Polytechnique : où en est notre société 30 ans plus tard?

Paru / Mis à jour le

ATTENTION : Ce guide a été rédigé en français. Veuillez noter que si vous naviguez sur la version anglaise de notre site, vous verrez une traduction automatique. Vous pouvez changer de langue à partir du menu dans l'entête du site ou consulter nos guides en anglais ici.

30 ans après la tragédie de Polytechnique, où en est la société dans sa lutte à l'égalité sociale, politique, économique, culturelle, personnelle et juridique entre les femmes et les hommes? Et qu'en est-il des mouvement féministes? Regards sur les déséquilibres encore présents 30 ans plus tard...

Chercher des activités...

Utilisez le moteur de recherche

Il permet de chercher par mot-clé, niveau, domaine d'apprentissage, discipline et dimension de la compétence numérique.

Se laisser inspirer...

Retour à la page d'accueil de SCOOP!

Parcourez les plus récents guides de ressources et activités et retrouvez ceux qui sont toujours d'actualité.

Le 6 décembre 1989, un horrible drame est survenu à l’intérieur des murs de Polytechnique, un établissement d’enseignement supérieur d’ingénierie situé à Montréal. En effet, c’est vers 17h que Marc Lépine allait y faire irruption, lourdement armé, dans le but de mettre fin aux jours d’un maximum de femmes. Sa haine des femmes allait le pousser à tuer 14 d’entre elles et en blesser 13 autres.

30 ans plus tard, une cérémonie à la mémoire des 14 victimes a eu lieu sur le belvédère du mont Royal, à Montréal, en présence de plusieurs dignitaires, dont Justin Trudeau, qui rappelait que les choses n’ont pas assez changé :

« Aujourd’hui, nous réaffirmons notre engagement à lutter contre la haine qui a mené à cette tragédie et contre la misogynie qui existe toujours dans nos communautés et notre pays, a déclaré le premier ministre. Au Canada et à travers le monde, trop de femmes, de filles et de personnes de diverses identités de genre sont ciblées par la violence et la discrimination. C’est inacceptable et nous ne devons jamais tolérer de tels gestes. »

Source : Radio-Canada, 6 décembre 2019

Cette tragédie a marqué l’histoire du Canada, mais a également ébranlé le monde entier par le symbole antiféministe et misogyne qu’elle représente. Le 6 décembre est aujourd’hui devenu la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes au Canada.

Le tueur détestait les féministes et le clamait haut et fort avant de commettre ses meurtres. En 20 minutes, il est entré dans deux locaux de classe, a ordonné aux hommes de sortir et a mis fin à la vie de 14 femmes avant de retourner l’arme contre lui. La lettre de suicide trouvée sur son corps démontrait tout son mépris pour les femmes. Il blâmait les féministes d’avoir ruiné sa vie.

Source : CBC.ca

À Montréal, un parc a été nommé en mémoire de ces femmes pour que tous puissent se rappeler que l’égalité entre les hommes et les femmes est un fondement de notre société moderne, mais qui demande encore aujourd’hui un combat de tous les instants. François Legault, premier ministre du Québec, en faisait d’ailleurs état dans sa déclaration :

« Il y a 30 ans, le Québec a été attaqué dans une de ses valeurs les plus fondamentales : l’égalité entre les hommes et les femmes. Tous les Québécois ont un devoir de mémoire. On a un devoir d’être unis pour ne jamais baisser la garde pour défendre cette valeur fondamentale. »

Source : Radio-Canada, 6 décembre 2019

L’écriteau ci-haut a été modifié cette année. De ce fait, lors de son inauguration en 1999, le texte disait plutôt : « Ce parc a été baptisé en mémoire des victimes de la tragédie survenue à l’École Polytechnique, le 6 décembre 1989. Il veut rappeler les valeurs fondamentales du respect et de la non-violence. » 20 ans plus tard, le message est davantage précis et reconnaît enfin ce drame comme un acte antiféministe, ce que réclamait depuis longtemps de nombreux groupes.

« « Il faut appeler un chat, un chat, dit Mélissa Blais. Il faut le faire si on veut vraiment développer des mécanismes de prévention. » Elle rappelle l’existence sur l’internet de forums de discussion qui glorifient le tireur de Poly. « Je pense que c’est un gros problème d’éviter de parler de ces hommes en colère contre les féministes. Cette haine est un moteur d’action qui, parfois, justifie selon eux de tuer des femmes. Et c’est pour ça que nous avons vraiment voulu indiquer dans le texte qu’il s’agissait bel et bien d’un attentat antiféministe. » »

Source : La Presse, 4 novembre 2019

« Marc Lépine visait des femmes qui se destinaient à un métier non traditionnel, sous prétexte qu’elles prenaient la place des hommes. Ces nouveaux terroristes veulent punir et terroriser les femmes parce qu’elles leur refuseraient des rapports sexuels auxquels ils prétendent avoir droit. Tous ces meurtres de masse constituent, en définitive, du terrorisme contre les femmes et les féministes. »

Source : L’actualité, 6 décembre 2019

Le défi

Les élèves connaissent-ils bien le mouvement féministe? Leur demander de faire ce quiz pour tester leurs connaissances sur le sujet. Ils peuvent faire des recherches sur Google en parallèle pour s’informer sur les enjeux qu’ils connaissent moins et tenter d’avoir les bonnes réponses aux questions.


 

SUGGESTIONS D’ACTIVITÉS 

Disciplines et niveaux visés

– Histoire et éducation à la citoyenneté (2e cycle du secondaire)

  • Interroger les réalités sociales dans une perspective historique (le mouvement féministe)

– Éthique et culture religieuse (2e cycle du secondaire)

  • La tolérance

Dimensions de la compétence numérique ciblées

  • Développer et mobiliser sa culture informationnelle
  • Exploiter le potentiel du numérique pour l’apprentissage
  • Communiquer à l’aide du numérique
  • Produire du contenu avec le numérique
  • Collaborer à l’aide du numérique

Outils numériques suggérés

  • Mentimeter
  • Padlet
  • RWT timeline
  • Google Doc ou Microsoft Word

Intention pédagogique du guide

Au terme de ces activités, l’élève sera en mesure de s’interroger sur la réalité sociale des mouvements féministes et des droits des femmes à travers le temps.

Objectifs des activités

  • Créer un lexique pour définir et comprendre les termes qui sont reliés au féminisme.
  • Créer une ligne du temps qui retrace les événements marquants de la cause féministe au Québec et au Canada.
  • Porter un regard critique sur les différences entre les relations de couples de 1960 et d’aujourd’hui.
  • Prendre connaissance d’un phénomène troublant sur le Web : la manosphère.

Pour obtenir les suggestions d’activités destinées aux enseignants, vous devez vous abonner aux guides en version Enseignant ou École! Cliquez ici pour en savoir plus!

SCOOP! c'est...
 

Conçues pour combler de courtes périodes ou inspirer de plus grands projets, les activités proposées dans les guides SCOOP! permettent à l’enseignant(e) d’aborder la matière au programme en plus de développer la culture informationnelle et la compétence numérique des élèves.

Vous naviguez en mode invité!

Abonnez-vous ou pour masquer les publicités et voir les activités pédagogiques!

Pour ne rien manquer

Recevez une alerte par courriel dès la parution d'un nouveau SCOOP! :

SCOOP! dans ma planif?

D'autres guides d'activités et ressources SCOOP! à découvrir