Le cinéma dans une classe TED, fiction? Non, réalité!

L’an dernier, Isabelle Guertin a entrepris avec ses élèves autistes la réalisation d’un film fantastique d’une vingtaine de minutes. Le projet culminera par la grande première, en avril prochain, devant les élèves et les parents!

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

L’an dernier, Isabelle Guertin a entrepris avec ses élèves autistes la réalisation d’un film fantastique d’une vingtaine de minutes. Le projet culminera par la grande première, en avril prochain, devant les élèves et les parents!

L’enseignante de l’école secondaire Louis-Philippe Paré, à Châteauguay, a initié ses élèves de 13 à 15 ans au cinéma avec le matériel du programme L’œil cinéma, de l’Association des cinémas parallèles du Québec. Les jeunes ont relevé le défi de bâtir le scénario de A à Z dans le logiciel Celtx. Chaque élève y a contribué en fonction de son niveau académique. « C’est un logiciel gratuit et facile d’utilisation qui aidait les élèves à écrire selon les règles, explique-t-elle. Comme je voulais soumettre le film à un concours et que nous étions limités dans le temps, c’est moi qui ai fait le montage. Par contre, les jeunes vont faire le montage des bloopers dans Pinnacle, à l’école. »

Les jeunes ont tous eu à camper les différents rôles que nécessite une production cinématographique : scripteurs, perchistes, caméramans, maquilleurs, costumiers, responsables des décors, etc. Ce sont aussi eux qui ont rédigé les lettres de demandes de commandite pour la première et créé les affiches. « Ça nous a vraiment permis de découvrir les talents de chacun », constate l’enseignante. Le projet a évidemment permis de travailler le français, mais aussi les arts par la création des décors et des costumes. Il a aussi été bénéfique au niveau de la persévérance et de la motivation.

Les élèves ont aussi été confrontés dans leurs « caractéristiques TED ». « Ce sont des jeunes qui ont besoin d’une routine et qui font preuve d’une certaine rigidité. Mais durant le tournage, ce n’était plus l’horaire de l’école et il y avait des imprévus à tous les jours », souligne Mme Guertin, visiblement fière du travail accompli.

Au terme du projet, Isabelle Guertin souhaite entreprendre une tournée des écoles avec ses élèves afin qu’ils puissent présenter leur projet. De plus, l’enseignante prononcera une conférence au sujet de son projet dans le cadre du congrès de l’Association québécoise des troubles d’apprentissage, du 21 au 23 mars, à Montréal.

À lire aussi :

TIC et troubles d’apprentissages : les besoins des élèves d’abord!

Journalis-TIC : un projet de communication et partage

Aide technologique à l’écriture : un outil qui redonne confiance

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!