ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

Et si on permettait l’usage du téléphone intelligent en classe?

Plusieurs élèves ont aujourd’hui accès à un téléphone intelligent ou à un lecteur multimédia qui permettent d’accéder rapidement à des informations diverses. Au lieu d’interdire ces appareils en classe, educa.ch, un institut suisse spécialisé dans les questions touchant aux TIC, propose plutôt des solutions pour les intégrer.

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Array

Plusieurs élèves ont aujourd’hui accès à un téléphone intelligent ou à un lecteur multimédia qui permettent d’accéder rapidement à des informations diverses. Au lieu d’interdire ces appareils en classe, educa.ch, un institut suisse spécialisé dans les questions touchant aux TIC, propose plutôt des solutions pour les intégrer.

Allons-nous à contre-courant en refusant aux élèves d’utiliser leurs téléphones intelligents comme support pédagogique en classe? C’est du moins ce que sous entend une étude de l’institut suisse educa.ch, spécialiste des questions et enjeux relatifs au TIC. Puisque plusieurs élèves disposent déjà de téléphones intelligents ou autres lecteurs multimédias, pourquoi ne pas plutôt les mettre à profit en classe.

L’alternative mobile
Les appareils mobiles apparaissent, aux yeux des observateurs suisses, comme une alternative aux salles de classe informatisées. On juge aussi qu’inévitablement, puisque l’usage des appareils mobiles est largement répandu en dehors des murs de la classe, il faudra trouver un moyen de les intégrer à l’intérieur des murs. On voit dans ces appareils d’intéressants supports d’aide aux devoirs, grâce, notamment aux nombreuses applications disponibles pour téléphones intelligents et lecteurs multimédias. Mais on juge également qu’ils peuvent servir à mettre en pratique des compétences transversales dans le cadre de l’éducation générale aux médias.

L’étude propose plusieurs exemples de pratiques en classe et des listes d’applications d’enseignements pour appareils mobiles iOS ou Android, telles qu’iPhysics ou iMaths. Mais elle souligne aussi que les appareils mobiles peuvent remplir plusieurs besoins pédagogiques de bases comme le calcul, la traduction, la recherche et le partage d’informations.

À noter que l’étude, intitulée Des téléphones mobiles à l’école?, présume que les téléphones mobiles et autres petits appareils mobiles sont largement répandus chez les élèves, ce qui ne traduit pas nécessairement la réalité de l’ensemble des élèves. Néanmoins, sans aborder directement la question des coûts associés à l’utilisation des appareils mobiles en classe, on juge que l’alternative mobile est moins compliquée et plus spontanée que d’équiper une classe entière d’ordinateurs portables ou de réserver longtemps à l’avance la seule classe informatique de l’école. Par ailleurs, si nous pouvons à l’instar de la Suisse bénéficier de nombreuses applications d’enseignement pour appareils mobiles gratuites, nous ne disposons pas encore de programme comme le « schweizr suissr svizzr », une initiative de l’Institut pour les médias et l’école de la Haute école pédagogique de Suisse centrale qui permet à des classes de travailler gratuitement durant deux semaines avec dix iPhones.

À propos de l'auteur

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Le coenseignement : un, c’est bien, mais deux, c’est mieux!

Avez-vous déjà envisagé le coenseignement comme une démarche réunissant un enseignant et un orthopédagogue? Nous vous proposons un texte qui présente les retombées de la mise en place d’un tel duo dans trois écoles, et quelques trucs en prime si vous décidez de vous lancer.

(France) Enseigner avec et former au numérique : deux enjeux fondamentaux pour la décennie à venir

Si la crise a eu le mérite de remettre l’école sur le devant de la scène et de démontrer le potentiel des outils technologiques, il reste beaucoup à faire pour en exploiter pleinement les atouts. Il ne s’agit plus seulement de permettre de suivre des cours à distance, mais surtout de favoriser un apprentissage plus efficace.

7 recommandations pour l’amélioration de l’enseignement des sciences et des technologies au secondaire

Au Royaume-Uni, l’Education Endowment Foundation a récemment émis une série de recommandations pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement des sciences et technologies. Voici 7 pistes d'intervention concrètes à mettre en application en classe.