Visite d’échoFab : « Et la lumière fut! »

0

Par Alexandra Saliba, élève au Collège Beaubois

(NDLR : nous avons réduit au minimum l’édition de ce texte pour garder le ton exprimé par l’élève auteure!)

 

Le 7 janvier dernier, un groupe d’enseignants et d’élèves (dont je faisais partie) nous sommes rendus à échoFab, le premier Fab Lab au Québec. Situé en plein cœur du centre-ville de Montréal, cet endroit unique en son genre accueille régulièrement des visiteurs. Ce concept d’endroit ouvert au public est au centre de la mentalité des Fab Lab : la communauté n’est plus limitée dans ses outils et a alors la liberté de créer, de produire, d’innover à sa façon. Désirant créer un projet semblable, la direction du Collège Beaubois a eu l’idée de s’y rendre pour s’inspirer de projets en cours.

Arrivés à échoFab, ils nous ont premièrement expliqué le concept du Fab Lab, puis présenté leurs outils, tels l’imprimante 3D et leur découpeuse au laser que nous avons d’ailleurs pu essayer à notre tour. Nous allions pouvoir créer une lampe en forme de cube faite à partir de planches de bois assemblées ensemble dans lesquelles nous allions découper un dessin que nous aurions nous-même tracé. Après avoir fait notre esquisse, nous l’avons numérisée, puis retracée à l’ordinateur. Par la suite, notre image, qui était dans mon cas un loup, fut transférée sur la découpeuse, qui se mit au travail. En quelques minutes, nous avons pu récupérer les morceaux de la future lampe. L’assemblage des pièces terminé, l’équipe en place nous a guidés dans l’installation du filage électrique de notre lampe. Le moment de vérité était arrivé : nous allions finalement brancher notre lampe et apprécier notre travail final.

C’était tout de même assez incroyable comment nous avons pu passer de quelques traits de crayons à un véritable objet que l’on pourrait utiliser quotidiennement, et tout cela en moins de 3 heures. J’ai pu constater à quel point nous pouvons inventer et créer des projets hors du commun lorsque nous avons la liberté de sortir des sentiers battus (« To think outside the box », comme on dit en anglais). La société, et surtout ses jeunes, ont un immense potentiel inventif et innovateur; si nous mettons des ateliers de fabrication semblables à celui que nous sommes allés visiter à leur disposition, je crois que nous pourrions être surpris de la créativité dont ils pourraient faire preuve.

 

 

Cet article fait partie du dossier « La mise en place d’un atelier de fabrication numérique (makerspace) », dont voici la liste des articles en ordre antéchronologique.