Une école primaire propose la robotique et la programmation à tous ses élèves

0
550
Robotique et programmation

À l’initiative de deux enseignants particulièrement créatifs, l’Académie Sainte-Anne intègre maintenant la robotique et la programmation dans son projet éducatif, de la maternelle à la sixième année.

L’Académie Sainte-Anne est une école primaire située à Dorval, dans la région de Montréal. Depuis le début de l’année scolaire, robotique et programmation font partie du programme de tous les élèves.

« Apprendre la robotique et la programmation permet aux élèves de développer leur capacité de résoudre des problèmes et leur créativité. Ils apprennent aussi à tester différentes hypothèses et à travailler en équipe », explique Jonathan Daoust, enseignant de cinquième année, qui initie les jeunes à la robotique dans le cadre du cours de science.

Pour Sabrina Dionisi, enseignante d’anglais de troisième année, la programmation permet aux élèves d’acquérir du vocabulaire, de mieux comprendre la syntaxe de la langue et de développer leur logique. « Soixante pour cent des élèves de l’Académie sont des garçons. Apprendre dans l’action leur plaît tout particulièrement. Et les plus jeunes, par exemple les élèves de troisième année, sont si bons qu’ils apprennent même aux élèves de sixième année comment programmer. Ça leur procure beaucoup de fierté », souligne-t-elle.

Apprendre dans l’action

Par le biais du robot BeeBot en maternelle, de l’application ScratchJr et des kits de construction WeDo de LEGO® aux premier et deuxième cycles du primaire, ainsi que de Mindstorms® EV3 au troisième cycle, les élèves de l’Académie découvrent chaque semaine les bases de la robotique et les fondements du langage informatique.

De plus, dès décembre prochain, les élèves de 6e année auront accès à 15 heures de cours en ligne via la plateforme ChallengeU. Ils entreprendront alors des missions dans l’espace en compagnie d’un singe savant qui leur dévoilera les concepts théoriques à acquérir.

« Nos jeunes, autant les garçons que les filles, sont très motivés par les activités de programmation de jeux numériques et de robots. Des études démontrent d’ailleurs la pertinence de ce type d’outils pédagogiques, en particulier pour le développement des pensées critique et logico-mathématique, l’apprentissage de plusieurs langues et pour les élèves éprouvant des difficultés d’apprentissage », affirme Véronique Lemieux-Boyer, directrice de l’Académie Sainte-Anne.

Ailleurs dans le monde

« Aux États-Unis, des initiatives comme Code.org et The Hour of Code préconisent l’apprentissage de la programmation dès le plus jeune âge, ajoute Isabelle Senécal, directrice de l’innovation pédagogique et de l’international à Sainte-Anne. À l’Académie, nous avons décidé d’aller de l’avant, car dans le monde du futur, connaître les bases de la programmation deviendra aussi important que de savoir lire ou écrire. »

 

Source : communiqué

Laisser un commentaire