Les enseignants canadiens : branchés et positifs envers les TIC, malgré un manque de soutien

0
341

Un rapport intitulé L’apprentissage connecté : Le personnel enseignant et les technologies en réseau dans la classe révèle un taux élevé d’adoption de diverses technologies dans les classes du Canada, tout en soulignant les difficultés et les obstacles auxquels se heurtent le personnel enseignant et les élèves.

C’est dans le cadre de son étude continue Jeunes Canadiens dans un monde branché que l’organisme HabiloMédias, le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique, a fait équipe avec la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) pour interroger en ligne plus de 4 000 enseignant sur l’utilisation des technologies en classe.

 

Des enseignants branchés

Dans le sondage, 97 % des enseignants ont dit que leurs écoles leur fournissaient au moins un type d’appareil réseauté comme des ordinateurs de bureau, des ordinateurs portatifs, des blocs-notes, des tableaux intelligents ou des tablettes. Le sondage précédent réalisé auprès d’élèves en 2013 dans le cadre de l’étude Jeunes Canadiens dans un monde branché avait abouti à la même conclusion.

 

Apprentissage facilité, mais manque de soutien

La plupart sont positifs : 79 % conviennent que les appareils réseautés facilitent l’apprentissage des élèves, et 74 % estiment que ces appareils les aident à mieux apparier leur pratique d’enseignement à différents styles d’apprentissage.

Parmi les obstacles rencontrés dans l’utilisation d’appareils réseautés, on cite le manque de soutien, de perfectionnement professionnel et de logiciels à jour.

De plus, 83 % des répondants ont dit que les systèmes de TI de leur école bloquaient l’accès à des sites éducatifs; 19 % d’entre eux ont précisé que cela arrivait fréquemment.

Dans l’ensemble, la moitié des enseignantes et enseignants canadiens interrogés ont dit qu’ils recevaient un soutien insuffisant dans l’utilisation des nouvelles technologies pour atteindre les objectifs du programme.

 

Les résultats de ce sondage appuient les conclusions d’un autre sondage national réalisé par la FCE en 2012 auprès d’enseignantes et enseignants du primaire et du secondaire et soulignant les nombreuses conditions requises pour utiliser les technologies nouvelles et émergentes de façon plus efficace dans la classe. Les conditions incluaient le perfectionnement professionnel continu sur les meilleures façons d’utiliser les nouvelles technologies pour appuyer l’apprentissage des élèves, et une autonomie professionnelle accrue dans la détermination des modalités d’utilisation de ces technologies pour appuyer l’apprentissage.

 

Pour en savoir plus, consultez le rapport L’apprentissage connecté : Le personnel enseignant et les technologies en réseau dans la classe.