Retour sur la journée mondiale des enseignants

0
40

Journée mondiale des enseignants et des enseignantes, 5 octobre 201

Un bon enseignant peut changer la vie de centaines d’élèves. Il peut les aider à développer une pensée critique, à résoudre des problèmes et à faire des choix informés. Il peut aussi les amener vers la tolérance, le respect et la collaboration avec les autres, réduisant ainsi les fossés entre les cultures, et favorisant l’égalité entre les femmes et les hommes.

Dans les pays en développement, un enseignant bien outillé peut faire encore plus. Il peut donner aux enfants et aux jeunes les moyens de se sortir de la pauvreté et d’améliorer considérablement leur santé et leur qualité de vie.

Chez les filles, surtout : selon la Banque mondiale, chaque année de scolarité supplémentaire permet aux filles d’augmenter leur futur revenu d’au moins 10 %, et de diminuer le taux de mortalité de leurs futurs enfants de 5 %.

La génération actuelle d’enfants et de jeunes est la plus nombreuse jamais observée de toute l’histoire de l’humanité. Le monde compte 7 milliards d’habitants, dont près de la moitié a moins de 25 ans. Parmi eux, plus de 90 % vivent dans les pays en développement.

Dans le monde, 127 millions de jeunes et 796 millions d’adultes sont illettrés (dont les deux-tiers sont des femmes).

Les enseignants ont un rôle important à jouer, et ils ont besoin d’appui et de ressources.

Le Canada continue d’accorder une importance primordiale à l’éducation et d’appuyer l’aide aux enseignants et à leur formation, tel que prévu dans sa Stratégie sur les enfants et les jeunes. Par exemple, avec l’appui du Canada :
·        un projet mené par l’Université d’Alberta, en collaboration avec l’Université de Dodoma en Tanzanie, appuie le développement professionnel des enseignants de mathématiques du primaire dans trois régions rurales de la Tanzanie.
·        le projet Formation des enseignantes et enseignants en Afghanistan, de l’organisation Femmes canadiennes pour les femmes en Afghanistan, contribue à améliorer les compétences des enseignants du secondaire dans les provinces de Laghman et de Kaboul en méthodologie de l’apprentissage, en pédagogie et en contenus d’enseignement.

Alors que s’achève en 2015 l’initiative Éducation pour Tous, le Canada et d’autres membres des Nations Unies travaillent de concert avec la société civile, les réseaux universitaires et le secteur privé afin de définir les prochaines priorités mondiales en matière d’éducation.

Les enfants de partout dans le monde ont droit à une éducation de qualité pour réaliser leur plein potentiel, et leurs enseignants, à des ressources adéquates pour exercer leur travail.

SOURCE : Affaires étrangères, du Commerce et du Développement Canada

 

Journée mondiale des enseignants – J’enseigne, je prépare l’avenir

QUÉBEC, le 4 oct. 2013 /CNW Telbec/ – C’est avec beaucoup de fierté que la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) soulignera demain, le 5 octobre, la Journée mondiale des enseignants, à l’instar des 30 millions de membres de l’Internationale de l’Éducation. Pour la FSE, cette journée s’inscrit en continuité de son importante campagne de valorisation de la profession enseignante, dont le slogan est « J’enseigne, je prépare l’avenir ».

« Valoriser la profession enseignante est une grande priorité de la FSE. Bien au-delà de cette seule journée, nous souhaitons que toutes et tous puissent témoigner de leur reconnaissance et de leur respect envers le travail effectué tous les jours par les enseignantes et enseignants », explique la présidente de la FSE, Mme Josée Scalabrini. « Pour arriver à mieux valoriser la profession enseignante, il faut aussi insuffler dans notre réseau un changement d’attitude envers le personnel enseignant afin de s’assurer que l’on respecte son autonomie et que l’on tienne compte de sa grande expertise dans l’amélioration de notre système d’éducation », ajoute-t-elle.

La campagne Prof, ma fierté !

À l’occasion de cette journée toute particulière, la FSE en profite pour lancer la deuxième édition de son activité d’écriture dans le cadre de sa campagne de valorisation de la profession enseignante Prof, ma fierté ! Ainsi, les élèves, les collègues, les parents et les gens du public sont invités à rendre hommage à une enseignante ou un enseignant qui fait une différence dans son milieu en partageant un texte ou une vidéo sous le thème « Un clin d’œil à mon prof, parce que… ». Pour participer, il suffit de se rendre sur le site Web profmafierte.com, ou encore sur le site de la FSE. On peut y retrouver un clip que la FSE a rendu disponible pour l’occasion.

Internationale de l’Éducation

Organisée chaque année depuis 1994 par l’Internationale de l’Éducation, la Journée mondiale des enseignants a lieu le 5 octobre et commémore la signature de la Recommandation de 1966 de l’UNESCO, au sujet de la condition du personnel enseignant. La FSE, par son affiliation à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), est membre de l’Internationale de l’Éducation.

Profil

La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) est la plus importante organisation d’enseignantes et d’enseignants de commissions scolaires du Québec. Elle représente plus de 60 000 enseignantes et enseignants à tous les secteurs d’enseignement, tant au préscolaire, au primaire et au secondaire qu’à la formation professionnelle et à l’éducation des adultes.

SOURCE Fédération des syndicats de l’enseignement (CSQ)

 

Journée mondiale des enseignants – « J’invite la population à poser un geste concret pour valoriser l’école publique et ses enseignants » – Josée Bouchard

QUÉBEC, le 4 oct. 2013 /CNW Telbec/ – La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) profite de la Journée mondiale des enseignants, qui se tient annuellement le 5 octobre à l’initiative de l’UNESCO, pour rendre hommage aux quelque 100 000 enseignants du préscolaire, du primaire, du secondaire, de la formation professionnelle et de la formation des adultes qui travaillent dans nos commissions scolaires. « Il est important de saisir des occasions comme celle-ci pour réitérer le rôle essentiel des enseignants qui œuvrent quotidiennement dans le système public d’éducation et qui, par leur professionnalisme, contribuent à la réussite des élèves », a déclaré la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard.

La valorisation du système public d’éducation est une priorité de la Fédération qui a adopté, à l’issue d’une tournée régionale et d’un Sommet sur l’éducation publique, une Déclaration en faveur de l’éducation publique au Québec. Cette déclaration est basée sur quatre principes dont celui de la reconnaissance de l’expertise professionnelle des ressources humaines.

« Pour la FCSQ, il ne fait aucun doute que la valorisation de la profession enseignante va de pair avec la valorisation de l’école publique et j’invite donc toute personne qui a à cœur la qualité des services aux élèves et la pérennité de notre système public d’éducation à poser un geste concret et à signer la Déclaration en faveur de l’éducation publique », a proposé Josée Bouchard.

Mme Bouchard rappelle également qu’au moment où le système public d’éducation est malmené, il est important de pouvoir compter sur des enseignants dédiés à la réussite des élèves.

La Fédération des commissions scolaires du Québec regroupe les 60 commissions scolaires francophones du Québec ainsi que la Commission scolaire du Littoral. Les commissions scolaires sont des gouvernements locaux qui veillent à la réussite scolaire de plus d’un million d’élèves en assurant des services éducatifs au primaire, au secondaire, en formation professionnelle et à l’éducation des adultes. Elles offrent aussi des services efficaces et essentiels, notamment en matière de ressources humaines et de ressources matérielles et financières. De plus, les commissions scolaires ont la responsabilité de répartir équitablement les ressources entre leurs établissements et de rendre accessible, en tout temps, un transport scolaire sécuritaire.

SOURCE Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ)

 

Journée mondiale des enseignantes et des enseignants – La FEC-CSQ tient un rassemblement convivial et sensibilise le ministre Pierre Duchesne

QUÉBEC, le 4 oct. 2013 /CNW Telbec/ – À l’occasion de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants qui aura lieu demain, une cinquantaine de membres de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), ont tenu un rassemblement aujourd’hui, en début d’après-midi, devant les bureaux du ministre de l’Enseignement supérieur Pierre Duchesne à Québec.

La FEC-CSQ a ainsi profité de la tenue de son Conseil général dans la Capitale nationale pour mobiliser ses délégués afin de souligner la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants dans le cadre de cet événement convivial.

En effet, le président de la FEC-CSQ, Mario Beauchemin, a précisé que le rassemblement d’aujourd’hui se voulait un événement en appui à l’éducation publique. Les membres de la FEC-CSQ présents ont d’ailleurs profité de l’occasion pour distribuer des pommes aux passants, ce fruit symbolisant l’éducation publique gratuite et accessible.

Un droit à l’éducation qui n’est jamais acquis

Mario Beauchemin a également eu l’occasion de rencontrer un représentant du ministre Pierre Duchesne afin de lui faire part des priorités de ses membres pour la prochaine année et lui rappeler le rôle crucial de l’éducation pour transformer la vie des jeunes et des sociétés. « Ici, comme ailleurs dans le monde, le droit à une éducation publique de qualité pour tous n’est jamais acquis et les enseignantes et les enseignants doivent se battre, non seulement pour défendre leurs professions, mais aussi pour rappeler à nos gouvernements leurs devoirs et responsabilités touchant l’éducation », fait valoir le président de la FEC-CSQ.

Une fédération internationalement solidaire

La Fédération souhaite de plus souligner la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants en mettant l’accent sur le thème retenu par l’Internationale de l’éducation (IE) pour l’année 2013 qui est Uni(e)s pour l’éducation.

« La FEC-CSQ est engagée activement depuis plusieurs années au sein de l’IE en solidarité avec des enseignantes et des enseignants de partout à travers le monde vers un objectif commun de réaliser pour tous les peuples une éducation de qualité. Un mouvement mondial sera d’ailleurs lancé en ce sens au cours du mois d’octobre », explique Mario Beauchemin.

Conférence mondiale à Montréal

De nombreux événements s’échelonneront durant toute une année d’action dont le point culminant sera une journée mondiale d’action en octobre 2014, sans oublier bien sûr la Conférence mondiale sur l’éducation qui se tiendra à Montréal à la fin de mai 2014.

« Bien entendu, la FEC et la CSQ participeront à cette campagne et à l’événement de Montréal. Pour la FEC, la valorisation de la profession enseignante au collégial passe non seulement par notre convention collective mais également par d’autres formes de revendications et de solidarité qui ont, elles aussi, un impact réel sur notre travail quotidien », argumente Mario Beauchemin.

Profil de la FEC-CSQ

La Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ) est un regroupement de treize syndicats d’enseignantes et d’enseignants de cégep provenant de plusieurs régions du Québec. Fondée en 1968, la FEC-CSQ a toujours milité pour que les cégeps aient les moyens d’offrir aux étudiantes et aux étudiants une formation de qualité, préparatoire au marché du travail ou à l’université, tout en contribuant au développement de citoyennes et citoyens libres et autonomes. Elle est affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente près de 200 000 membres, dont près de 130 000 font partie du personnel de l’éducation. Elle est l’organisation syndicale la plus importante en éducation au Québec.

SOURCE CSQ

 

Enseignant(e)s : piliers de la démocratie

TORONTO, le 4 oct. 2013 /CNW/ – « À l’occasion de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants qui sera célébrée demain, nous félicitons les enseignantes et les enseignants de l’Ontario pour leur travail remarquable en classe et au sein de la société, »  a déclaré Mme Julie Pauletig, présidente de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario (FEO).

« Le thème de cette année, Enseignant(e)s : piliers de la démocratie, souligne le rôle que joue le personnel enseignant dans l’éducation des élèves sur la valeur de la démocratie pour le maintien de la qualité de vie dans notre société, a ajouté Mme Pauletig. Les enseignantes et les enseignants donnent l’exemple en défendant les principes démocratiques sur la scène publique. »

La Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, célébrée chaque année le 5 octobre, a été proclamée en 1994 par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) afin de reconnaître la contribution du personnel enseignant à la société.

Récemment, le Régime d’assurance des enseignantes et des enseignants de l’Ontario (RAEO) et la FEO ont honoré l’excellence du personnel enseignant des écoles de l’Ontario financées par les fonds publics en remettant des Prix d’enseignement du RAEO pour l’excellence à Kerri Lyn Grainger, de l’école catholique St. Columban (Dublin), dans la catégorie Enseignement débutante; à Nancy Dye, du Hearing Itinerant Department (Toronto), dans la catégorie Enseignement à l’élémentaire; et à Catarina Vindasius, de l’école secondaire East Elgin (Aylmer), dans la catégorie Enseignement au secondaire.

« Ces enseignantes représentent l’excellence de notre personnel enseignant et le travail accompli chaque jour par ses membres dans nos écoles, a conclu Mme Pauletig. J’espère que demain, tout le monde prendra le temps de remercier un membre du personnel enseignant. »

La Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario est la porte-parole de la profession enseignante en Ontario et de ses 160 000 enseignantes et enseignants. Les membres de la FEO sont des enseignantes et des enseignants à plein temps, à temps partiel et occasionnels qui œuvrent dans toutes les écoles de la province financées par les fonds publics — élémentaires, secondaires, publiques, catholiques et francophones.

SOURCE Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario

 

Journée mondiale des enseignants, 5 octobre 2013 – La Fédération des cégeps salue l’engagement du personnel enseignant du réseau collégial public

MONTRÉAL, le 4 oct. 2013 /CNW Telbec/ – À la veille de la Journée mondiale des enseignants, la Fédération des cégeps salue l’engagement des enseignantes et des enseignants qui travaillent quotidiennement à offrir aux jeunes et aux adultes qui fréquentent les 48 cégeps une formation de grande qualité de même qu’un environnement favorisant leur réussite éducative.

En plus des cours qu’ils donnent dans l’un ou l’autre des dix programmes de formation préuniversitaire et des 130 programmes de formation technique offerts au cégep, les quelque 21 000 enseignants et enseignantes du réseau collégial contribuent à élaborer et à réviser ces programmes d’études. Ils encadrent aussi les étudiants, offrant un soutien primordial à des jeunes qui sont à l’âge des choix déterminants sur le plan personnel, scolaire et professionnel. Ils jouent ainsi un rôle essentiel dans le développement et la réussite scolaire des étudiants du collégial.

Les services offerts aux adultes et aux entreprises prennent également appui sur l’engagement et l’expertise de membres du personnel enseignant. Chaque année, ces enseignants font en sorte que des adultes inscrits en formation continue puissent se perfectionner, se recycler ou encore se former, en plus d’offrir aux entreprises une réponse adaptée à leurs besoins en matière de perfectionnement.

Le personnel enseignant des cégeps est également très actif en matière de recherche, menant des activités reconnues notamment dans la Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation du gouvernement du Québec. Ces activités sont liées entre autres aux champs des sciences naturelles et du génie, des sciences humaines et sociales, et de la santé. Elles contribuent à l’avancement de notre société et à l’accroissement du savoir tout en favorisant la qualité de l’enseignement donné au cégep.

Un grand nombre de prix et de distinctions viennent chaque année récompenser l’excellence du travail des enseignants et des enseignantes du réseau collégial public, notamment les Prix du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, de même que les mentions d’honneur et les prix remis par l’Association québécoise de pédagogie collégiale.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, de formation continue, de financement, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. www.fedecegeps.qc.ca

SOURCE Fédération des cégeps

 

Le 5 octobre, Journée mondiale des enseignantes et des enseignants

Les enseignantes et les enseignants, artisans de première ligne de la réussite éducative

MONTRÉAL, le 4 oct. 2013 /CNW Telbec/ – À la veille de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) unissent leurs voix pour affirmer haut et fort la justesse du thème mondial d’une Éducation publique de qualité. Cette journée a été instaurée en 1994 conjointement par l’Internationale de l’éducation et l’UNESCO afin de souligner le rôle essentiel que joue le personnel enseignant en éducation. À l’échelle mondiale comme à l’échelle nationale, l’accessibilité à une éducation publique de qualité interpelle directement les autorités gouvernementales et est intimement liée aux conditions de l’environnement des enseignements, des apprentissages et aux ressources pédagogiques qui y sont dédiées. Le gouvernement du Québec doit donc faire de l’éducation publique une véritable priorité nationale et prendre tous les moyens pour la valoriser.

Collectivement, il faut souligner l’importance du rôle des enseignants dans la transmission du savoir et mettre en lumière leur contribution essentielle dans la vie quotidienne des étudiantes et des étudiants comme figure d’émulation ou comme oreille confidente. Cette valorisation doit se répercuter concrètement par de bonnes conditions de travail et une rémunération qui reconnaisse leur expertise pédagogique et ce rôle extrascolaire. « De bonnes conditions de travail donnent lieu à de meilleures conditions d’apprentissage, affirme d’entrée de jeu madame Caroline Senneville, présidente de la FNEEQ-CSN. Comment parler de qualité d’environnement des apprentissages lorsque, par exemple, les chargé-es de cours ont peu ou pas accès à un bureau pour recevoir leurs étudiants, alors qu’ils donnent une bonne partie des cours à l’université? », poursuit-elle.

« Le gouvernement doit reconnaître que les enseignantes et les enseignants jouent un rôle clé dans la réussite éducative de leurs étudiants. Dans cette perspective, il est honteux que nous soyons aux prises avec des établissements où le manque de soutien aux enseignants est flagrant, alors que ces derniers doivent composer avec un nombre grandissant de jeunes et d’adultes présentant des difficultés d’apprentissage », indique pour sa part madame Denise Boucher, vice-présidente de la CSN.

S’il veut préserver la qualité de l’éducation publique, le gouvernement doit donc tenir compte de l’hétérogénéité grandissante des classes sur les allocations de ressources et les conditions de travail des personnels. « Nous sommes préoccupés par la précarité croissante des conditions de travail et de vie des enseignants et des chargés de cours, tant au collégial qu’à l’université, et nous dénonçons sans ambages la dérive de l’éducation qui donne lieu entre autre à des mesures idéologiques mercantiles, telles que l’assurance-qualité » a martelé la représentante de la FNEEQ-CSN, madame Senneville.

« Nous sommes de celles et de ceux qui se rangent derrière l’idée simple, actuelle et forte que l’éducation est non seulement un droit humain, mais également une responsabilité sociale. C’est pourquoi nous désirons qu’elle soit la plus qualifiante et qualifiée possible, pour les générations d’aujourd’hui et de demain », conclut madame Boucher, qui invite les syndicats de partout au Québec à souligner leur appui et leur souci pour une éducation publique de qualité.

À propos de la FNEEQ-CSN et de la CSN

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) regroupe quelque 33 000 membres, dans les cégeps, les établissements privés et les universités. La fédération regroupe, entre autres, 85 % des professeurs de cégep ainsi que le personnel de plusieurs établissements privés de l’ordre collégial. La vaste majorité des chargées et chargés de cours ainsi que les tuteurs et les tutrices de la TELUQ sont membres de syndicats affiliés de même que le personnel de 37 établissements d’enseignement privés. La FNEEQ est l’organisation syndicale la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec.

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

 

SOURCE Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN)