Myra, suite et fin

Mme Myra a appris un lundi matin qu’un de ses élèves de 4e année avait reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Elle a donc dû basculer sa classe en l’enseignement à distance. Voici aujourd'hui la suite et fin de son aventure, qui s’est finalement bien terminée!
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Myra a appris un lundi matin qu’un de ses élèves de 4e année avait reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Elle a donc dû rapidement basculer sa classe en l’enseignement à distance. Elle nous a raconté comment ça s’était passé au début de son aventure, voici maintenant la suite et fin de son aventure, qui s’est finalement bien terminée! 

Ça commence drôlement un mardi quand, au lieu de bousculer toute la petite famille parce que l’alarme n’a pas sonné, je peux tranquillement m’asseoir sur un coin de lit et murmurer qu’il est temps de se lever. Mon garçon remplit son sac à collation de canneberges séchées pendant que je démarre la cafetière. On nourrit les poissons, j’aide ma plus jeune à enfiler ses bottes et je salue ma petite troupe qui part avec papa dans l’auto qui n’a pas besoin d’essence. La mienne aussi passe en mode économique pour les 2 prochaines semaines, puisque je serai en enseignement à distance avec ma classe de 4e année. 

La veille, j’ai fait parvenir à tous les informations nécessaires concernant l’horaire des rencontres virtuelles, le lien vers ma salle personnelle Zoom (oui, vous pouvez conserver le même lien!) ainsi que le travail autonome qui sera à compléter. Si mon mardi matin est plutôt zen, c’est parce que j’avais atteint mon quota de stress le lundi

Devant l’écran

8h25. J’ouvre ma salle virtuelle. Déjà, 6 élèves sont connectés. J’admets tout le monde, puis je désactive l’option salle d’attente pour éviter d’y oublier quelqu’un. J’ai l’impression de ne pas les avoir vus depuis une éternité, pourtant nous étions tous ensemble la veille. Dans la balance de la vie, le temps ne se calcule pas en minutes, mais en expériences. Je m’assure donc d’entamer celle-ci avec un grand sourire, un 2e café et un sincère « Boooon maaaatin! ». Tant pis pour l’anglicisme. 

Veut veut pas, 26 enfants qui n’ont rien d’autre (ou presque) pour les distraire que leur enseignante et le chapitre sur les nombres entiers, ça crée une certaine anxiété de performance! Vaut mieux être intéressante et dynamique. 

Alors, après un petit retour sur les règles de base et les fonctions de Zoom, j’entre dans le vif du sujet. Je le connais bien et j’ai préalablement réfléchi à des questions pour alimenter les réflexions des élèves. Une bonne préparation permet aussi de garder le rythme dans cette séquence d’apprentissage qui sera un peu plus longue qu’en classe. Une leçon qui durerait habituellement 15 minutes risque maintenant de tourner autour de 25.

L’écran nous vole un peu de cette impulsivité caractéristique à la classe, mais nous pouvons y insuffler un peu de cette énergie perdue à travers notre humour et la personnalisation de nos interventions. C’est ainsi qu’on finira par utiliser Pirate le poisson pour revenir sur les différents types de reproduction chez les animaux, puis les escaliers du sous-sol pour se représenter les nombres entiers négatifs. 

Garder le rythme 

À l’exception d’un matin, j’ai été capable de garder la même plage horaire pour les rencontres de l’avant-midi et de l’après-midi. J’ai essayé le plus possible de respecter l’horaire régulier afin que les enfants ne perdent pas tous leurs repères et que la transition soit plus facile lors du retour en classe. Nous faisions donc une période d’enseignement explicite le matin, suivie d’un travail autonome. En après-midi, la rencontre était généralement consacrée à du soutien particulier. Certains enfants y assistaient sans avoir de difficultés particulières alors que d’autres venaient y consolider les apprentissages de la semaine. D’autres préféraient une rencontre individuelle et pouvaient rester connectés suite à une rencontre en grand groupe pour qu’on revoit ensemble un travail ou une notion. Parfois, ce sont les parents qui demandaient des exercices supplémentaires, mais il n’était pas rare non plus qu’un élève m’écrive sur Seesaw pour demander une activité sur une notion qui lui semblait plus ardue. 

Mes coups de coeur iront aux commentaires de mes élèves suite aux rétroactions que je leur offrais sur Seesaw, mon outil numérique de prédilection. L’engagement face à leur apprentissages était indéniable. Ils ne cherchaient pas à se défiler face à leurs erreurs, ils s’en servaient comme d’un tremplin pour approfondir leurs connaissances. Comment créer cet engouement? Posez-leur des questions, mais pas celles pour lesquelles vous avez déjà les réponses… 

Entre deux Zoom

Les périodes d’accalmie, baptisées les « entre deux Zoom », doivent être aussi bien organisées que celles où vous enseignez. Mes élèves savaient ce qu’ils avaient à faire comme travail autonome grâce au plan de travail fourni en début de semaine. Sur celui-ci était également indiqué ce qu’ils devaient m’envoyer comme preuve. Je ne vérifiais pas tout, mais je tentais de planifier des activités de consolidation sur Seesaw afin de garder des traces de leur progression. La plateforme numérique m’a permis aussi de faire une rétroaction spécifique et rapide. Je tentais toujours de mettre le compteur des notifications à 0 avant de finir ma journée vers 16h. En ayant mes critères bien en tête (les élèves devraient également les connaître), il était plus facile de faire des commentaires ciblés et bénéfiques pour mes élèves. En effet, ce n’est pas le temps de passer par quatre chemins, surtout quand on enseigne de la maison (blague d’enseignement à distance, cuvée 2020). 

Les journées ont passé, puis les deux semaines prescrites. Et sans qu’on ait eu le temps de crier « ton micro est encore ouvert, Robert », c’était terminé. On a célébré avec une dernière période en ligne plutôt cacophonique en inventant une chanson qui deviendra assurément un grand classique : « L’enseignement à distance, c’est pas des vacances ».

Les élèves m’ont aussi supplié de faire les fous… sur Zoom. Un tableau blanc, un chat ouvert à tous et des fonds d’écran virtuels. Ça me rappelait la salle des profs un vendredi midi de journée pédagogique… en 2019. 

Des conseils de mes élèves pour vos élèves

Je me permets de clore le récit de mon épopée (le mot est peut-être un peu fort) avec quelques conseils proposés PAR mes élèves, POUR vos élèves :

Au début, tu trouves ça vraiment plate, mais vous allez vous habituer rapidement! Mon conseil : va jouer le plus possible dehors!

Ellie

On doit être discipliné, faire le travail demandé, assister au Zoom et surtout poser des questions si on ne comprend pas.

Marshall

Je vous conseille de suivre l’horaire pour ne pas prendre de retard et faire des petites pauses pour être plus concentré pour ton prochain travail.

Zachary

Je vous recommande de ne pas niaiser devant la caméra car tout le monde vous voit.

Élody

Ressources 

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Quelques annonces

Publiez un texte vous aussi!

Nos lecteurs adorent lire sur ce qui se passe dans la vie des enseignant(e)s (et nous aussi!)! Prenez le clavier et faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées, trucs et astuces via nos sections Opinion et Témoignages! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l'École branchée!

Recevez l'École branchée | Hebdo ainsi que la programmation de nos services chaque semaine!



À propos de l'auteur

Myra Auvergnat
Myra enseigne au primaire à l'Externat St-Jean-Berchmans, à Québec.