Les temps changent… en mieux

0
32

(section précédente)

Les manuels scolaires numériques offrent-ils vraiment une valeur ajoutée? Les enseignants y trouvent-ils leur compte?

Les enseignants consultés voient des avantages à intégrer ces nouveaux matériels didactiques en classe. Marie-Josée Lavoie, en première année, aime obtenir en quelques clics les outils nécessaires pour répondre aux consignes selon le contexte et les difficultés rencontrées par ses élèves. « Mon coffre à outils contient ce dont j’ai besoin. Il reste là, à portée de main. Par exemple, je dispose de mains et de jetons pour illustrer les nombres ou de dizaines et de centaines qui peuvent éclater à l’aide d’un clic. En plus d’être visuel, c’est très plaisant. Grâce à ces outils virtuels, mon ménage reste fait! » rigole-t-elle.

Cette enseignante aime aussi le fait de pouvoir modifier les données incluses dans une résolution de problème pour adapter les tâches aux habiletés de ses élèves. Les plus forts peuvent donc obtenir un problème plus difficile et faire un modelage devant leurs camarades qui pourront réaliser à leur tour une situation problème plus facile. Parmi les autres avantages notés, elle mentionne les fiches reproductibles disponibles en PDF ou en .doc. Ce dernier format lui permet d’ouvrir la fiche à l’aide de son logiciel de traitement de texte de personnaliser le contenu en fonction de ses besoins.

Du côté des éditeurs, on tente différentes approches pour bonifier le manuel scolaire traditionnel. Pour sa part, Grand DUC, offre, comme d’autres maisons d’édition, ces fiches reproductibles en format modifiable qui ont la cote auprès des enseignants. L’éditeur travaille également sur le manuel à projeter qui offre à l’élève un repère visuel direct de la page de son manuel. Les tests en ligne autocorrectifs sont une autre des fonctionnalités offertes par Grand DUC. L’élève peut se connecter chez lui et remplir un questionnaire en devoir. Les résultats sont alors transmis directement à son enseignant, allégeant la tâche de correction de ce dernier.

Dans sa vidéo promotionnelle, ERPI dit faire un effort pour simplifier la planification des enseignants du secondaire. Pour ce faire, il leur offre des outils à portée de main : un outil de recherche pour trouver un concept dans un manuel numérique, des liens directs pour accéder au matériel complémentaire, des outils pour surligner ou agrandir des parties de page, marquer les pages favorites et même partager les annotations dans les manuels numériques des étudiants.

Du côté de Modulo, les livres en format numérique peuvent être projetés au TBI et feuilletés devant les élèves. On y greffe des documents connexes qui appuient le contenu. « Ce qui ne nécessite pas d’interactivité est offert en format PDF, mais ce qui est interactif est programmé en format HTML », mentionne Caroline Viel. Citons leur tout nouveau Cyberaltas, un complément à l’atlas traditionnel qui fournit des cartes et des données mises à jour, des contenus numériques à projeter et des activités pour tester les connaissances.

Pour lire la suite