Le RÉCIT : quel est son mandat, et pourquoi y faire appel en tant qu’enseignant?

0
332

Suite de notre incursion dans le RÉCIT, ce réseau de personnes-ressources dédié à l’accompagnement des enseignants dans l’intégration pédagogique des TIC au Québec. Aujourd’hui, un petit rappel de son mandat et une foule de raisons pour lesquelles les enseignants devraient faire appel à ses personnes-ressources.

Récemment, nous avons sondé enseignants et personnes-ressources à propos du RÉCIT, les conseillers pédagogiques spécialisés en intégration pédagogique des TIC qui accompagnent les écoles du Québec. Nous vous présentons un portrait de ce service que plusieurs estiment indispensable au milieu scolaire.

 

Quels sont les mandats d’une personne-ressource du RÉCIT?

Marijo Émond (CS Maguerite-Bourgeoys) précise d’entrée de jeu que les mandats précis d’une personne-ressource du RÉCIT peuvent varier d’une commission scolaire à l’autre.

Voici quelques exemples, donnés en vrac par les répondants.
– Faire rayonner les pratiques pédagogiques intégrant les TIC à l’intérieur et à l’extérieur de la commission scolaire;
– Assurer une veille technopédagogique constante;
– Soutenir les enseignants dans l’intégration des technologies en classe;
– Accompagner les directions dans l’élaboration de leur plan TIC;
– Accompagner les conseillers pédagogiques dans le développement de leurs compétences TIC et dans l’élaboration d’outils et de stratégies pour intégrer efficacement les TIC dans leur matière;
– Assurer la formation centralisée sur les TIC;
– Créer des capsules d’aide et les rendre disponibles sur le Web;
– Soutenir le développement et la mise en œuvre de projets pédagogiques issus du milieu;
– Effectuer la veille technologique nécessaire pour soutenir adéquatement les projets, l’innovation et l’expérimentation;
– Participer à la concertation régionale et nationale indispensable pour assurer l’émergence et la diffusion d’une culture de réseau et le soutien en matière de TIC dans les domaines d’apprentissage.

La Commission scolaire de Charlevoix définit ainsi les fonctions du RÉCIT :
« Les fonctions se traduisent particulièrement par les tâches professionnelles suivantes :
– La formation continue auprès du personnel enseignant et professionnel, dans une démarche d’utilisation des des technologies de l’information et de la communication (TIC) en classe, en lien avec les compétences transversales et disciplinaires;
– L’accompagnement et le soutien dans l’utilisation de ressources disponibles dans Internet, dont la formation en ligne, l’accès à du matériel didactique numérique, la participation à des groupes virtuels d’échanges et de partage;
– L’accompagnement et l’aide stratégique à la mise en œuvre de projets interactifs et de situations d’apprentissage et d’évaluation de simples à complexes;
– L’organisation et l’animation d’un réseau de soutien et d’entraide au sein de la commission scolaire, pouvant répondre aux besoins du personnel enseignant en classe et à distance;
– La participation au collectif en intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) sur une base régionale et nationale, à des fins de formation, de partage d’expertise et de travail collaboratif;
– La contribution à l’innovation en participant à des cellules de veille technologique, nécessaire pour soutenir adéquatement les projets pédagogiques qui nécessitent de l’innovation et de l’expérimentation.

Veille, formation accompagnement, culture de réseau. Informer, former, accompagner, modeler, soutenir… »

François Rivest (CS de la Pointe-de-l’Île) résume le tout de belle façon : il s’agit pour eux de « tout mettre en oeuvre pour que les technologies servent le mieux possible au développement de compétences disciplinaires et transversales de chaque élève du Québec. »


Pour quels besoins les enseignants devraient-il faire appel au RÉCIT?

Lorsqu’on demande aux personnes-ressources du RÉCIT des exemples de situations pour lesquelles les enseignants devraient faire appel à leurs services, leurs idées sont nombreuses.

Martine Paré, de la CS des Samares, estime que « les enseignants devraient faire appel au RÉCIT dès qu’ils entreprennent une démarche pédagogique (et non uniquement technique!) d’appropriation des TIC. Ils devraient aussi se référer au RÉCIT lorsqu’ils se questionnent sur un choix technologique pouvant bien répondre à des besoins pédagogiques spécifiques ou sur des stratégies liées à des questions organisationnelles ou de gestion de classe en contexte d’exploitation des TIC. »

Pour Anick Fortin, du RÉCIT régional de la FGA du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, c’est : « Chaque fois qu’ils se posent la question : de quelle façon mes élèves apprennent-ils? Peut-être que le numérique fait partie de la réponse. Chaque fois qu’ils se disent : si mes élèves prenaient moins de temps ici et là, pourraient-ils en consacrer davantage à analyser, résoudre et créer des solutions? Chaque fois qu’ils se disent : je suis tanné(e) de répéter toujours la même chose! »

Pour sa part, Claude Frenette, du RÉCIT de l’enseignement privé (qui n’existe plus officiellement, mais dont le mandat est soutenu par la FÉEP), invite les enseignants à faire appel au réseau « pour s’ouvrir à de nouvelles idées, ressources, stratégies exploitant les technologies, pour s’inscrire dans un réseau personnel d’apprentissage, pour briser l’isolement professionnel. »

Nathalie Dubois, de la CS des Draveurs, rappelle « qu’il est impossible de tout connaître en lien avec les TIC, mais qu’il est possible de tout trouver. Le RÉCIT a cette capacité de trouver l’idée à travers son réseau. »

Et voici une foule d’autres idées en rafales, suggérées par les répondants :

  • Tout projet en lien avec l’intégration et l’utilisation des technologies en classe;
  • Programmation, multimédia, médias sociaux, appareils mobiles, projets AVAN, TNI, services infonuagiques;
  • Tous besoins qui permettent d’enrichir les pratiques pédagogiques avec l’aide des technologies;
  • Dissiper les inquiétudes / incertitudes envers un projet intégrant les TIC;
  • Analyser des logiciels en lien avec une idée de projet et les compétences à développer;
  • Obtenir de la formation technologique;
  • Apprendre à rédiger un projet, à le réaliser et à l’évaluer;
  • Obtenir des idées d’intégration des TIC dans une matière;
  • Trouver des ressources sur le site Web du service;
  • Diversifier leur enseignement, optimiser leur temps de classe, rejoindre les élèves, repousser les limites de leur développement professionnel, etc.;
  • Mieux intégrer les technologies dans leur pratique pédagogique et leur planification;
  • Amener les élèves à utiliser les technologies dans un contexte d’apprentissage;
  • Amener les élèves à être des citoyens numériques responsables;
  • Connaitre de nouveaux outils, des résultats de recherches et des approches innovantes en pédagogie;
  • Rattacher l’utilisation des TIC aux intentions pédagogiques;
  • Pour développer leurs compétences professionnelles en lien avec les TIC;
  • Pour des aides technologiques EHDAA et épreuves numériques adaptées pour les élèves ayant des besoins particuliers;
  • Pour de l’inspiration!

 

Dès lundi prochain, on aborde l’épineuse question… Le RÉCIT est-il essentiel dans le réseau québécois? Et pourquoi?

Bon week-end!