Le potentiel pédagogique de l’impression 3D

0

(suite du dossier)

Déjà, les applications médicales de l’impression 3D sont infinies. De l’impression de moules pour fabriquer des écouteurs intra-auriculaires jusqu’à la fabrication de prothèses pour remplacer des membres humains, elle s’est rapidement retrouvée au cœur de plusieurs espoirs d’amélioration de la qualité de vie humaine. Des entreprises du domaine de la santé s’évertuent d’ailleurs à tenter d’imprimer des tissus humains. La compagnie L’Oréal annonçait récemment qu’elle testerait ses produits sur de la peau humaine imprimée en 3D. Une firme d’impression de tissus humains en 3D, Organovo, a déjà débuté la commercialisation de tissus hépatiques pour qu’ils soient soumis à des études toxicologiques. Sous peu, il entamera la commercialisation de tissus néphrologiques, toujours destinés à des études médicales.

Les autres domaines de la santé d’y échappent pas. Autant en orthopédie qu’en dentisterie ou même chirurgie, les espoirs sont grands : instruments, implants, modélisation, prototypes, etc.

 

L’éducation n’y échappera pas!

Pendant que plusieurs estiment que l’impression 3D joue un rôle important dans ce qu’ils qualifient de révolution médicale, la question que nous nous posons est la suivante : quelles sont les potentialités pédagogiques des imprimantes 3D?

À l’origine, l’intégration des imprimantes 3D relève du modèle pédagogique STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics). Les applications étaient principalement liées aux sciences et aux mathématiques : utilisation de formules géométriques pour mieux visualiser des formes complexes, fabrication de pièces de robotique ou impression de modèles liés à la compréhension du fonctionnement du corps humain.

Le modèle STEAM (Science, Technology, Engineering, Arts and Mathematics) a rapidement bonifié le modèle STEM. Désormais, les applications artistiques ont rapidement émergé : elles permettent de créer des modèles de différentes œuvres de toutes sortes en plus, bien évidemment, d’être un nouveau rempart de créativité pour les élèves. Nous y reviendrons.

Enfin, les sciences humaines ne sont pas en reste. En géographie, il est devenu aisé d’imprimer des reliefs afin de modéliser, par exemple, les bassins hydrographiques ou encore de conceptualiser l’aménagement d’un quartier d’une ville. En histoire, il est très simple de reproduire divers outils utilisés dans des techniques ancestrales en plus de bâtir des monuments en fonction de diverses caractéristiques architecturales allant des maisons de terre des Vikings jusqu’aux grandes cathédrales européennes.

 

Sommaire du dossier :

  1. Introduction : Petit guide de l’impression 3D à l’école
  2. Le potentiel pédagogique de l’impression 3D
  3. Impression 3D à l’école : par où commencer?
  4. « Impression 3D 101 » : le fonctionnement et les matériaux
  5. Cinq imprimantes 3D testées pour vos activités pédagogiques
  6. Questions fréquemment posées à propos des imprimantes 3D

 

Commentaires
Article précédentPetit guide de l’impression 3D à l’école
Article suivantImpression 3D à l’école : par où commencer?
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003) et d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013). Il est actuellement doctorant en administration scolaire. Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction au Collège Beaubois et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédago-numériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et a traduit quatre ouvrages en technologie de l'éducation chez le même éditeur. Il collabore également à L’École branchée et blogue (magirard.com) sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication.