Badges et fab labs : apprendre tout au long de la vie et de multiples façons

Publié le :

Dans ce Rendez-vous pédagogique de l’École branchée, Geoffroi Garon définit « fab labs », « makerspaces », « living labs » et badges numériques!
Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Dans ce Rendez-vous pédagogique de l’École branchée, Geoffroi Garon définit « fab labs », « makerspaces », « living labs » et badges numériques!

(texte par Audrey Miller)

Les « Rendez-vous pédagogiques de l’École branchée » sont des entretiens en baladodiffusion avec des acteurs du milieu scolaire d’ici et d’ailleurs. Dans cet épisode, notre collaborateur (et idéateur du concept) Marc-André Girard s’entretient avec M. Geoffroi Garon-Épaule. Il est à la fois chercheur universitaire (doctorat en communication) et entrepreneur en technologie éducative, principalement avec les badges numériques. Il est aussi administrateur de Communautique, qui est à la fois un living lab et fab lab.

Fabriquer n’importe quoi… ou presque!

Tout d’abord, dans l’entrevue, il rappelle ce qu’est un fab lab, mot provenant de l’anglais « fabrication laboratories ». Le mouvement fab lab est né il y a presque 15 ans au Massachussetts Institute of Technology (MIT). Concrètement, c’est un lieu physique où se trouvent des équipements à commande numérique qui permettent de fabriquer à peu près n’importe quoi! Ils sont tous connectés et manipulables à l’aide de logiciels de précision. Aussi, ce sont des espaces ouverts au public. Pas obligé d’être expert en technologie pour y aller : artistes comme ingénieurs, jeunes et moins jeunes, et bien sûr pédagogues s’y retrouvent. Il y aurait dans le monde 900 à 1000 fab labs reconnus par le MIT. Ceux-ci adhèrent à une charte, qui exige notamment l’ouverture au public et un volet éducatif.

M. Garon-Épaule poursuit l’entrevue avec des précisions concernant les makerspaces et les living labs, d’autres lieux ouverts largement inspirés du mouvement « Do It Yourself » (DIY).

Valoriser des compétences et des apprentissages avec les badges numériques

Par la suite, il explique ce que sont les fameux badges numériques. À la base, c’est une plateforme permettant de valoriser des compétences, des apprentissages. Le système de badges fait référence aux « écussons » émis chez les scouts, mais en version numérique. Ce sont donc des traces numériques d’apprentissages. Il explique qu’on les envisage généralement sous quatre types d’usages : la motivation, la certification, la valorisation, et l’entreprise.

Les badges numériques permettent de certifier, encapsuler les apprentissages informels. Il donne l’exemple d’un cours permettant d’apprendre à piloter un drone. On peut attester la formation par un système de badges, qui constitue alors une trace numérique encryptée, sécurisée.

Pour recueillir et montrer ses badges, on utilise un portfolio numérique, que Geoffroi Garon-Épaule compare à une sorte de CV de compétences qui peut bonifier un CV traditionnel. Pour lui, un système de badge est un « outil puissant, mais simple ».

Les badges numériques, les fab labs, les makerspaces… quel lien avec l’école? « Tout cela s’insère dans un contexte d’apprentissage tout au long de la vie et d’apprentissage de multiples façons », résume-t-il. Particulièrement, les badges permettent de valoriser des parcours différents chez les élèves, le parascolaire, etc.

 

geoffroigaronBadges et fab labs : Apprendre tout au long de la vie et de multiples façons

Marc-André Girard s’entretient avec Geoffroi Garon-Épaule
Chercheur en communication et entrepreneur en technologie éducative

Télécharger (format .mp3)

 

Écouter :

 

Psst!

La baladodiffusion peut être téléchargée comme on télécharge un morceau de musique, puis écoutée dans la voiture, par exemple, en se rendant au travail le matin ou au retour à la maison!

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Éditrice du magazine École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), elle s'intéresse particulièrement l'actualité liée au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias. Elle s'active à créer des ponts dans l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique ces temps-ci notamment dans l'AQUOPS, Edteq et en tant que membre du comité #Francosphère de l'ACELF. Quand elle a du temps libre, elle est passionnée par ses enfants, ses lapins, les chevaux, le bon vin et... la programmation Web!

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!