ANNONCE

Touche pas à mon prof

En 2010, un sondage réalisé par la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) indiquait que 85 % des enseignants se disaient victimes de violence psychologique ou verbale. La moitié affirmait avoir été victime de violence physique. La FAE, qui regroupe neuf syndicats de l’enseignement, a donc lancé hier un registre centralisé pour documenter les cas de violence à l’école.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Marquer comme favori (0)

En 2010, un sondage réalisé par la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) indiquait que 85 % des enseignants se disaient victimes de violence psychologique ou verbale. La moitié affirmait avoir été victime de violence physique. La FAE, qui regroupe neuf syndicats de l’enseignement, a donc lancé hier un registre centralisé pour documenter les cas de violence à l’école.

« Nous sommes persuadés que cette mesure incitera davantage les enseignants à dénoncer les situations de violence et d’intimidation subies. Le fait de savoir que leur plainte sera entendue devrait les motiver à agir. De plus, cette mesure devrait forcer les directions à être plus actives et à cesser de banaliser ces situations sachant que l’information est maintenant partagée », a indiqué Pierre St-Germain, président de la FAE.

Malgré le plan d’action lancé par le gouvernement en 2008 et l’annonce récente du projet de loi no 56 visant à lutter contre l’intimidation et la violence à l’école, la FAE estime qu’il reste beaucoup à faire. « Peu de choses ont été réalisées en matière de prévention ou en ce qui concerne les mesures d’aide, d’accompagnement ou de protection pour les victimes ou les témoins », indique-t-on dans un communiqué.

Un concours

La FAE lance aussi la campagne de sensibilisation Touche pas à mon prof pour « briser le mur du silence ». De plus, les jeunes seront invités à participer au concours Sois pas timide quand on intimide. Ils seront invités à soumettre des projets de sensibilisation ou visant à apporter des solutions pour créer un climat plus harmonieux et plus respectueux à l’école. La date limite pour les inscriptions est le 23 mai 2012. Des prix d’une valeur variant de 100 $ à 400 $ seront offerts aux gagnants.

 

À lire aussi :

S’outiller pour combattre la cyberintimidation

De victime à superhéros contre l’intimidation

Dix jours sans écrans

 

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Nathalie Côté
Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :