ANNONCE

Bye bye agenda, bonjour iPod!

Fini le plan de travail que les élèves pouvaient mettre jusqu’à 45 minutes à recopier… et que les parents trouvaient souvent illisible! Pierre-Paul Rouleau, enseignant de cinquième année à l’école primaire Entramis, de Repentigny, est passé au numérique.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Marquer comme favori (0)

Fini le plan de travail que les élèves pouvaient mettre jusqu’à 45 minutes à recopier… et que les parents trouvaient souvent illisible! Pierre-Paul Rouleau, enseignant de cinquième année à l’école primaire Entramis, de Repentigny, est passé au numérique.

L’idée de mettre en ligne les plans de travail est notamment née suite aux commentaires des parents. « Ils se disaient souvent incapables de suivre leur enfant. Ils mentionnaient aussi que le plan de travail était mal copié et qu’ils manquaient de ressources pour les aider. De plus, les enfants oubliaient souvent leurs devoirs, leurs mots de vocabulaires, etc. », explique M. Rouleau. « Aujourd’hui, tout est en ligne. Avec le site Internet, ils ne sont jamais pris au dépourvu. »

À l’été 2009, Pierre-Paul Rouleau a profité des siestes de son nouveau-né pour investir une centaine d’heures sur son site Internet. Il a commencé par numériser son matériel puis le site s’est enrichi peu à peu avec différents liens. « Grâce à mes statistiques, je voyais que l’engouement était présent, mais que la motivation diminuait peu à peu. Les jeunes consultaient moins les différents liens. Il fallait toujours que j’amène du nouveau contenu », a-t-il constaté. Pour faciliter les choses, le plan de travail interactif est né. Les enfants n’ont plus besoin de chercher à travers les ressources, ils n’ont qu’à cliquer sur le lien indiqué.

Il collabore à l’animation du site des 5e années avec sa collègue, Johanne Brabant.

 

Apportez vos iPod

Parallèlement à cela, M. Rouleau a encouragé les enfants qui en possèdent à apporter leur iPod Touch en classe. Une quinzaine d’élèves sur 25 l’ont fait depuis septembre. Les jeunes peuvent les utiliser au lieu de chercher dans le dictionnaire, par exemple. « Les parents sont enthousiastes, mais certains ont peur qu’un bris ou un vol survienne. Ce n’est toutefois jamais arrivé. Ils sont rangés dans mon bureau avec un cadenas quand ils ne sont pas utilisés », explique-t-il. Il n’est toutefois pas question de rendre l’appareil obligatoire.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Nathalie Côté
Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :