Cartes mentales : contenu et structure

Réaliser une carte mentale peut prendre trente secondes, comme constituer un laborieux exercice s’apparentant à une véritable création artistique. En fait, le temps nécessaire à sa finalisation dépendra de l’organisation du schéma et, surtout, de la quantité d’éléments que les élèves y intégreront.
Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

L’infographie (éducative!) rendue facile

Quand une image vaut mille mots… sans mille maux! Guide pratique de la création et de l'utilisation de l'infographie pédagogique.

(Dossier infographie) L’infographie au service de l’élève

Voici maintenant quelques usages de l'infographie au service de l'élève!

(Dossier infographie) L’infographie au service de l’enseignant

Voici quelques usages de l'infographie au service de l'enseignant.

(Dossier infographie) Fabriquer une infographie : comment faire?

Entrons maintenant dans la partie pratique. Pour réaliser une infographie, vous pouvez utiliser des logiciels dont vous disposez déjà, mais vous aimerez peut-être aussi découvrir certaines applications en ligne gratuites qui se spécialisent en infographie facile.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Projet de gazoduc Coastal GasLink : opposition, tension et manifestation

Depuis le 6 février dernier, la réserve mohawk de Tyendinaga, en Ontario, est le théâtre de manifestations empêchant la circulation ferroviaire, et ce, dans le but de soutenir les chefs héréditaires Wet'suwet'en qui s'opposent au gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique. Regards sur une situation délicate qui est le reflet des relations complexes qui perdurent entre les Autochtones et le gouvernement canadien.

Les tenants et aboutissants du coronavirus COVID-19

En décembre dernier, un nouveau coronavirus nommé COVID-19 a été détecté dans la ville de Wuhan en Chine après qu’une éclosion de pneumonie atypique ait été identifiée. Les premières personnes malades ont développé leurs symptômes à la suite d'une exposition à un marché de fruits de mer et d'animaux vivants situé dans la ville. Regards sur les tenants et aboutissants de la COVID-19

La chute du mur de Berlin, 30 ans plus tard

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, l'Allemagne fut le centre d'attention du monde entier. En effet, c'est cette nuit-là que le mur de 3 mètres de haut et de 155 km de long qui divisait la ville de Berlin depuis 28 ans a été détruit. Regard sur un produit de la guerre froide et un symbole du partage du monde en deux blocs.

Julie Payette : 20 ans plus tard

Il y a un peu plus de 20 ans, le 27 mai 1999, l'astronaute, ingénieure, pilote d’avion à réaction et musicienne Julie Payette décollait à bord de la navette Discovery en direction de la Station spatiale internationale (SSI). Elle devenait, à ce moment, la première Canadienne à prendre part à une telle mission dans l'espace.

Réaliser une carte mentale peut prendre trente secondes, comme constituer un laborieux exercice s’apparentant à une véritable création artistique. En fait, le temps nécessaire à sa finalisation dépendra de l’organisation du schéma et, surtout, de la quantité d’éléments que les élèves y intégreront. Les lignes qui suivent mettront en relief ces caractéristiques, tout comme cette vidéo pratique intitulée Le Mind Mapping en moins de 4 minutes ou cette série de vidéos sur les cartes mentales.

 

La double structure des cartes mentales

D’abord, deux structures de pensée se situent à la base de cette technique. L’éclosion (ou brain bloom) se compare à une fleur ou à un soleil. Au centre se situe l’idée principale alors qu’en périphérie s’étalent les idées secondaires. Le flux d’idées, quant à lui, passe d’une idée à l’autre sur une même lignée. Chaque mot réfère uniquement au précédent. Ainsi, le concept de départ n’est directement associé qu’à un seul autre terme.

 

La méthode : éléments de bases à exploiter dans la création d’une carte

Quelle que soit la façon dont on relie les mots-clés, voici quelques éléments à considérer dans la construction de la carte. D’abord, il est préférable de la réaliser sur une feuille ou sur un écran selon l’orientation paysage (c’est-à-dire que l’espace de création est plus large que haut). On commence par placer le sujet principal en plein centre (au cœur) du médium. Ces deux particularités auront pour effet de favoriser la focalisation de l’attention sur le thème.

Autour du sujet principal, on crée des branches qui mèneront vers d’autres mots-clés, ce qui explique la réputation « végétale » de ces cartes, que l’on compare souvent à des arbres. L’épaisseur des branches pourra varier, selon l’importance qui leur est accordée. Sur chacune d’entre elles, et/ou au bout, s’installe un mot-clé. Rapidement repérés, ces mots évoquent un sens, une signification. Idéalement, il faut inciter les élèves à ne pas recourir à la phrase, ce qu’ils ont l’habitude de faire lorsqu’ils prennent des notes de manière traditionnelles. Les mots-clés obligent le cerveau à créer des liens et à peaufiner sa compréhension : voilà un atout pour un apprentissage plus efficace. Évidemment, même si les expressions ne sont pas situées sur la même branche, des liens et flèches additionnels peuvent les relier.

Cela dit, le vocabulaire n’a pas l’exclusivité de la carte. Les images y jouent un rôle essentiel, puisqu’elles permettent un gain d’espace, mais aussi qu’elles favorisent le développement des idées. En effet, l’image laisse place à une plus grande gamme d’interprétations et de concepts. Les icônes ont aussi la côte. Parmi les plus populaires, notons le « ? » ou encore « $ ». Les émoticônes, les nombres ou autres symboles ont aussi tout intérêt à être intégrés et standardisés d’une carte à l’autre, pour gagner en rapidité. Au plan visuel, la couleur constitue aussi un élément distinctif permettant au cerveau d’associer et de regrouper plus aisément les concepts. On peut, par exemple, entourer d’une couleur différente chaque idée secondaire et tout ce qui en découle sur la carte. On peut aussi indiquer en vert tout ce qui est positif, et en rouge ce qui est négatif, pour utiliser l’analogie des feux de circulation.

Bien sûr, si on prend soin de considérer toutes ces astuces afin d’élaborer une carte complète, le processus peut sembler long et complexe, surtout sur une feuille. Bien que les cartes sur papier aient leurs avantages, celles produites à l’aide des TIC présentent des bénéfices importants.

 

 

Sommaire du dossier

Introduction
Cartes mentales : avantages et usages fréquents
Les cartes mentales en classe : des exemples
Cartes mentales : contenu et structure
Cartes mentales : du papier à l’écran
À vos marques… Prêts?  « Cartez »!

 

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!



À propos de l'auteur

Avatar
Anik Lessard Routhier
Anik est rédactrice à son compte et chargée de cours au Collège Lionel-Groulx et au Cégep Marie-Victorin.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Vous avez quelques minutes pour nous aider?

Voici le sondage à nos lecteurs que nous menons présentement!