Makerspace : Le rapport « potentiel pédagogique / prix »

0
270

Les questions financières en éducation sont souvent abordées sur le plan politique et très rarement sur le plan pédagogique. Ici, ce n’est pas un comptable qui écrit ces lignes, mais bien un enseignant, un pédagogue.

par Adam L. Desjardins, enseignant en informatique au Collège Beaubois

Cette préoccupation à propos de la mise en place d’un « makerspace », ou atelier de fabrication numérique (terme privilégié par l’Office québécois de la langue française, 2014), au sein de notre institution d’enseignement, je l’ai toujours eue dans le cadre mes cours de programmation. J’ose croire que mes collègues enseignant d’autres disciplines « dispendieuses » ont également le même souci d’utiliser les ressources judicieusement.

Prenez par exemple un projet en arts plastiques : les élèves pourraient créer des sculptures en bronze! Il y a là tout un potentiel interdisciplinaire : histoire, chimie, physique… Par contre, pour une petite sculpture d’environ 15 cm de côté, il vous faudra acheter au moins 300 $ de bronze. C’est sans compter le reste des matériaux, de l’équipement qu’il faudra acquérir ainsi que les différentes modifications à apporter aux installations physiques puisque qu’on aura besoin d’un four pour couler du métal… Et les assurances dans tout ça? Bref, est-ce la meilleure attribution des ressources? Si on n’a plus les fonds nécessaires le reste de l’année scolaire, ne serait-ce que pour acheter des crayons de couleur, la réponse me semble évidente. Toutefois, si l’intention pédagogique du cours est spécifiquement celle de l’apprentissage de la sculpture en bronze, il faudra bien concevoir une telle œuvre et y investir les ressources nécessaires.

Le cadre des études générales n’est normalement pas un lieu où nous visons des apprentissages hautement spécialisées. Les programmes de formation laissent une certaine marge de manœuvre à l’enseignant quant au choix des stratégies pédagogiques. Ainsi, dans le cadre du cours d’arts plastiques, peut-être que d’investir 1 $ par élève dans une ou deux mains de papier et quelques crayons à mine s’avère être un excellent choix rapport qualité-prix ou, comme je me permets de le souligner dans mon titre, rapport « potentiel pédagogique / prix ». Cette question ne peut se permettre d’être ignorée considérant le vaste choix didactique qui ne cesse de s’accroître avec le temps.

Donc, en premier lieu, il conviendra d’évaluer le potentiel pédagogique de différents outils, matériaux, logiciels, etc. que l’on peut retrouver dans un atelier de fabrication numérique. J’appellerai l’ensemble de ces choses utiles à l’apprentissage des « objets pédagogiques ». Cette évaluation du potentiel ne peut reposer que sur l’objet lui-même car sans adopter une posture complètement marxiste pour établir la valeur des choses, nous devons nous y référer en partie pour éviter un gaspillage de ressources. En effet, dans cette grille de lecture, l’or n’aurait pas de valeur en soi; c’est le travail nécessaire pour l’extraire du sol qui lui confèrerait sa valeur. Il en irait de même pour n’importe quel autre produit. Donc, dans la même mesure, l’objet « crayon-papier » à 1 $ aurait-il plus de potentiel pédagogique que l’objet « 30 kg de bronze » à 300 $? La réponse se base sur le contexte défini par le triangle pédagogique : nous devons tenir compte des apprentissages à effectuer, des apprenants et de l’enseignant. Autrement, il est facile d’errer comme ce fut le cas avec beaucoup d’enseignants et le TBI qui leur était imposé. Ceux-ci se sont retrouvés avec cet objet dans leur classe avec très peu ou même aucune formation préalable. Potentiel pédagogique du TBI dans ce contexte : nul. Inversement, dans les mains d’un enseignant bien formé et dans un contexte d’apprentissage précis, cet outil peut devenir d’une efficacité sans précédent. Je pourrais d’ailleurs citer mon fils qui me parle du « tableau magique » de sa classe de maternelle. Pour y comprendre la météo, le calendrier et moult autres choses difficiles à conceptualiser à cet âge sans un bon support visuel, effectivement le TBI devient presque magique dans ce contexte.

Ainsi, pour faire une dernière comparaison, prenons un très ancien objet pédagogique : le bac à sable. Coût : presque nul. Potentiel pédagogique : énorme si c’est Thalès de Milet qui tient le bâton.

Comment évaluer le potentiel pédagogique

L’évaluation du potentiel pédagogique peut se faire à posteriori, nous savons en théorie comment faire cela le plus solidement possible sur le plan scientifique: faire des études longitudinales comparatives. Notre problème si situe toutefois dans l’évaluation à priori.

Comment faire le bon choix? La littérature pédagogique peut certes nous éclairer ainsi que l’expérience d’autres collègues partagée sur les médias sociaux mais lorsque nous voulons être de véritables pionniers, des pédagogues innovants, il faut expérimenter. Sans chambouler un programme de formation au complet, lorsqu’il est possible de le faire, il faut réserver un moment à l’expérimentation semi-dirigée (ou la moins dirigée possible). C’est ce qui m’a permis de mieux comprendre le potentiel pédagogique du contrôleur Arduino dans mes cours de programmation. Cet outil est très utilisé au niveau de la formation technique post-secondaire mais très peu au secondaire. Je voulais vérifier si cet outil pouvait apporter un bénéfice dans le cadre du cours 5e secondaire. Jusqu’à présent, c’est un succès. D’ailleurs, la phase d’expérimentation permet de voir les limites tant au niveau technique que sur le plan de la capacité d’apprentissage des élèves. Elle peut également orienter la construction d’activités dirigées où les objectifs d’apprentissage sont clairement définis.

Bref, il ne faut pas négliger ce que les élèves peuvent nous apporter comme information quant au choix de l’objet pédagogique. Rien de mieux que de leur fournir l’outil, quelques démonstrations de base et ensuite leur dire : « Maintenant, faites quelque chose avec ça; peu importe la chose mais impressionnez-moi! »

 

Cet article fait partie du dossier « La mise en place d’un atelier de fabrication numérique (makerspace) », dont voici la liste des articles en ordre antéchronologique.

Articles du dossier
Logo Fabrique Beaubois
7 septembre 2016
Le Collège Beaubois de Pierrefonds a entrepris un virage pédagogique majeur en développant et en implantant un atelier de fabrication numérique, la Fabrique Beaubois.
beaubois
8 juin 2016
Les idées voyagent et elles sont contagieuses. Lorsqu’elles se retrouvent dans l’esprit d’un professionnel de l’éducation allumé qui œuvre dans le contexte d’une école ouverte sur le monde, de belles opportunités peuvent surgir.
beaubois
26 mai 2016
Aujourd’hui, les élèves de notre secteur primaire ont vu leur horizon s’élargir devant eux comme dans la fameuse scène de Mommy, le film de Xavier Dolan. Et pourquoi donc? Ils ont appris que les portes de la Fabrique Beaubois leur seraient grande ouvertes dès septembre prochain.
beaubois
30 avril 2016
Après toutes ces années, toutes ces réformes et tous ces débats sur l’éducation, me voici encore une fois en train de me réinventer!
beaubois
30 mars 2016
Une des particularités du projet d’atelier de fabrication numérique au Collège Beaubois est de rassembler des gens de divers horizons autour d’une même table. Leurs expertises se croisent pour ultimement, non seulement définir les grandes lignes du projet, mais pour fixer l’identité et l’approche qu’on lui donnera.
beaubois
29 février 2016
Tout commence il y a quelques mois. Début septembre, les membres de la direction décident d’innover en développant le projet «Makerspace» au collège. Il s’agit de mettre à disposition de la communauté des outils technologiques servant entre autres à créer des œuvres d’art et des prototypes.
beaubois
22 février 2016
Vidéo d'une visite à l'Échofab, par les élèves du Collège Beaubois.
beaubois
2 février 2016
Maintenant, la curiosité nous habite : dans quelle boîte allons-nous créer notre évolution?
IMG_0475
1 février 2016
En jasant avec nos nouveaux amis chez Communautique, nous avons pris pleinement conscience du potentiel de notre projet. On nous faisait remarquer qu’à défaut d’avoir un atelier fonctionnel, nous travaillons déjà en Living Lab (on dirait qu’à chaque fois qu’on pense commencer à comprendre ce nouveau monde, du nouveau nous rappelle qu’en fait, on ne sait rien !).
IMG_0488
26 janvier 2016
Le 7 janvier dernier, un groupe d’enseignants et d’élèves (dont je faisais partie) nous sommes rendus à échoFab, le premier Fab Lab au Québec.
Fab lab Communautique
26 janvier 2016
Au retour des fêtes, nous sommes sortis en famille. Communautique, qui gère le premier Fab Lab implanté au Canada, nous avait invités à venir voir ses installations. Pour l’occasion, nous avons nolisé un autobus scolaire et nous sommes dirigés au centre-ville de Montréal, dans les locaux de l’École de technologie supérieure (ETS), où loge Communautique.
beaubois
14 janvier 2016
Les questions financières en éducation sont souvent abordées sur le plan politique et très rarement sur le plan pédagogique. Ici, ce n’est pas un comptable qui écrit ces lignes, mais bien un enseignant, un pédagogue.
beaubois
12 janvier 2016
Un peu à la suite de l’article précédent, je désire préciser la portée pédagogique que prendra notre atelier de fabrication numérique. Je rappelle que nous désirons offrir un espace de création et de collaboration aux élèves afin qu’ils puissent passer de l’abstrait au concret pour consolider leurs apprentissages tout en demeurant actifs dans leur propre démarche scolaire.
beaubois
8 janvier 2016
Je n’avais jamais entendu parler d’un Makerspace auparavant. En fait, j’avais entendu sommairement parler des Fab labs par le passé, mais rien de très exhaustif. C’était flou dans mon esprit et je n’avais aucune idée des potentialités pédagogiques.
beaubois
8 janvier 2016
Suivez le récit de la mise sur pied d’un atelier de fabrication numérique (makerspace) au Collège Beaubois, un établissement secondaire de Pierrefonds, au Québec. Directions, élèves et enseignants contribueront à alimenter ce dossier au fil de l'année.