ANNONCE

La cabane à culture : Amener la culture dans les classes du Québec

Des élèves sont installés à leur pupitre et dessinent les parties d’une créature imaginaire qui deviendra éventuellement une sculpture sur neige. Un professionnel du domaine leur prodigue des conseils en direct par vidéoconférence. Cette situation s’est bien déroulée au Québec il y a quelques semaines. Il s’agit de l’une des nombreuses activités proposées par La cabane à culture, en partenariat avec l’École en réseau.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

Des élèves sont installés à leur pupitre et dessinent les parties d’une créature imaginaire qui deviendra éventuellement une sculpture sur neige. Un professionnel du domaine leur prodigue des conseils en direct par vidéoconférence. Cette situation s’est bien déroulée au Québec il y a quelques semaines. Il s’agit de l’une des nombreuses activités proposées par La cabane à culture, en partenariat avec l’École en réseau.

La cabane à culture est née l’année dernière à l’initiative de Dominic St-Louis, un bibliothécaire au Centre de services scolaire de Montréal. Elle a depuis été reprise sous son aile par la direction des services éducatifs de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), avec le soutien financier du ministère de la Culture et des Communications, et elle visite virtuellement les écoles primaires du Québec grâce à un partenariat avec École en réseau (ÉER).  

« La cabane à culture est un projet de médiation culturelle. Selon le concept, les élèves sortent virtuellement de leur classe pour aller à la rencontre d’un artiste qui les accueille dans sa région et leur fait vivre un atelier de création en direct », explique Olivia Marleau, bibliothécaire et médiatrice culturelle en charge du projet. 

Chaque activité vise à faire découvrir un ou une artiste ou scientifique, un livre disponible sur la bibliothèque scolaire numérique Biblius, une institution culturelle et une région du Québec. Les jeunes y expérimentent une discipline sous la direction d’un artiste ou d’un scientifique.

Pour l’année scolaire 2022-2023, huit « cabanes » étaient au programme. Les disciplines présentées jusqu’à maintenant sont loin d’être banales : opéra, danses traditionnelles anicinabe, art du cirque et sculpture sur neige.

Nous avons pu assister à la rencontre virtuelle entre Alex S. Girard, auteur, bédéiste et sculpteur sur neige, qui était en direct de Bromont en Estrie. Alex n’a pas réalisé l’atelier directement à l’extérieur. L’objectif n’était pas de réaliser une sculpture. Il a plutôt expliqué aux enfants comment ils devaient préparer leur projet à partir d’un dessin, comment ils devaient prévoir les formes pour que leur dessin puisse éventuellement devenir une sculpture qui se tienne debout. Les enfants ont pu voter pour choisir les parties de la créature imaginaire que le concepteur allait réaliser sous leurs yeux. Ils étaient aussi invités à s’exécuter sur papier en même temps que lui. Une fois l’atelier terminé, les classes participantes sont invitées à concevoir une ou des sculptures sur neige dans la cour d’école et à partager leur création sur le mur Padlet de l’événement (allez voir, certaines y sont déjà!). 

Avant l’atelier, les élèves avaient aussi été invités à faire parvenir des questions à l’artiste. Celui-ci a répondu à quelques-unes avant le début de l’atelier pratique. Un cahier pédagogique avait aussi été remis aux enseignants participants dans les semaines précédentes.

4 ateliers à venir

D’ici à la fin de l’année scolaire, quatre autres « cabanes » sont proposées : 

Quatre plages-horaire différentes sont proposées à chaque fois (en avant-midi ou en après-midi). L’atelier dure 50 minutes environ. Il est encore temps de s’inscrire.

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Martine Rioux est rédactrice et gestionnaire de projets d’éditions numériques. Au fil de ses expériences, elle a développé une solide expertise en lien avec la transformation numérique dans divers secteurs d’activités (éducation, culture, administration publique, etc.). Elle maîtrise les subtilités de l’univers numérique, ses enjeux, ses possibilités et sait les vulgariser en deux clics de souris. Elle est notamment rédactrice en chef des médias de l’École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

La lecture interactive : un outil pour devenir un citoyen éthique à l’ère du numérique

Afin d’aider les élèves à développer leurs compétences en compréhension de lecture, de même que leur capacité à adopter un mode de réflexion éthique, la lecture interactive représente un outil de choix pour les enseignants. Cette pratique peut également être utilisée pour amener les élèves à poser un regard sur leurs comportements en lien avec les appareils électroniques.

Un labo informatique qui devient un labo créatif pour le secteur primaire du Collège Beaubois

Depuis sa création en 2002, le laboratoire d'informatique Blaise-Pascal, situé dans la section primaire du Collège Beaubois, à Montréal, a évolué en réponse aux avancées numériques. Lors d'une conférence récente, Claudia Martinez, conseillère pédagogique spécialisée en technologies de l'information et de la communication dans cet établissement, a expliqué le processus de transformation du lieu, qui se veut maintenant un laboratoire créatif.

Un vaste plan de développement professionnel se déploie au CSS Marie-Victorin

Au Centre de services scolaire Marie-Victorin, un plan de développement professionnel organisationnel est en cours de déploiement dans l’ensemble des établissements scolaires et il concerne tous les employés. Comment en arrive-t-on à proposer un plan harmonisé dans un CSS?