Sortir du programme pour gagner en humanité

Une suggestion de démarche en quatre temps pour aborder avec les élèves des éléments délicats de l’actualité afin de dénouer les préjugés et conceptions erronées qui peuvent s’installer à travers l’information auxquels ils sont exposés.
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Les leçons de l’été 2020 à retenir pour l’éducation

[Dans l'oeil du directeur] Des plages de la Gaspésie à l'explosion de Beyrouth, en passant par les théories du complot lorsqu'on parle de COVID-19, les événements récents qui traduisent, pour la plupart, une mutation de notre société. Et si on en tirait des leçons pour faire muter à son tour l’éducation?

L’effet Dunning-Kruger en éducation

|Dans l'oeil du directeur| En éducation, l’effet Dunning-Kruger, soit l’opinion qu’une personne a de sa propre connaissance d’un domaine en particulier par rapport à son niveau réel de compétence, peut essentiellement être envisagé de quatre façons différentes. Notre collaborateur, Marc-André Girard, les expose dans son plus récent billet.

Semer des graines de leadership

[Dans l'oeil du directeur] Lorsqu’il est question de leadership à l’école, on fait le plus souvent référence à la direction. Oui, on s’attend d’une direction d’école qu’elle soit un leader dans son milieu. Or, doit-elle être le seul leader à bord? Et si le leadership, ce n’était pas tout à fait cela? Une réflexion de Marc-André Girard.

À l’aube d’une année incertaine : ouverture, solutions locales et autres tâches connexes

[Dans l'oeil du directeur] Marc-André Girard, directeur d'une école primaire publique dans les Laurentides, parle des défis de l'année qui débute. Il invite les directions à faire preuve de plus d'ouverture que jamais! « L'ouverture de la direction a un important potentiel de mobilisation. En effet, en moment de crise, donner du pouvoir à toutes les parties prenantes est une démonstration que la direction a bel et bien confiance en son équipe, et ce, même lorsque la marge de manœuvre est mince. »

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

La semaine en rafale

C'est vendredi, voici quelques brèves! On y parle du prochain E-colloque du CSSMB, de Novascience pour financer vos (grands!) projets, d'un FabLab pour jeunes autochtones, de Profweb qui joint Collecto et d'un nouveau dossier sur enseigner et apprendre avec le numérique par le RIRE. Cette semaine, ce n'est pas un GIF de chat, mais bien de lapins qui conclut le tout! 🙂 Bonne fin de semaine!

6 activités de classe inspirées des réseaux sociaux

L’utilisation des réseaux sociaux est rarement de mise à l’école... Pourtant, il est possible de capter l’attention des élèves en leur proposant des activités qui s’en rapprochent. Voici 6 idées inspirantes, accompagnées de modèles à télécharger ou de simulateurs interactifs.

Enseigner les sciences à distance : idées et astuces

Le principal défi d’enseigner une matière pratique telle que la science à distance est de trouver comment permettre aux élèves d'expérimenter, de tester et d'explorer par des manipulations. Voici quelques idées pour faciliter le tout.

2e édition de la Journée du numérique en éducation du Ministère de l’Éducation, le 13 novembre

Cette année, en raison de la COVID-19, la Journée du numérique en éducation organisée par le MEES dans le cadre du Plan d'action numérique en éducation et en enseignement supérieur prend un tout autre sens et portera encore mieux son nom puisqu'elle se déroulera entièrement en ligne, le vendredi 13 novembre 2020.

Une suggestion de démarche en quatre temps pour aborder avec les élèves des éléments délicats de l’actualité afin de dénouer les préjugés et conceptions erronées qui peuvent s’installer à travers l’information auxquels ils sont exposés. 

De retour d’un voyage dans un ancien territoire soviétique (avant la crise actuelle, bien entendu!), notre collaborateur partage ses réflexions et les parallèles qu’il fait avec l’éducation. Plusieurs idées trouvent particulièrement écho dans la situation actuelle. Suite d’hier.

Après avoir visité les camps d’Auschwitz, je suis retourné à Cracovie pour me rendre à l’ancienne fabrique d’Oskar Schindler et, en poursuivant ma promenade, je suis allé m’asseoir au monument commémoratif de l’ancien ghetto juif dans le quartier Podgorze, de l’autre côté de la Vistule. 

Je suis songeur. 

Un peu comme si j’étais naïvement le premier à me poser la question (!), je me demande bien comment il est possible de prendre un événement traumatisant de l’actualité ou de l’histoire pour ainsi le tourner en leçon d’humanité pour nos jeunes, afin de faire en sorte que ces derniers puissent non seulement être sensibilisés, mais surtout, qu’ils puissent jouer un rôle positif dans leur société en contribuant, possiblement indirectement, à la société qui les voit grandir. 

À l’école, au-delà des incontournables programmes qui dictent trop souvent le rythme des journées de nos élèves et de nos enseignants, il n’en demeure pas moins qu’il est primordial d’aborder les éléments plus sensibles à l’esprit de nos élèves. Le programme, c’est important, mais quand une catastrophe humaine survient et qu’elle affecte nos élèves pour différentes raisons, il est de notre responsabilité de prendre le temps de discuter avec eux. Évident? Non. Je parle de discussion, de dialogue, d’un moment où les jeunes prennent une pause dans la séquence folle de l’année scolaire. 

1. Verbaliser

La première étape, à mon sens, est de laisser les jeunes verbaliser et exposer leur conception de l’événement en question, en tentant le moins possible de les censurer. S’exprimer, sous la présence bienveillante d’un adulte, lequel évite de les juger, c’est important. Pensons-y : s’ils ne le font pas avec l’enseignant, ils ne le feront certainement pas plus avec leurs parents. Ils préféreront le faire avec leurs amis, et c’est dans ces moments que se construit une compréhension possiblement erronée des faits, basée sur des scénarios bien souvent sensationnalistes auxquels ils sont exposés. Donc, dans ce cas-ci, l’enseignant collige les informations, impressions, opinions et conceptions des élèves. 

2. Exposer les faits

La seconde étape est d’exposer les faits. L’enseignant présente ce qui est vrai et prouvé. Il est souhaitable, dans ce cas-ci, de laisser le temps aux élèves, grâce à une documentation rassemblée par l’enseignant, d’identifier eux-mêmes ces faits. Par souci de temps, l’enseignant peut le faire, mais l’activité sera plus porteuse de sens si les élèves peuvent trouver ces faits, en discuter et collectivement, se faire une nouvelle représentation de la situation. 

3. Comparer sa conception et les faits pour tirer des conclusions

La troisième étape est de permettre aux élèves de comparer leurs premières impressions de la situation avec la nouvelle, appuyée sur les faits. Ils doivent tirer des conclusions des écarts entre leur conception et les faits qui existent. 

4. Imaginer d’autres solutions

Enfin, la dernière étape, lorsqu’elle est applicable, c’est la question qui tue : « comment pouvez-vous faire en sorte que cela se passe autrement »? Il y a des éléments de réponse intéressants pour plusieurs situations tragiques : alcool au volant, suicide, acte d’intimidation, comportements racistes et sexistes, etc. L’idée est de permettre à l’élève de se responsabiliser face à une situation similaire pour éviter qu’elle se reproduise ou, c’est selon, qu’il en soit victime. Quel rôle peuvent-ils jouer? En tant qu’enseignants, nous souhaitons outiller les jeunes à faire face à des situations délicates et qu’ils puissent agir ou réagir de la bonne façon, au bon moment, quand les situations potentiellement dramatiques peuvent survenir. 

. . .

Ce qui importe, je crois, c’est d’éviter les jugements. Depuis toujours, et c’était pareil quand nous avions l’âge de nos élèves, il y a une perception tenace en éducation, à l’école comme ailleurs, proposant que les adultes soient des donneurs de leçons ou, encore, qu’ils démontrent leur incompréhension de la génération à laquelle appartiennent les jeunes d’aujourd’hui. 

Or, les extrémismes font bel et bien un retour dans le paysage politique occidental et de plus en plus d’adeptes adhèrent à ces doctrines. Le nationalisme reprend son envol et cède même le pas, parfois, comme l’histoire nous l’a si souvent enseigné, à la xénophobie. Ainsi, comment faire en sorte d’inverser la vapeur et diminuer le nombre d’adhérents à ces idées extrémistes? Il est là le défi! 

Éduquer prend beaucoup plus de temps qu’instruire. Dans les moments difficiles, nos jeunes ont besoin qu’on prenne du temps pour leur expliquer. Pendant ce temps, peut-être que nous n’avançons pas dans notre programme, mais nous contribuons clairement au façonnement de l’humain en devenir et à la pérennité de nos idéaux démocratiques.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!



À propos de l'auteur

Marc-André Girard
Marc-André Girard
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003) et d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013). Il est actuellement doctorant en administration scolaire. Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership pédagogique. Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction à la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédagonumériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. Il a participé à des expéditions pédagogiques en France, en Finlande, en Suède, au Danemark et au Maroc. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et, en 2019, il a publié une trilogie portant sur l'école du 21e siècle chez le même éditeur. Il collabore fréquemment à L’École branchée sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et des directions d'école ainsi que l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Vous avez quelques minutes pour nous aider?

Voici le sondage à nos lecteurs que nous menons présentement!