Test réussi pour les ateliers Emballe-moi! au colloque de l’AQUOPS

0
196

Le nouveau format d’atelier « Emballe-moi » a permis aux congressistes d’assister à 8 présentations particulièrement dynamiques. Retour.

À l’occasion de son 35e colloque, qui a eu lieu du 11 au 13 avril 2017 à Québec, l’AQUOPS a testé un nouveau format d’atelier appelé Emballe-moi!. Sa particularité est qu’à l’intérieur d’un même atelier, quatre animateurs s’emparent de la scène chacun leur tour pour parler d’un sujet différent. Leur présentation doit être composée d’exactement 25 diapos qui peuvent apparaitre un maximum de 25 secondes chacune. Ils disposent donc chacun d’environ 10,5 minutes pour mettre leur sujet en valeur, ce qui représente un intéressant défi de synthèse et un spectacle « emballant » pour les congressistes!

Le format « Emballe-moi! » s’inspire des Ignite Talks (20 diapos de 15 secondes chacune) et Pecha Kucha (20 diapos de 20 secondes chacune).

Cette année, deux ateliers de ce type ont été présentés au colloque de l’AQUOPS par huit animateurs qui ont su relever le défi avec brio. En voici un court résumé.

 

Bloc 1 : 4 tendances pédagonumériques

Le premier bloc a réuni quatre enseignants et conseillers pédagogiques.

1 – Initier les jeunes à la programmation

Conseiller technopédagogique au Collège Letendre, Philippe Demers a ouvert le bal en présentant un tournoi de programmation qui réunit différents collèges privés autour d’une compétition amicale initiée par des intervenants qui ne connaissaient pourtant rien à la programmation au début de l’aventure.

2 – Penser l’évaluation différemment grâce à la classe inversée

Ensuite, Marie-Élaine Jobin, enseignante au Collège Nouvelles Frontières, a partagé sa méthode d’évaluation qu’elle exploite de concert avec une dynamique de classe inversée. Plusieurs participants ont retenu son souci important de la réussite de l’élève selon ses besoins, au-delà des contraintes administratives. On retrouve sa présentation sur le Padlet des ressources partagées par les animateurs du colloque.

3 – Les réseaux sociaux et la créativité

C’est Maxime Pelchat, enseignant d’univers social et gestionnaire de communauté et médias sociaux à l’École secondaire Mont-Saint-Sacrement, qui a enchainé en partageant des idées qui permettent de déployer la créativité des élèves en plongeant avec eux dans un univers qu’ils affectionnent particulièrement, les médias sociaux.

4- Trou noir de la procrastination ou étincelle de l’éducation?

Pour la dernière présentation de ce bloc, c’est Joannie Girard, conseillère technopédagogique pour l’équipe TacTIC du CFORP, qui a vivement incité les enseignants sur place à ne pas négliger le pouvoir de la vidéo, particulièrement de YouTube, dans une foule de contextes pédagogiques.

 

Bloc 2 : 4 ressources pour la classe d’aujourd’hui

Le second bloc a réuni quatre intervenants provenant d’entreprises et d’organismes oeuvrant en éducation.

1 – Classcraft : Le jeu pour une culture de classe

C’est Shawn Young qui a ouvert le bal de ce deuxième bloc Emballe-moi. Confondateur de Classcraft, il a commencé sa carrière comme enseignant de physique et a su miser dans son parcours sur des approches novatrices telles que la classe inversée ainsi que l’apprentissage par projet et basé sur le jeu. Il a présenté le jeu de rôle Classcraft, qui est aujourd’hui utilisé dans plus de 20 000 écoles à travers le monde.

2 – Vision d’avenir : Mozaïk-Portail pour les enseignants

Le présentateur suivant était Marc Lecours, le « propriétaire du produit » Mozaïk-Portail pour les enseignants (autrefois Édu-groupe) à la Société GRICS. Il a présenté la nouvelle mouture du portail le plus utilisé dans les commissions scolaires du Québec, qui a pour but de mettre l’élève au cœur des préoccupations et des interventions des différents acteurs du milieu pour favoriser sa réussite scolaire. On retrouve sa présentation sur le Padlet des ressources partagées par les animateurs du colloque.

3 – Votre école a une licence pour ça!

Par la suite, c’est Geneviève Leblanc, responsable du dossier du droit d’auteur au Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), qui relevé le défi. Elle a présenté cinq types de licences qui s’appliquent à divers usages du numérique en classe et a proposé des ressources pour savoir où chercher lorsqu’on se questionne sur l’importante question des droits d’auteur.

4 – La classe du siècle!

C’est Simon Lavallée qui a eu le mot de la fin. Détenteur d’une maitrise en didactique des mathématiques, il est technopédagogue au sein de l’équipe de Netmath. Il a profité du moment pour parler de ce qu’évoque pour lui la classe du siècle, particulièrement en ce qui a trait aux mathématiques. Il a présenté quelques ressources et événements qui tirent profit du numérique pour mettre ces apprentissages en valeur et intéresser les jeunes. On retrouve sa présentation sur le Padlet des ressources partagées par les animateurs du colloque.

 

Nous poursuivrons notre couverture du 35e colloque au cours des prochains jours!

Laisser un commentaire