ANNONCE

7 recommandations pour « faire usage du numérique de manière équitable pour des apprentissages à valeur ajoutée

Au printemps dernier, nous avions assisté aux deux rencontres publiques de la Conférence de consensus sur l’utilisation du numérique en éducation. Toutes les présentations ainsi que le contenu des échanges ont ensuite été pris en délibération. Cela aura permis de préparer un rapport qui contient sept recommandations pratiques et applicables dans les milieux et qui vient d’être rendu public.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Marquer comme favori (0)

Au printemps dernier, nous avions assisté aux deux rencontres publiques de la Conférence de consensus sur l’utilisation du numérique en éducation. Toutes les présentations ainsi que le contenu des échanges ont ensuite été pris en délibération. Cela aura permis de préparer un rapport qui contient sept recommandations pratiques et applicables dans les milieux et qui vient d’être rendu public.

Le Rapport ÉVA – Équité et valeur ajoutée dans les usages du numérique pour l’enseignement et l’apprentissage vient d’être publié sur le site Web du Centre de transfert en réussite éducative du Québec (CTREQ), qui était à l’origine de la démarche. Il témoigne des deux thèmes qui ont émergé des travaux de la Conférence de consensus, soit la démocratisation des usages (équité) et le « retour sur l’investissement » (valeur ajoutée aux apprentissages).

« Si l’on donne suite à ces recommandations, le rôle médiateur de l’enseignant·e “prendra du galon” au fur et à mesure de sa maîtrise des technologies numériques présentes dans sa classe », soutiennent Josée Beaudoin, Thérèse Laferrière et Simon Collin dans le mot d’ouverture du rapport. Ils étaient respectivement coprésidentes de la conférence et président du jury.

Le rapport fait aussi mention que « comme les enseignant·es sont au cœur de l’expertise pédagogique d’une équipe-école, ils gagnent à participer activement au choix des technologies matérielles et logicielles qui sont les plus adéquates pour soutenir localement leurs besoins et leurs finalités pédagogiques ». Maintenant que le contexte scolaire redevient plus normal (après les deux années de pandémie), ils doivent pouvoir faire valoir que le volet pédagogique devrait toujours primer sur d’autres considérations lors de la prise de décision en lien avec le numérique dans leur milieu respectif.

L’objectif de la Conférence de consensus était de poursuivre les échanges et de parvenir à proposer des recommandations qui feraient sens dans le présent contexte pour la majorité des acteurs, mais qui, en plus, s’avéreraient des leviers pour passer de l’utilisation périphérique, voire en temps de crise, à des usages quasi quotidiens pour enseigner et apprendre.

Deux orientations

Au cours des travaux de la Conférence de consensus, « une double orientation s’est rapidement imposée : la nécessité d’un alliage entre l’équité d’accès et d’usage et la valeur ajoutée pédagogique ». C’est ainsi que deux axes ont été déterminés pour structurer les échanges et les réflexions.

La démocratisation du numérique (équité)

« Bien que la pandémie ait permis une massification du numérique dans les écoles par l’achat d’équipement, cela n’a pas forcément mené à sa démocratisation, car elle nécessite une mise en place de pratiques pédagogiques et de politiques appropriées, signifiantes et durables. »

Le retour sur l’investissement (valeur ajoutée)

« Il ne suffit […] pas de remplacer la technologie classique (tableau, manuels, processus de travail) par des technologies numériques tout en continuant de faire, somme toute, la même chose qu’avant. En somme, les coûts en temps et en argent doivent se traduire par des gains en matière d’apprentissages. »

Les 7 recommandations

Voici brièvement en quoi consistent les sept recommandations (et leurs sous-recommandations). Nous vous invitons fortement à lire le rapport afin d’en découvrir davantage sur chacune d’elle.

1. Le numérique, vers une plus grande démocratisation d’accès, d’éducation et de gouvernance et vers une plus grande responsabilisation des acteurs impliqués

1.1 Démocratiser davantage l’accès au numérique à l’école et au domicile des enseignant·es et des élèves

Cette recommandation est la prémisse à plusieurs autres. Sans accès aux équipements et à Internet, les usages ne peuvent avoir lieu.

1.2 Démocratiser davantage l’éducation au numérique

Un espace explicite et exclusif devrait être consacré dans le curriculum pour l’éducation au numérique (incluant ses dimensions informatiques, éthiques et critiques).

1.3 Démocratiser l’élaboration et l’application de mesures sur le numérique en éducation

Le leadership des directions d’établissement sera stratégique pour aller de l’avant, alors qu’elles devraient pouvoir être en mesure de mettre en place des stratégies locales d’intégration du numérique.

1.4 Encadrer les usages des ressources numériques des entreprises de technologies éducatives

Les outils gratuits et grand public qui sont utilisés en classe ne sont pas nécessairement conformes aux encadrements légaux en matière de vie privée.  

2. Le numérique, le temps requis pour mettre en œuvre des choix pédagogiques appropriés

2.1 Convenir de nouvelles modalités d’aménagement du temps

Les enseignants doivent pouvoir prévoir du temps de planification pour passer de l’utilisation à l’usage au quotidien. Le temps doit être aménagé en conséquence, avec les équipes-école et les directions.

2.2 Libérer des journées pédagogiques pour les enseignant·es qui, sur une base volontaire, souhaiteraient introduire le numérique à leur planification

Les journées pédagogiques sont précieuses pour mobiliser les équipes-école dans le travail de planification (au-delà de la formation).

2.3 Prévoir une enveloppe pour soutenir les enseignant·es volontaires dans l’élaboration d’activités et de projets d’apprentissage soutenus par des technologies numériques, et à valeur ajoutée

La libération d’enseignants qui seront chargés de développer et de partager les meilleures pratiques de gestion de classe, lorsque des appareils électroniques sont déployés en classe.

«  Plus d’usage n’est pas garant de valeur ajoutée. Des conditions sont requises. »

3. Le numérique, « faire avec » pour un usage en classe offrant une valeur ajoutée à l’enseignement et à l’apprentissage

3.1 Utiliser le numérique pour favoriser l’engagement de l’élève, condition prioritaire pour la réussite

L’engagement des élèves est renforcé lorsque des dimensions de la compétence numérique sont concrétisées en classe : créer, communiquer, collaborer, résoudre des problèmes, développer la pensée critique, etc.

3.2 Créer et rendre les ressources numériques à portée de main

Le personnel des équipes-école pourra être amené à collaborer à la création et au partage de ressources modifiables. Des contenus conçus sur mesure sont devenus indispensables.

3.3 Cibler des processus qui caractérisent différentes dynamiques de classe et de gestion scolaire afin d’optimiser les usages du numérique

L’usage d’appareils électroniques appelle la mise en place de processus fonctionnels qui permettent à tous d’apprendre. Il y aurait avantage à faire participer les élèves à la définition de ces nouveaux processus.

4. Le numérique, pour faire de l’évaluation un levier aux apprentissages des élèves

4.1 Mettre à profit les outils numériques pour évaluer les apprentissages

Le numérique permet de conserver plus facilement des traces des élèves, et donc d’évaluer le processus d’apprentissage des élèves et non seulement le résultat final à un seul examen.

4.2 Arrimer le Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ), le Cadre de référence de la compétence numérique, la Politique d’évaluation des apprentissages et la Progression des apprentissages (PDA)

L’évaluation avec le numérique devrait être présentée de façon cohérente à l’intérieur des documents ministériels afin de garantir le principe d’équité pour les élèves.

5. Le numérique, vers des services complémentaires aux élèves hybrides et à distance pour assurer leur accessibilité

5.1 Conduire un état des lieux

Alors que des gains ont été réalisés en termes de prestation de services complémentaires aux élèves, par le biais du numérique, pendant la pandémie, un portrait des pratiques en cours devrait être documenté.

5.2 Mener des projets pilotes

Des centres de services scolaires réorganisent actuellement leurs services en tenant compte des atouts du numérique. Il pourrait être porteur de leur fournir les ressources pour en faire de véritables projets pilotes.

6. Le numérique, un incontournable de la formation initiale et du développement professionnel des enseignant·es

6.1 Soutenir les communautés de pratique et les communautés d’apprentissage axées sur des usages spécifiques du numérique

Les communautés mises en place devraient être structurées de façon à favoriser un transfert des résultats en classe à court terme. Les enseignants expérimentent (action) et partagent (réflexion).

6.2 Miser sur des collaborations de type gagnant-gagnant entre le milieu scolaire et les universités axées sur des usages spécifiques du numérique

Les échanges entre les milieux universitaires et scolaires doivent se multiplier afin de rapprocher la théorie de la pratique, tout en faisant émerger de nouvelles pratiques innovantes.

7. Le numérique, comme valeur ajoutée pour réseauter l’école avec les familles, les organismes communautaires et les autres acteurs extrascolaires

7.1 Mettre en place des canaux de communication plus soutenus avec les familles

Il est proposé de mettre en place des politiques encadrant les communications école-famille, afin de diversifier les moyens de communiquer (numérique ou non) et les modalités de réponses aux messages.

7.2 Formaliser des collaborations avec des organismes de la communauté

  • pour le développement de la littératie numérique : La formation des parents au numérique et leur accompagnement sont primordiaux afin qu’ils puissent accomplir leur rôle dans la réussite éducative de leurs enfants.
  • au bénéfice des apprentissages des élèves : Il est suggéré de faciliter les partenariats extrascolaires à distance en bonifiant les activités admissibles à une aide financière et en s’appuyant sur les pratiques qui connaissent du succès.

La suite

Maintenant que le rapport contenant les recommandations a été déposé, le CTREQ poursuit ses travaux afin de stimuler les réflexions autour des recommandations et de faire émerger des pistes d’action concrètes pour chacune d’elle. Une première rencontre publique a eu lieu le 26 octobre dernier. Un compte rendu des échanges sera éventuellement publié. Nous continuons de suivre pour vous l’avancement de ces travaux.

En complément : Les recommandations de la Conférence de consensus sur l’utilisation du numérique en éducation maintenant disponibles

Références : Beaudoin, J., Laferrière, T., Collin, S., Ruel, C. et Voyer, S. (2022). Rapport ÉVA : Équité et Valeur Ajoutée dans les usages du numérique pour l’enseignement et l’apprentissage. Québec : CTREQ.

Vos commentaires

Pour commenter ce sujet et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :